Comme vous le savez tous, ce sujet est Al Hijab que l’on traduit en français de manière un peu simpliste par « le voile ». Mais on va voir que ce qu’on appelle le Hijab est plus vaste et plus général que cela. Et comme c’est quelque chose de tout à fait voyant et qu’on remarque tous, ce Hijab est une chose délaissée par beaucoup de nos soeurs musulmanes.

On va revenir aux facteurs qui ont poussé nombre des ces jeunes filles et jeunes femmes à délaisser le Hijab. Il y en a plusieurs. On ne peut pas réduire ça à un seul facteur et simplifier la chose, non, Il y a plusieurs éléments et facteurs qui ont contribué à amener ce phénomène.

C’est à partir du siècle passé qu’est apparu ce phénomène. Avant, jusqu’au 19e siècle, dans la majorité des pays musulmans, il était totalement impensable de trouver une femme qui n’avait pas au moins la chevelure voilée et qui n'était pas habillée pudiquement.

Le « Attabarrouj » est le fait de montrer ses atours de manière flagrante, celà a débuté surtout durant le siècle passé. Et dans certains pays, il a pris une ampleur très considérable.

Je pense par exemple à l’Egypte, où un jour une femme a arraché symboliquement son voile pour, selon elle, dire « nous sommes libres, nous nous libérons de ce carcan et de ce poids qui nous pèse et qui est le voile. » Bien sûr, ces femmes ignorantes de leur religion, à mon avis, ont voulu se libérer d’un certain nombre de traditions qui pesaient sur elles. Et ces traditions sont souvent des traditions locales qui vont souvent à l’encontre de l’islam, comme par exemple (je ne sais pas si l’on peut appeler cela une tradition) le mauvais traitement que les hommes infligent aux femmes.

C’est vrai que certains hommes considèrent les femmes comme moins que rien. C’est vrai, mais alhamdoulilleh, bien au contraire, l'islam n’a rien à voir avec ça. Il rejette au contraire cette conception. Il y a également certaines traditions qui ont été héritées d'avant l’islam dans certaines sociétés qui se sont islamisées par la suite, qui continuent à perpétuer et qui vont souvent à l'encontre de l'islam. Bien sûr, ce sont souvent des choses que l’on rencontre dans des milieux ignorants et non chez des gens qui ont de la connaissance.

Donc souvent, ces femmes ont voulu se libérer de toute cette série de poids et de carcans qui pesaient sur elles, et se sont dit : « En se libérant du voile, on se libère de toute cette série de poids et de traditions. Et en même temps, on tend vers le modèle de la femme épanouie, libérée et émancipée, la femme occidentale. » C’est pour elles le modèle de la femme émancipée par excellence. Elles ne connaissent pas le revers de la médaille. Qu’est-ce que la « femme libérée » ? Il suffit de regarder quelques statistiques pour constater qu’on est bien loin de ce qu’on prétend.

Quels sont aussi les gens qui ont encouragé et poussé à ce mouvement de « libération des femmes » ? C’est en fait le mouvement de libération parfois de la religion. Ils veulent se libérer, et ce sont souvent des laïcs qui sont actifs dans ces mouvements. Et pour eux, le mouvement de libération de la femme consiste à la libérer de toutes les limites et de tous les enseignements de l’islam, du moins tous les enseignements qui ont trait à la pudeur de la femme.

On peut classer les gens qui sont liés à ça (d’après moi bien sûr) en 3 catégories :

La première de ces 3 catégories, ce sont les femmes ignorantes; il y a des hommes aussi, mais je parle des femmes ignorantes qui ne connaissant pas la valeur du hijab et qui ont institué le hijab, l'ont combattu croyant parfois que c’est une simple tradition.

La deuxième catégorie, ce sont les hommes qui y trouvent leur compte bien sûr et qui y trouvent profit, parce que les hommes qui laissent aller leur bestialité et qui ne font que suivre leurs instincts préfèrent voir la femme en mini-jupe et en décolleté plutôt que de la voir habillée correctement.

Et la troisième catégorie, ce sont les femmes qui n’aiment pas voir des femmes voilées, elles aimeraient que toutes les femmes deviennent comme elles en se dénudant comme elles l’ont fait.

 

Il y a aussi un point sur lequel il nous faut insister, c’est que le voile n’est pas un signe d’asservissement à l’homme, au père, au frère ou au mari comme le laissent croire parfois certains médias.

Le voile est une adoration prescrite par l’islam. . Si la femme porte le Hijab, ce n’est QUE par obéissance à son Créateur Qui le lui a demandé. Ce n'est pas pour se plier à la volonté de son père et ce n’est pas, encore une fois, un signe de soumission au père ou aux hommes de la société .

Il faut donc que ce soit très clair, parce qu’on ignore souvent que, justement, le Hijab est une adoration de la femme et non une contrainte imposée par les hommes.

 

Il faut aussi savoir que l’islam n’a pas prescrit le voile comme un fardeau pour la femme.

L’islam veut le bien de la femme ici-bas et dans l’au-delà. Ce n’est pas un fardeau ni une entrave à la liberté, au contraire, l’islam honore la femme parce qu'il lui donne une valeur. Non pas la valeur d’une marchandise qu'on vend à vil prix ou qu’on expose sur le panneau pour vendre le shampooing ou autres. Pour l’islam, la femme est plus que ça.

Elle est l’école pour les enfants, elle est la moitié de la société et même plus. Elle est l’école qui va former les générations futures.

L’islam compare la femme à une perle précieuse. Vous savez que la perle est toujours dans une coquille. Pourquoi ? Parce que c’est quelque chose qui la protège, c’est quelque chose de précieux et de beau. Pour l’islam c’est la même chose vis-à-vis de la femme.

Avant de commencer à entrer dans le vif du sujet, nous allons répondre à certains obstacles, à certains doutes que nous entendons de temps à autres et qui sont une entrave à ce que la femme mette le hijab. Ce sont des arguments fallacieux et pernicieux que jettent certains ennemis du hijab ignorants, et qui sont souvent un obstacle pour que la femme adopte le hijab.  Lorsqu’on parle du hijab, il faut définir ce que c’est. Ce n’est pas ce Hijab, un petit morceau de foulard, un petit morceau de tissu qu’on met sur les cheveux ou à mi-cheveux, avec en dessous des habits : pantalon serré. Non, ce n’est pas de ça dont on parle.

Lorsqu'on parle du voile, on a le sentiment que cela sous entend simplement le fait de cacher ses cheveux, il est donc important de définir ce qu’on entend par voile, hijab, c’est un hijab "char3i", comprendre : un Hijab tel que le défini les textes, c'est à dire, qui recouvre les cheveux, la poitrine et qui ne laisse apparaître aucune forme.

Avec, bien sûr, l’exception (divergence entre les savants) des mains et du visage.

Ce dont on parle ici, c’est le Hijab qui est large et qui couvre tout le corps de la femme de manière à ce qu’on ne voit pas ses formes, de la tête jusqu’aux pieds.

Le premier doute, la première question ou obstacle que la femme se pose, est que le hijab n’est pas une chose obligatoire ou que c’est une tradition ancienne des civilisations anciennes ou que c’est quelque chose de préférable, mais que ce n'est pas une obligation religieuse ; ce n’est pas fard, wajib.

Il n’y a aucune divergence parmi tous les savants musulmans quant à l’obligation religieuse du voile. Il n’y a aucun savant qui a opposé une divergence par rapport à ce sujet. Ils sont tous unanimes quand au caractère obligatoire, (wajib donc fard), du hijab pour toute femme à partir de la puberté. Comme ils sont unanimes pour la prière, l'interdiction de l'alcool ou la fornication, ils sont unanimes quant au caractère obligatoire du voile de la femme.

Nous allons juste citer quelques versets qui prouvent cette obligation. Allah dit :

{ Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours
que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ;… }
[ Sourate 24 - Verset 31 ]

Quelles sont les preuves que les savants ont tiré de ce verset quant au caractère obligatoire du Hijab ?

La première est dans la parole d’Allah { …et de ne montrer de leurs atours que ce qu’il en paraît…}. Ce qui en paraît c’est quoi ?  Il y a deux avis par rapport à « que ce qui en paraît ».
D’abord, chez les compagnons du Prophète. Ibn Massaoud
a dit :  « Ce qui en paraît ce sont atthiyabou addhahira, les vêtements qui paraissent parfois.»

Comme la femme qui a ses vêtements d’intérieur, parfois lorsqu’elle sort en faisant un mouvement, il y a un morceau de tissus de la robe d’intérieur ou de sa manche qui apparaît. C’est cela que veut dire ce verset { ...que ce qui en paraît … } Cela d’après Ibn Massaoud . Il est donc partisan du fait que la femme doit se voiler entièrement et que les mots dans ce verset { ...que ce qu’il en paraît ...} c’est ce qui dépasse d’un vêtement d’intérieur.

Quant à Ibn ‘Abbas , il dit : Ce qui en paraît ce sont les mains et le visage. Donc on revient à ce qu’on a dit tout à l'heure, tous sont unanimes, qu'au minimum, les seules choses que la femme peut laisser apparaître (selon cet avis) sont le visage et les mains. C’est la première preuve de ce verset.

La deuxième preuve, c’est la fin du verset { et qu’elle rabattent leur voile sur leurs poitrines… } Ce sont donc deux preuves que nous pouvons tirer de ce verset.

Dans un autre verset, dans la sourate Al-Ahzab, Allah dit :

{ Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles… }
[ Sourate 33 - Verset 59 ]

Ce verset est clair et sans équivoque, explicite, quant à l’obligation du voile pour la femme à partir de la puberté.

C’étaient deux versets coraniques. Maintenant, nous allons voir quelques hadiths prophétiques. Dans le recueil de Al-Boukhari d’après Aïcha qui dit :

« Qu’Allah fasse miséricorde aux premières femmes émigrées. Lorsqu’Allah a révélé le verset « qu’elle rabattent leur voile sur leurs poitrines », elles ont déchiré des morceaux de tissus et s’en sont voilé. »

Regardez l'application directe ! Contrairement à beaucoup d’entre nous. Il nous faut longtemps, insister plusieurs fois etc. Le degré de conviction ! Elles ont entendu que le verset a été révélé au Prophète et n’ont pas hésité une seule seconde !!  Ce hadith est clair encore une fois que ces femmes ont compris l’obligation du voile et l'ont appliquée directement.

Il y a des femmes qui portent des vêtements, mais ce sont des semblants de vêtements. Soit ils sont tellement courts et laissent apparaître les atours, soit ils sont tellement serrés ou transparentsqu'ils laissent apparaître toutes les formes. Les diverses preuves religieuses nous montrent que si le voile n’était pas obligatoire, le Prophète n’aurait pas indiqué la menace qui pèse sur ces femmes.

On peut maintenant s’interroger, quelles sont les raisons qui ont poussé les femmes à arriver à ce stade ?

Il y a plusieurs raisons :

La première de ces raisons est l’absence de crainte de Dieu ou l’ignorance de la religion. Et bien sûr, celui qui ignore la religion, n’a pas de crainte ou en a beaucoup moins que celui qui connaît.

Deuxièmement, l’imitation aveugle de mauvais modèles. Elles se trompent de modèles. Plutôt que de prendre pour exemple les femmes des compagnons ou les femmes pieuses, elles ont pris les mannequins ou je ne sais encore quoi d’autre. Elles enjolivent ces modèles et les  placent au rang de femmes épanouies qu’il faut donc suivre pour être en harmonie avec son époque et pour être une femme émancipée. De là, pour beaucoup de femmes, le fait d’être voilée est considéré comme quelque chose d'arriéré, qui fait revenir à l’obscurantisme du passé qu’il faut abolir.

Egalement le fait de vouloir paraître, la concurrence entre les femmes pour montrer les plus belles parures ou les plus beaux vêtements, etc. Et bien sûr le voile empêche cela et empêche de se montrer sous sa plus belle apparence. Bien sûr les médias jouent également un grand rôle là-dedans.

Parmi les facteurs, il y a aussi les mauvaises insuflations, Satan insufle que le Hijab est un fardeau, un carcan.

L'une des cause : l''absence ou le manque d’éducation islamique reçue.

Beaucoup de soeurs n’ont pas été éduquées sur le fait que le voile est une adoration et une obligation. Malheureusement, elles voient parfois leurs mères qui le portent par «tradition», ou le père qui a un mauvais comportement avec la mère, etc.

Tous ces éléments jouent pour le fait que la femme ne veuille pas ressembler à l’image qu’elle a en tête de ce voile.

 C’était le premier doute.

Le deuxième doute qu’on entend parfois chez certaines de nos soeurs est qu’elles disent :

« je prie, je jeûne, je suis musulmane alhamdoulilleh, mais le hijab n’est qu’un vêtement, une apparence et n’est pas un des piliers de l’islam. Ce n'est qu’un détail et moi j’ai un bon comportement, une certaine pudeur…beaucoup de filles portent le voile mais ont un mauvais caractère. Allah ne regarde pas les apparences, mais regarde les cœurs. J’ai un bon cœur et une bonne intention… »

 

Premièrement, le hijab, comme nous l’avons vu, est une obligation. C’est le premier argument pour répondre à cela.

Deuxièmement, on demande à cette sœur : « Si vraiment tu a un cœur pur, est-ce que tu désobéirais à Dieu de manière flagrante et constante ? Est-il logique pour quelqu’un qui dit avoir un bon coeur de désobéir à Allah de manière aussi flagrante ? »

Aussi, le bon comportement dont tu te dis dotée n’est pas laissé au gré de tout un chacun.

C'est Dieu qui définit le bon comportement. Parce que le bon comportement peut varier d’une civilisation à une autre, d'une culture à une autre. . Il n’est pas laissé au gré et au bon vouloir de chacun.

En Islam, le hijab est défini par la religion, et fait partie du bon comportement à adopter vis à vis de Dieu et ensuite avec les gens.

Aussi, si le cœur est bon, cela doit rayonner et apparaître sur les membres extérieurs. Bien sûr, ce que nous disons là vaut aussi pour l’homme. Si le cœur est pur, cela doit apparaître et donner ses fruits sur les membres extérieurs.

Comme on l’a dit donc, le fait de dire « J’ai un bon cœur » et en même temps désobéir à Dieu est contradictoire. C'est incompatible.

 

Aussi par rapport à ce hadith : « Allah ne regarde pas vos apparences, mais regarde vos cœurs et vos actes. »

 Dans ce hadith, comme l’a dit cheikh Ibn Taymiya , il n’y a pas un texte qu’ont utilisé les gens sans que dans ce même texte il y ait une réfutation au début ou à la fin.

La première donc, ces gens ont pris comme arguments « Allah ne regarde pas vos apparences… » Mais à la fin du hadith, il y a une réfutation car il dit « il regarde vos cœurs et vos actes » Et le hijab est un acte, comme la prière, etc.

Allah ne regarde pas vos images. Ce sont les images indépendantes de notre volonté. Celui-là est de telle couleur, celui-ci est grand, petit, pauvre, mince, etc. Mais Allah ne nous juge pas pour cela ! C’est de cela que parle le hadith.

Nous revenons à cette chère sœur. Ma sœur, en quoi cela te nuirait-il d’ajouter le voile ? Si tu pries et tu fais le jeûne, etc. c’est très bien car ce sont les piliers et ce sont des priorités. Mais qu’est-ce qui t’empêches de mettre le hijab ? En quoi cela te nuit-il de mettre le voile ? En quoi est-ce un obstacle ?

On ne fait pas de distinctions. Celui qui t’a ordonné de faire la prière et le jeûne, t’a aussi ordonné de te voiler.

Allah dit :
{Ô les croyants ! Entrez en plein dans l'Islam, et ne suivez point les pas du diable,
car il est certes pour vous un ennemi déclaré. }
[ Sourate 2 – Verset 209 ]

Entrons dans l’islam de manière totale !

On ne fait pas de distinctions entre telle obligation et telle autre.

 

Le troisième argument ou doute qu’on entend de temps à autre est celui qui est dit de cette manière :

« Je suis encore jeune, je veux profiter de la jeunesse, et le hijab est un obstacle à cela. Je ne pourrais plus m’habiller comme je veux et montrer ma garde-robe. Ou acheter tous les vêtements que je vois. Je ne pourrais plus les montrer.

Et en plus, le hijab m'empêche d’aller à certains endroits comme les cinémas, les plages, etc. parce que si j’ai le voile, les gens vont me remarquer et c’est la honte (« hchouma »). Donc si j’ai le voile, je ne vais pas pouvoir aller dans ces endroits… »

Pour répondre à ça ma sœur, on dit que l’islam est la soumission aux ordres de Dieu. Et si tu es musulmane, tu dois suivre les commandements et t’éloigner de ce qui est interdit, ou si ce n’est pas le cas, tu dois faire un examen de conscience et revoir ce qu’est la foi.

Aussi qu’entend-on par le fait de profiter de la jeunesse ?   Est-ce que profiter de la jeunesse est synonyme de profiter du haram ? Je ne crois pas. Quand on dit « profiter de la jeunesse » c'est justement profiter de la jeunesse na’am (oui), mais dans les limites qui sont fixées par la législation et non se laisser aller à ses passions. Et bien sûr, chacun a des passions qui sont contre la législation, et chacun a un fléau qui lui est propre. Mais l'islam est synonyme de combat, de force et de sacrifices. Chacun doit sacrifier certaines de ses passions pour plaire à Dieu. Personne n’est dénué de passions et personne ne peut dire qu’il n’y a rien parmi les choses interdites qui le tente. Non. Chacun a ses obstacles, mais l’islam implique un certain effort et un certain sacrifice. Et en plus de cela, avec ces arguments, tu perds un immense mérite. Il y a un immense mérite qui te passe sous le nez !

Sache que le Jour dernier, parmi les choses sur lesquelles nous serons questionnés, il y a notre jeunesse ! Dans quoi avons-nous passé notre jeunesse ! C’est donc quelque chose de très important, car c’est à ce moment-là que se fait « l'examen ». Quand tu auras 60 / 70 ans et que tu vas mettre le voile, l’examen sera presque fini …

Dans le hadith qui parle des sept qui seront sous l’ombre d’Allah le jour où il n’y aura que Son ombre, le Prophète a cité les jeunes qui ont grandi dans l’adoration d’Allah.

Je te pose aussi la question ma sœur ; est-ce que tu seras capable le Jour dernier, de partager les péchés de beaucoup d'hommes dont le regard s’est dirigé vers toi ?

Car la femme qui montre ses atours, dès qu’elle sort de chez elle, partage les péchés de tous les regards qui se tournent vers elle. Bien sûr, les hommes sont les premiers responsables et se doivent de baisser le regard, mais la femme moutabarrija (non voilée, qui montre ses atours) partage les péchés de ceux qui la regardent.

Pour terminer sur ce point, on doit dire que le voile ne signifie pas la prison et cela n’empêche pas de profiter de la jeunesse mais selon, bien sûr, certaines règles fixées par le Créateur. Et le fait que cela t’empêche d’aller dans certains lieux de débauche, est un bien pour toi. Si cela t’empêche d’aller sur des plages où il y a des hommes et des femmes à moitié nu, ce n’est que pour ton bien.

Le cinquième doute : La personne qui dit : « Je mettrai le voile le jour où je serai totalement convaincue ; maintenant je ne le suis pas encore. Mais le temps viendra et je serai convaincue et je le porterai. » Ou encore : « ça me gêne en été quand il fait chaud… » Ou encore : « Le voile me donne une apparence qui n’est pas très attirante, et je suis plus jolie sans. »

On dit par rapport à cela, que si les hadiths de ton Prophète et les textes de ton Créateur ne te suffisent pas, je ne sais pas ce qui pourrait te convaincre. Et celui qui aime Dieu et l’adore réellement, s’empresse de répondre à Son appel et appliquer Ses ordres.

Allah dit :

{ Il n’appartient pas à un croyant ou une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. } [ Sourate 33 – Verset 36 ]

C’est une question d’obéissance ou de désobéissance. Il faut choisir son camp.

Et le verset a lié la foi à l’acceptation de l'ordre. La foi implique qu’on accepte l’ordre et les croyants ne choisissent pas sur le choix d’Allah et Son messager.

Puis on dit aussi, que cette conviction qui te manque tu dois l’acquérir. Ou bien attends-tu une révélation ? Tu dois chercher des arguments pour te convaincre puis ensuite appliquer.

Quant à la chaleur, je te citerai juste un verset qui dit :

{ Dis : « Le feu de l’Enfer est plus intense en chaleur. » —S’ils comprenaient !— }
[ Sourate 9 – Verset 81 ]

Donc si tu n’es pas capable de supporter un peu de chaleur comme sacrifice pour ta religion, regarde combien de femmes ont sacrifié leur vie pour leur religion, comme par exemple Soumaya et d’autres femmes qui ont été tuées par Qoreich pour avoir embrassé l'Islam. Si toi tu n’es pas capable de supporter un peu de chaleur pour cette religion, à ce moment-là, posons nous des questions sur notre Foi.

 

Le sixième doute, est de dire que le fait de ne pas se voiler est devenue une chose courante et habituelle. Et la majorité des femmes ne se voilent plus, donc ça n’attire plus l’attention. Et en même temps, le fait de trop insister là-dessus à notre époque c’est un peu dur. Ou bien, puisque la majorité des femmes ne sont pas voilées. Est-ce qu’on va dire qu’elles sont toutes égarées ?

Nous disons que par rapport à ce concept de la facilité de la religion, la religion est facile en elle-même et Dieu veut pour nous la facilité. Mais est-ce que la facilité est de se débarrasser de toutes les obligations et de suivre ses passions ? Non !

Il faut donc bien comprendre ce concept de facilité en islam.

 

"Ceux qui disent que le voile est obligatoire sont sévères et durs" :

C' est faux ! C’est l’islam tout court. On ne rajoute rien. On ne dit pas en même temps qu’il faut que tu portes 10 kilos sur ta tête, 20 kilos dans chaque main et un gros sac sur ton dos pour rendre la chose difficile. Non ! Cela serait l’exagération dans la religion, ce qui est tout à fait interdit. Ajouter à la religion est quelque chose de très grave. Mais dans notre cas, les versets sont là. Ce n’est pas une preuve de sévérité que d’appeler à appliquer les obligations de l’islam. Ou alors, appeler à la prière est aussi une preuve de sévérité.

 

Le sixième doute, c’est ce qu’on entend souvent parfois : « Je vais mettre le voile incha Allah, mais une fois que je serai mariée. Je suis encore un peu jeune. Alors il faut profiter un peu de la jeunesse, mais une fois mariée, je vais me
voiler. »

Là, malheureusement, il faut dire que certains parents ont également cette idée. Ils pensent : « Si elle est non voilée, elle va trouver un mari plus facilement. » Nous savons donc que leur pensée est fausse.

Il y a aussi pour certains - que je ne comprends pas non plus - pour qui l’islam est comme une prison. Il faut profiter encore un peu avant d’être "asphyxié". Une fois qu’on met le voile, on est dans une prison. On ne verra plus la lumière du soleil. C’est cela qu’on comprend parfois de certains de ces arguments, même si c’est indirect.

On demande aussi à cette sœur, qui peut garantir qu’elle vivra jusqu’à pouvoir se marier. Et si elle mourait avant, en état de désobéissance ?

Il ne faut pas mal me comprendre. Je sais qu’il y a des filles non voilées qui sont mieux que certaines filles qui sont voilées. On le dit clairement. Il y a des filles voilées, qui lorsqu’elles entrent dans le métro par exemple, commencent à faire entendre et se font remarquer de manière honteuse. Il y a des femmes qui ne mettent pas le voile, mais qui ont une certaine pudeur et une retenue dans leurs gestes.

Il faut également savoir qu’en islam, la notion de jeunesse est souvent mal comprise, même chez les hommes. Chez les hommes on vient à dire : « Il fait les 400 coups jusqu’à 23 ou 25 ans. Et c’est bon il est encore jeune. »

Quelle est la notion de jeunesse ?  La personne est responsable à partir du moment de la puberté. Apartir du moment où la personne est pubère, elle doit s’acquitter de ses obligations religieuses et donc la femme doit porter le voile.

 

Et le septième doute, c’est ce qui arrive parfois à certaines sœurs dont le mari ou la famille refuse qu'elles portent le voile.

La réalité de la servitude à Dieu veut dire la soumission à Ses ordres.
Le Prophète nous a donné une règle en or dans ce hadith où il dit :

« Pas d’obéissance à la créature dans la désobéissance du Créateur. »

Je te pose aussi une question : « Tes parents ou ton mari te seront-ils d’un secours le Jour du Jugement dernier ?

Imagine ton père aujourd’hui ; s’il t’arrivait quelque chose, il ferait tout pour te sauver, et tu ferais de même pour lui. Mais ce jour-là, chacun (comme on dit dans le jargon) se niera. Ton père viendra te demander quelques bonnes actions et tu le lui refuseras. Tu voudras sauver ta peau, tellement ce jour-là sera un jour grandiose. Donc à ce moment-là, ni ton père, ni ta mère, ni ton mari ne seront là pour te sauver.

 

Bien sûr, il ne faut pas répondre de manière violente. Il faut bien sûr parler à ses parents de la meilleure manière, en résumé, si les parents ne veulent pas accepter cela, on ne doit pas leur obéir sur ce sujet-là.

 

Et enfin, le dernier doute que l’on peut souvent trouver, c’est le fait de dire : «J’aimerais me voiler, mais je suis gênée». Surtout pour les filles qui n’ont pas porté le voile dès le plus jeune âge. « Que vont dire les gens ? ... ».

Le qu’en dira-t-on et les remarques des gens, etc. Bien sûr, il y en aura toujours pour faire certaines remarques, comme par exemple : « Tu étais plus jolie avant sans le voile. Tu faisais plus jeune… ». Tout cela pour dissuader cette fille.

Bien sûr, cette moquerie entre les croyants et les non croyants a toujours existé et a même été citée dans les textes du Coran. Ceux qui ne croient pas vont toujours dire aux croyants qu’ils sont des arriérés, des bêtes simplistes qui n’ont pas de logique, etc.

Et bien sûr, cela est une épreuve pour les croyants. Allah dit :

{ Si vous vous moquez de Nous, eh bien, Nous Nous moquerons de vous, comme vous vous moquez (de Nous).
Et vous saurez bientôt à qui viendra un châtiment qui l'humiliera, et sur qui s'abattra un châtiment durable! }

[ Sourate 11 – Verset 39 ]

Le Prophète dit également le hadith suivant, rapporté par l’imam Tirmidhi :

« Celui qui recherche la satisfaction d’Allah, même si ça entraîne la colère des gens, Allah est satisfait de lui et fait que les gens soient satisfait de lui aussi. Et celui qui recherche la satisfaction des gens par la colère d’Allah, Allah est en colère contre lui et met les gens en colère contre lui. »

Et encore une fois, il n’y a pas d’islam sans certains sacrifices. On répond également à cette sœur : « Dans d’autres choses, que ferais-tu si les gens se moquaient de toi ? » De nos jours, les gens se moquent des ceux qui ne sortent pas avec quelqu’un du sexe opposé et pour eux, quelqu’un qui n’a pas de relations avant le mariage est quelqu'un de complexé.

Si les gens commencent à se moquer de cela, qu’allons-nous faire ? Allons-nous tous faire la fornication pour leur plaire ?  Ou alors, si les gens se moquent de telle ou telle adoration dans l’islam ou la critiquent, allons-nous l'abandonner pour peur plaire ? Non !

Donc pour terminer, je fais un appel à toutes mes sœurs. Allah est témoin qu’on veut du bien pour ces sœurs-là ; c'est « nassiha » (conseil). On ne veut que le bien pour elles pour leurs familles et pour la société toute entière.

Je demande donc à ces sœurs de réfléchir à ce sujet et de revenir à leur Seigneur avant qu’il ne soit trop tard en appliquant Ses ordres et en s’éloignant de Ses interdits.

Que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur le Prophète Mohammed ainsi que sur ses compagnons et ceux qui le suivent. Et notre dernière parole est de remercier Allah, le Seigneur des mondes (AlhamdouliLehi rabbil ‘Alamin).

 

Audio Ma soeur, à quand le Hijab ?  - Par le frère Daoud Van Beveren
-  Rappel retranscris par l'équipe Sajidine à la demande de nos frères et soeurs malentendants
Quelques reformulations ont été apportées pour une lecture plus aisée -

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre