Question 23 : Est-il autorisé à la femme enceinte et à celle qui allaite de ne pas jeûner durant le mois de Ramadan ?

Réponse : Il est permis à la femme enceinte et à celle qui allaite de ne pas jeûner durant le mois de Ramadan, si elle a peur pour elle-même ou pour son enfant. Elle est même obligée de manger, si elle craint de perdre son enfant.

 Lorsque la femme enceinte ou celle qui allaite ne jeûne pas parce qu'elle craint, pour elle-même, qu'une maladie ne se déclare à cause du jeûne - comme cela pourrait en résulter pour un malade - elle doit seulement jeûner les jours qu'elle a manqués (qadâ'). Mais, si elle ne jeûne pas, uniquement parce qu'elle a peur pour son bébé, par exemple lorsque la femme enceinte a peur de perdre son foetus ou qu'elle allaite et a peur de manquer de lait et que le bébé périsse, elle doit non seulement jeûner les jours manqués (qadâ') mais aussi donner une compensation (fidya).  Cette compensation, de nos jours, équivaut à une quantité de nourriture ou à une somme d'argent qui permet à une personne d'avoir un repas convenable. Si une femme veut allaiter un bébé (qui n'est pas le sien) qui a besoin de son lait, pour Dieu, sans percevoir de salaire, il lui est autorisé de rompre le jeûne.  [ Professeurs Hamza et Mâjid ]

 

Question 24 : Est-il permis à la femme de mettre du khôl pendant le mois du Ramadan alors qu'elle jeûne ?

Réponse : Il n'y a aucun mal à ce que la fernme mette du khôl, même si elle sent son goût dans la gorge. Al-Bayhaqî rapporte que le Prophète  se mettait du khôl, de l'antimoine (ithmid), alors qu'il jeûnait. [ Professeurs Hamza et Mâjid ]

 

Question 25 : Est-il licite que la femme utilise des pilules pour retarder ses menstrues durant le mois du Ramadan ?

Réponse : Il n'y a pas à se sentir coupable de faire  cela, vu l'intérêt que peut tirer la femme à jeûner durant le mois de Ramadan avec l'ensemble de la communauté et à ne pas avoir à l'accomplir seule ultérieurement.  Encore faut-il que ces pilules ne produisent pas d'effets secondaires sur la femme.  [ Cheikh 'Abd al-'Azîz Ibn Bâz ]

 

Question 26 :  La production de sécrétions involontaires pendant le sommeil annule-t-elle le jeûne ?

Réponse : Les sécrétions involontaires pendant le rêve n'annule pas le jeûne, car cela fait partie de l'inconscient du jeûneur.

Mais il doit faire ses grandes ablutions pour se purifier, s'il aconstaté la présence de sécrétions.  Il n'y a pas de mal à ce qu'il retarde ses grandes ablutions jusqu'à la prière de dhohr au cas où il a rêvé après al-fajr.  Il en est de même s'il a eu des rapports intimes avec son épouse et qu'il ne s'est purifié qu'après al-fajr.  Il a été confirmé que lorsque le Prophète  se réveillait le matin après avoir eu un rapport intime avec l'une de ses femmes durant la nuit, il se purifiait et jeûnait ; il en est de même pour les femmes en état de menstrues ou qui viennent d'accoucher, si leur période impure s'est terminée la nuit et qu'elles n'ont fait leurs grandes ablutions qu'après al-fajr, il n'y a aucun mal à cela.  Leur jeûne est valable, mais elles ne doivent pas retarder leurs grandes ablutions ou la prière jusqu'au lever du soleil.  Il est recommandé à l'homme de se hâter de faire ses grandes ablutions afin d'assister à la prière collective d'al-fajr. [Cheikh 'Abd al-'Azîz Ibn Bâz ]

 

Question 27 : Est-il autorisé de ne pas jeûner le mois de Ramadan et de ne pas le faire ultérieurement pour cause de maladie ?

Réponse : Il est autorisé au malade qui est incapable de jeûner de ne pas faire le Ramadan.  Une fois guéri, il doit l'accomplir.  Allah  dit - "Celui qui est malade ou celui qui voyage jeûnera ensuite le même nombre de jours"  [ Sourate 2, verset  185 ].  Il n'y a aucune culpabilité à ne pas faire le Ramadan tant qu'on est malade, car ne pas faire le Ramadan est une autorisation que Allah  accorde aux malades et aux voyageurs.  Dieu, qu'Il soit glorifié, aime qu'on use de Ses autorisations, comme Il n'aime pas qu'on use de Ses interdictions. On ne doit aucune offrande expiatoire (kaffara).  Mais, une fois que Allah  a guéri celui qui n'a pas jeûné, ce dernier doit accomplir son devoir. [ Cheikh 'Abd al-'Azîz Ibn Bâz ]

 

Question 28 : Que doit faire celle qui boit ou mange alors qu'elle jeûne pendant le mois de Ramadan ?

Réponse: L’Envoyé de Dieu   a dit : "Celui qui a oublié qu'il jeûnait, et a mangé ou bu, qu'il continue son jeûne car c'est Dieu qui lui a donné à manger et à boire" (rapporté par Aboû Hourayra,  Sahîh al-jâmi’ p. 795).

Le Prophète  n'a pas fait de différence entre le jeûne obligatoire et le jeûne surérogatoire (at-tatawwou'). [ Professeurs Hamza et Mâjid ]

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre