LE GRAND PELERINAGE

Question 29 : Comment la femme se prépare-t-elle pour le pèlerinage et comment l'accomplit-elle ?

Réponse :

Si la femme décide d'aller au pèlerinage, elle doit tout d'abord demander pardon à ceux qu'elle a offensés, puis payer ses dettes et faire la prière de la consultation (istikhâra).  Elle doit anticiper son voyage pieux en faisant des efforts dans le bien et l'observance des règles de la sounna.

Arrivée à l'endroit de la sacralisation rituelle, elle se lave et porte l'ihrâm (entre dans l'état de sacralisations, puis prononce la prière de satisfaction (at-talbiya) et dit :

Labbayka allâhoumma labbayka, labbayka lâ charîka laka labbayka,
inna al-hamda wa an-ni'mata laka wa al-moulk lâ charîka laka,

Ce qui signifie : "Je T'obéis, ô Seigneur, je T'obéis, Tu n'as pas d'associé, je T'obéis sûrement,
les louanges et le bien viennent de Toi, et la souveraineté est Tienne, Tu n'as pas d'associé".

Contrairement à l'homme, elle n'a pas à porter de vêtements non cousus. Elle peut porter des robes, des pantalons et des mules (al-khouff).  Il ne lui est pas autorisé de se voiler le visage, de porter des gants ou des voilettes. Si elle veut cacher son visage, qu'elle laisse tomber ce qui recouvre sa tête, sans que cela touche la peau.  Elle doit faire at-talbiya d'une voix telle que seul celui qui l'accompagne puisse l'entendre.  Elle doit éviter de se parfumer, de couper ses cheveux, de couper ses ongles, de chasser ou d'indiquer le gibier.

Quand elle rentre dans la mosquée (à la Mecque), qu'elle emprunte la porte de Banî Chayba en disant :

" Seigneur ! Tu es Paix, de Toi provient la paix ; salue-nous, notre Maître par la paix.  Seigneur ! Ajoute à cette demeure glorification et honorabilité.  Louange à Dieu qui m'a guidée jusqu'à Sa demeure et m'a jugée digne de cela".

Elle accomplit la tournée processionnelle de l'arrivée au pèlerinage (at-tawâf al-qoudoûm) en commençant par la pierre noire (al-bajar al-aswad) qu'elle touche et en accomplissant la rotation autour de la Ka'ba, la laissant sur sa gauche.  Elle dit en touchant la pierre :

"Bismi Allâh, Allâhou akbar, Allâhoumma imanan bika wa tasdiqan bi kitâbika wa it-tibâ'an li sounnati nabiyyika Muhammad ".

"Au nom de Dieu, Dieu est Grand, Seigneur, accorde-moi la foi en Toi et la croyance en Ton Livre
et que je suive la tradition de Ton Prophète Muhammad
."

Elle fait le tour de la Ka'ba sept fois (at-tawâf) sans se dépêcher ni dénuder ses bras. Elle accomplit une prière de deux cycles (deux raka'ât) derrière al-marqâm (lieu qui porte les empreintes des pieds d'Abraham, paix de Dieu sur lui). Une fois la prière terminée, elle se rend à l'angle de la pierre noire pour la toucher. Elle sort par la porte d'as-Safâ. Elle s'arrête à la colline d'as-Safâ sans l'escalader, en exaltant par trois fois Dieu (takbîr) et dit :

"Al hamdou lillâh 'alâ mâ hadânâ ilayhî, lâ ilâha illa Allâh wahdahou lâ charîka lahoû.  
Sadaqa wa'dah wa nasara 'abdah wa hazama al-ahzâba wahdah."

" Louange à Dieu pour ce à quoi Il nous a guidés. Il n'y a d'autre dieu que Dieu, Il n'a pas d'associé.
 Il a tenu Sa promesse, a fait triompher Son adorateur et a vaincu "les coalisés" tout seul ".

Puis, elle prononce at-talbiya et demande à Dieu tout ce qu'elle désire. Son parcours entre as-safâ et al-Marwa doit être accompli en marchant. Le jour de 'Arafât, la majorité de ses paroles doit être :

"Lâ ilâha illa Allâh wahdah lâ charîka lahou, lahou al-moulkou wa lahou al-hamdou wa houwa 'alâ koulli chay'in qadîr."

" Il n'y a d'autre dieu que Dieu, Il n'a pas d'associé.  Il a le pouvoir et la louange.  Il a pouvoir sur tout."

Mais elle ne doit pas faire entendre ses invocations aux hommes.

 Arrivée à Mina, elle commence par jamarât al-'Aqaba vers lequel elle jette sept cailloux, en prononçant le takbîr avec chaque cailloux, en prenant garde qu'ils atteignent chacun bien leur but.  Elle interrompt at-talbiyya avec le premier cailloux jeté.  Elle les jette après le lever du soleil.  Elle immole une offrande, si elle en a une avec elle.  Elle coupe un peu de ses cheveux.  Elle se rend aux trois jamarât les trois jours après la fête de l’ ‘aîd al-adhâ l'après-midi.  A chaque jamarât, elle jette sept cailloux.  Elle commence par le premier jamarât qui est le plus éloigné de la Mecque.  Elle suit la mosquée al-Khif et se met à sa gauche.  Elle se met en face de la qibla en invoquant Dieu longuement.  Puis elle jette sept cailloux au second jamarât de son côté droit.  Enfin, elle jette sept cailloux au jamarât al'Aqaba qu'elle laisse à sa droite, et ne s'y arrête pas.

Celle qui n'est pas partie le second jour avant le coucher du soleil doit y passer la nuit et recommencer le jet le lendemain. Il est souhaitable de boire abondamment de l'eau de Zamzam.

Pour le tawâf d'adieu autour de la Ka'ba, celle qui ne l'a pas fait, doit égorger une offrande, sauf si elle quitte la Mecque en état de menstrues.

Quand elle quitte la demeure sacrée (al-bayt), elle s'arrête entre le coin (de la pierre noire) et la porte en disant :

"Seigneur c'est Ta demeure et moi je suis Ton adoratrice.  Tu m'as facilité mon voyage vers Ta demeure, Tu m'as fait bénéficier de Ton bien, Tu m'as aidée à accomplir mes dévotions.  Si Tu étais satisfait de moi, sois-le encore plus, dès maintenant, avant que je ne m'éloigne de Ta demeure. Le moment de mon départ est arrivé, si Tu me l'autorises, sans T'échanger Toi et Ta demeure, ne me détournant ni de Toi ni de Ta demeure.  Seigneur rassemble-moi le bien des deux demeures".

Si elle a ses menstrues pendant l'adieu, qu'elle récite cette invocation en dehors de la Mosquée.

 

LE PETIT PELERINAGE

 

Al-'oumra est le petit pèlerinage ou visite pieuse. Pour le faire, une fois que le pèlerinage est accompli, la femme doit quitter l'enceinte sacrée de la Mecque puis être de nouveau en état de sacralisation (ihrâm). Elle revient à la mosquée et accomplit la tournée processionnelle autour de la Ka'ba, fait le parcours entre as-Safâ et al-Marwa.  Une fois le parcours terminé, elle coupe un peu de ses cheveux.  Ainsi prend fin l'accomplissement de al-'oumra.  Ensuite, elle part à Médine (elle raccourcit ses prières parce qu'elle est en voyage).

Arrivée à Médine, elle visite la tombe du Prophète ou elle invoque Dieu autant qu'elle peut. Elle fait la prière dans la partie de la mosquée réservée aux femmes. Sur le chemin de retour, elle dit :

" 'A-ïboun, tâ-iboun, 'abidoun li-rabbînâ hamidoun."

" Nous retournons chez nous en repentis et adorateurs de Dieu que nous louons."

Cheikh Ibn al-Jawzî

 

Question 30 : Est-il possible que la femme accomplisse le pèlerinage pour le compte de son mari décédé?

 Réponse :

Il est possible à la femme d'accomplir le pèlerinage pour le compte de son mari décédé, ou atteint d'une maladie incurable, ou encore atteint par la vieillesse. L’argument est tiré du fait qu'une femme de Khath'am est venue dire :

" Ô Envoyé de Dieu ! Le devoir du pèlerinage (hajj) a été décrété pour les croyants quand mon père a atteint la vieillesse.  Il est incapable de se tenir sur sa monture. Puis-je accomplir le pèlerinage à sa place ?" Il a dit: "Oui". [Rapporté par les deux Cheikhs ]

Les juristes sont unanimes à ce propos : la femme peut accomplir le pèlerinage pour le compte d'un homme :

  • Si son mari meurt sans accomplir le pèlerinage, alors qu'il s'était promis de le faire.
  • Si son mari est décédé sans accomplir le devoir du pèlerinage, elle peut le faire à sa place. Mais, elle doit s'acquitter tout d'abord des droits de Dieu, comme l'héritage, même s'il n'a pas laissé de testament et à condition qu'elle ait déjà accompli elle-même le pèlerinage. 

Professeurs Hamza et Mâjid 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre