Les différences entre l’homme et la femme entraînent des différences de statut d’un point de vue juridique:

 

Le témoignage
 

Dans certains faits susceptibles de faire l’objet d’un témoignage, il faut soit le témoignage d’un homme, soit le témoignage d’un homme et de deux femmes, conformément aux paroles divines suivantes :

" [...] un homme et deux femmes d’entre ceux que vous agréez comme témoins "
[ Sourate 2 - Verset 282]

Ce statut ne considère en aucun cas la femme comme un être inférieur, mais il tient compte de sa prime nature.

De manière générale, la femme étant souvent préoccupée par ses enfants il se peut qu’elle néglige certains détails ou qu’elle oublie certains faits.

De plus, les changements naturels qui s’opèrent sur son corps (allaitement, menstrues,grossesse, changement hormonaux) peuvent avoir de l'influence sur son témoignage. C’est pourquoi, s’il y a une autre femme qui lui rappelle les faits, ce sera mieux pour apporter la vérité et repousser l’injustice. La suite du verset ci-dessus confirme cela :

" [...] en sorte que si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler " [ Sourate 2 - Verset 282 ]

Par conséquent, l’Islam accepte le témoignage de la femme et ne le rejette pas.

 

L’héritage

 

Le Très Haut a dit :  " [...] au fils, une part équivalente à celle de deux filles." [Sourate 4 - Verset 11]

L’Islam n’a en aucun cas lésé la femme. Il lui a fait acquérir une personnalité juridique bien définie. L’homme hérite la double de la part de la femme car il est de son devoir de l’entretenir, de lui donner la dot et d’assurer la pension alimentaire pendant la retraite de continence, alors que la femme en est dispensée. Donc le partage de l’héritage suit une réglementation qui respecte les droits et les devoirs de l’homme et de la femme.

 

L’exercice du pouvoir

Il est du devoir de l’émir des croyants de diriger la prière commune. En effet, celà est du au fait que la femme, passe par des périodes de grossesse, de menstrues et autres cycles naturels, que l’homme ne subit pas.

 

 

Le divorce

 

Le divorce est un bienfait pour la femme musulmane et un aspect de sa valorisation, s'il la débarrasse ainsi d'une vie insupportable en restant avec un mari tyrannique, inéquitable ou négligeant des piliers de l’Islam. De plus la persistance des conflits de couple malgré l’intervention des parents des deux côtés, ou l’absence d’amour, ou autres causes qui rendent la cohabitation impossible font que le divorce est la seule solution.

Le Très Haut a dit :

"Le divorce est permis pour seulement deux fois. Alors, c’est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse" [ Sourate 2 - Verset 229]

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre