Il accomplit régulièrement les devoirs et les bonnes actions réclamés par l'Islam.
 

Le musulman sincère accomplit parfaitement et dévotement toutes les actions obligatoires constituant les piliers de l'Islam. Il doit accomplir ces actions sans trouver des excuses à ne pas les exécuter. Alors, il accomplit la prière rituelle, accomplit chacune des 5 prières dans son temps, car la prière est le pilier de la foi. (Quiconque accomplit la prière garde la foi et quiconque néglige la prière détruit la foi)'.

La prière est la meilleure des oeuvres, comme l'indique le hadith rapporté par Abdullah Ibn Massou'd et dans lequel il dit :

«J'ai demandé à l'Envoyé d'Allah: Quelle est la meilleure oeuvre ? " Il me répondit : "Faire la prière à son heure fixe". - ensuite ? Repris-je. "Etre bon envers tes père et mère, dit-il. Ensuite, répliquai-je. Le combat dans la voie d'Allah rétorqua-t-il». [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim].

L'importance de la prière vient du fait qu'elle est le lien entre le serviteur et son Seigneur. C'est pendant la prière que le musulman oublie tout ce qui relève de la vie quotidienne pour s'adonner complètement à son Seigneur demandant Son secours, sa direction, sa persévérance pour continuer dans la droiture. Pas d'étonnement, donc, que la prière est considérée comme la meilleure des oeuvres, parce qu'elle constitue la source dont le croyant pourrait remplir son coeur d'adoration, c'est la source aussi dont l'eau pure pourrait le purifier de ses péchés. Abù Hurayrah a dit :

«J'ai entendu le Messager d'Allahdire : que pensez-vous s'il y avait une rivière coulant devant la porte de chacun de vous et dont il se baignait 5 fois par jour, y aurait-il une trace de saleté sur lui ? Les gens répondirent : il n'y aurait pas de trace de saleté sur lui. Il dit "Cela ressemble aux 5 prières quotidiennes par lesquelles Allah efface le péché». [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim].

Jabir dit :

« Les 5 prières quotidiennes sont comparables à un courant d'eau passant auprès de la demeure de chacun de vous et où il s'y lave 5 fois par jour». [Rapporté par Muslim]

Ibn Mas'ud dit :« Un homme embrassa une femme, puis il vint le dire au Prophète

Allah a révélé le verset » :

{ Et accomplis la salat aux deux extrémités du jour et à certaines heures de la nuit. Les bonnes oeuvres dissipent les mauvaises. Cela est une exhortation pour ceux qui réfléchissent.}
[Sourate 11 - Verset 114]

L'homme demanda : Ca s'applique à moi ? Le Prophèterépondit : «Ca s'applique à toute ma communauté».

Abù Hurayrah a rapporté que l'Envoyé d'Allaha dit:

«Les 5 prières (quotidiennes), la prière du vendredi jusqu'au vendredi prochain, le jeûne du Ramadan jusqu'au Ramadan prochain, expient les fautes commises entre ces intervalles tant qu'on évite les péchés capitaux».

Othman Ibn Affan a rapporté : J'ai entendu l'Envoyé d'Allahdire :

«Celui qui fait des ablutions intègres, se rend pour faire une prière prescrite, concentrant bien et faisant correctement ses rak'às, cela expiera les péchés qu'il a commis avant cette prière tant qu'on a évité les péchés capitaux. Et cela sera valable pour l'éternité» [Rapporté par Muslim]

Or, les hadiths exaltant les vertus de la prière et décrivant son importance et ses mérites sont fort nombreux. C'est impossible de les citer tous ici.

Le musulman dévoué accomplit ses prières, tant que possible, avec le premier groupe (Jamà'ah) à la mosquée, car le Prophète dit que :

«Prier avec la jamà'ah est 27 fois meilleur que de prier tout seul». [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim].

Le Prophètea dit :

« Si le musulman fait des ablutions intègres, puis il sort dans l'intention unique d'aller prier à la mosquée, chaque pas qu'il fait augmentera son statut au Paradis d'un degré et expie l'un de ses péchés ».

« Si le musulman prie et si ses ablutions restent valides, les anges continueront de prier pour lui : O Allah bénis-le, O Seigneur accorde lui la grâce". Et il est considéré priant tant qu'il attend pour la prière ». [Rapporté par AI-Bukhari et Muslim].

Le Prophètedit que celui qui prie en Jama'ah, à la mosquée, matin et soir est promis par le Paradis : «Allah préparera un endroit au Paradis pour celui qui se rend à la mosquée au matin ou au soir, chaque fois qu'il s'y rend ». [Rapporté par AI-Bukhari et Muslim].

Or, les compagnons étaient toujours pressés d'accomplir leurs prières en jamà'ah, guidés par le dire rapporté par Abdullah ibn Mas'ùd :

«Quiconque voudrait rencontrer Allah en tant que musulman, qu'il prenne l'habitude d'attendre les prières chaque fois qu'on appelle pour elles. Allah a montré à votre Prophètele chemin de la droiture. Or, ces prières font partie de ce dernier. Si vous priez chez vous, comme cet homme qui reste chez lui, alors vous abandonnerez la Sunna du Prophète et vous serez égarés. Il y avait un temps où seul l'hypocrite resta et fit la prière chez lui. Dans ce temps là on amena l'homme soutenu par deux hommes pour qu'il puisse rester debout dans le rang pour prier».

Le Prophèteétait très soucieux à ce que les gens fassent leur prière en jama'ah à la mosquée au point qu'il a voulu brûler les demeures de ceux qui ne rejoignent pas la congrégation :

«Je pensai donner l'ordre pour appeler à la prière, charger un homme pour la présider, puis partir en compagnie d'autres qui ont des fagots en bois, chez des gens qui ne font pas la prière en commun et les brûler dans leurs demeures». [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim].

Ce n'est, donc, pas étonnant de savoir que Sa'id ibn Al-Mussayyabet parce qu'il était toujours au premier rang avant l'appel à la prière, n'a pas vu, durant une trentaine d'années, le dos d'un autre homme à la mosquée. Il y en a plusieurs exemples tel Sa'id dans l'histoire de l'Islam.

La distance ne constituait aucun problème pour les compagnons qui arrivaient à la mosquée dès qu'ils entendaient l'appel à la prière. Peu importait la distance qui séparait leurs foyers de la mosquée. La prière en commun était tellement chère pour eux à tel point qu'ils se réjouissaient de la distance entre leurs demeures et la mosquée, car chaque étape vers la mosquée sera comptée parmi leurs bonnes actions et ils seront, ainsi, récompensés.

Ubayye ibn Ka'b a rapporté :

«Il y avait un homme que je ne connaissais pas un autre que lui habitait aussi loin de la mosquée, et malgré cela il ne manquait aucune prière. On lui disait - ou suivant une variante : je lui suggérais : Si tu t'achètes un âne pour le monter quand il fait très obscur ou très chaud ? " - Il répondit : " Je ne trouverais aucun plaisir si ma maison était tout près de la mosquée. Je veux que la récompense soit inscrite dans mon actif en vertu des pas que j'effectue pour arriver à la mosquée, ainsi que mon retour vers ma famille. L'envoyé d'Allah lui dit alors »: «Allah t'a rassemblé tout cela ». [Rapporté par Muslim].

Le Prophèteconseillait à ses compagnons dont les demeures étaient loin de la mosquée de ne pas déménager pour habiter près de celle-ci. Il les rassura que les efforts qu'ils déployèrent pour arriver à la mosquée sauraient comptés parmi leurs bonnes actions, et que leurs pas ne sauraient pas en vain. Jabira rapporté que "Banou Salama, voulait se rapprocher de la mosquée bien qu'il n'y ait pas d'habitations autour d'elle. On fit parvenir cela à la connaissance du Prophète . Il  leur dit:

« O Banou Salama ! Demeurez là où vous êtes, chaque trace de vos pas vous sera comptée". Les hommes de Banou Salama répliquèrent : "II nous déplairait sûrement si nous avions déménagé». [Rapporté par Muslim].

Abu Mussa a rapporté que " Le Messager d'Allaha dit:

«Celui qui aura la plus grande récompense pour sa prière, est celui qui est venu de loin. Celui qui attend pour prier avec l'Imam sera mieux rétribué que celui qui prie puis il va dormir». [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim].

Les croyants sont particulièrement encouragés dans plusieurs hadiths d'assister matin et soir à la prière en jama'a. Le Prophètea expliqué qu'il y a une grande récompense pour ceux qui vont à la mosquée pour les 2 prières (Fajr et l'cha). Il suffit de citer, dans cette perspective, deux propos :

Othman Ibn Affana dit: "J'ai entendu le Prophète dire: «Quiconque prie I'cha, en commun, c'est comme s'il a prié la moitié de la nuit. et Quiconque prie Fajr, en commun, c'est comme s'il a prié la nuit toute entière». [Rapporté par Muslim].

Abu Hurayraha rapporté que le Messager d'Allaha dit: «Les prières les plus pénibles pour les hypocrites sont celles du soir et de l'aube. S'ils savaient (ce qu'il y a comme récompense) pour ces 2 prières, ils se seraient rendus à la mosquée même en allant à 4 pattes». [Rapporté par Bukhari et Muslim]. 

Le musulman dévoué qui attend la récompense à l'Au-delà n'hésite pas à accomplir nuit et jour le plus d'actions surérogatoires possibles, car faire de telles actions rapproche le serviteur de son Seigneur et le met dans la catégorie de ceux qui reçoivent Son secours, comme le fait montrer le hadith koudsi rapporté par Al-Bukhari :

« Mon serviteur ne cessera de se rapprocher de Moi par des pratiques surérogatoires jusqu'à ce que Je l'aime, et lorsque Je l'aimerai, Je serai l'oreille par laquelle il entendra, le regard par lequel il verra, la main avec laquelle il frappera, le pied avec lequel il marchera. S'il Me sollicite, certes, Je lui accorderai Ma faveur, s'il implore Ma protection, certes, Je la lui accorderai ». [Rapporté par AI-Bukhari].

Grâce à l'amour d'Allah pour Son Serviteur, ce dernier sera aimé par tous les habitants de la terre comme l'atteste ce qu'Abu Hurayrah a rapporté du Prophètequi dit :

« Lorsque Allah aime un serviteur, Il appelle Gabriel et lui dit : "J'aime un tel aime-le". Gabriel l'aime et s'écrie au ciel : "Allah aime un tel, aimez-le". Les habitants du ciel l'aiment, puis on impose son affection sur la terre. Et lorsque Allah hait un serviteur, Il appelle Gabriel et lui dit: " Je hais un tel". Alors Gabriel hait ce serviteur puis s'écrie aux habitants du ciel : "Allah hait un tel haïssez-le". Les habitants du ciel le haïssent et on impose sa haine sur la terre ». [Rapporté par Muslim].

Le Prophèteavait l'habitude de veiller la nuit pour prier. Il restait debout jusqu'à ce que ses pieds se gonflaient. `A'icha - Qu'Allah soit satisfait d'elle - lui demanda: Pourquoi faits-tu cela, O Messager d'Allah puisque Allah t'a pardonné tous tes péchés passés et futurs? Il répondit : «Ne serais-je pas un serviteur reconnaissant?» [Rapporté par AI-Bukhàri et Muslim].
 

Le vrai musulman essaie d'accomplir parfaitement toutes ses prières. Il ne s'agit pas de faire des mouvements en même temps que le coeur est vide et l'esprit est ailleurs. Le musulman ne s'enfonce pas directement dans les affaires de la vie quotidienne aussitôt la prière terminée. Loin de là, car il cherche le pardon d'Allah , il Le remercie et Le glorifie comme la Sunna l'a montré. Puis, il retourne à Allah dans une imploration modeste, Lui demandant de le guider et de lui promettre les bien dans ce bas monde et dans la vie future. La prière joue, ainsi, son rôle dans la purification du coeur et de l'esprit. C'est pour cela que le Prophèteavait l'habitude de dire:

« La prière est la cause de ma satisfaction profonde ».

Ceux qui accomplissent leur prière d'une manière sincère et modeste sont sous la protection d'Allah . Ils ne craignent pas le satan et ne regrettent pas le bien qui leur a échappé:

{ Oui, l'homme a été créé instable [très inquiet] ; quand le malheur le touche, il est abattu ; et quand le bonheur le touche, il est grand refuseur. Sauf ceux qui pratiquent la salat }
[ Sourate 70 - Versets 19 à 22].
 

Le vrai musulman acquitte aussi la zàkat s'il est riche. Il calcule avec précision et honnêteté la somme due et la distribue conformément aux commandements de l'Islam.

Il se précipite à payer la zakàt même s'il doit verser des milliers voire des millions. Cela tient au fait que la zakàt est une obligation financière bien définie. Elle est aussi une action d'adoration. Or, le musulman sincère ne peut pas choir à son devoir décrit par la chari 'àh.

Il y a, donc, un défaut dans la foi du musulman qui hésite à l'acquitter. Il est à noter, ici, qu'il est permis de combattre celui qui refuse de s'acquitter de la zakat et même de le tuer s'il ne fait pas son obligation. Or, les mots d'Abù Bakr sur les apostats 'sont vivants, à travers les siècles, nous rappelant le lien que l'Islam fait entre "affaires religieuses" et "affaires de la vie quotidienne": "Je combattrai quiconque sépare Salat de Zakat". Ces propos d'Abu Bakrmontrent qu'il avait une compréhension profonde de cette religion et de la liaison étroite entre Salat et zakat, comme il a vu les versets du Coran, les uns après les autres, faisant un lien entre Salat et zakat.
 

{ ...Les croyants qui accomplissent la Salat, s'acquittent de la Zakat...}
[Sourate 5 - Verset 55]

{ Et accomplissez la Salat et acquittez la Zakat...}
[Sourate 2 - Verset 43]

{...Ceux qui ont la foi, ont fait de bonnes oeuvres, accompli la Salat et acquitté la Zakat...}
[Sourate 2 - Verset 277] 

Le vrai musulman accomplit le jeûne de Ramadhân dans l'intention sincère d'obtenir la récompense d'Allah et avec un coeur plein de foi:

"Quiconque accomplit le jeûne de Ramadhân dans l'intention de plaire à Allah et d'être récompensé, tous ses péchés antérieurs seront pardonnés". [Rapporté par Al-Bukhàri et Muslim].

Il sait que jeûner veut dire également garder sa langue, sa vision et toutes ses facultés afin d'éviter tout péché pouvant annuler son jeûne et le priver de récompense :«Quand quelqu'un de vous accomplit le jeûne qu'il ne prononce pas des mots impurs ni élève sa voix en colère. Si quelqu'un le provoque ou le combat qu'il dise: j'accomplis le jeûne». [Rapporté par Al-Bukhàri et Muslim].

«Quiconque n'abandonne pas les fausses paroles et les actions de satan, Allah n'a pas besoin pour qu'il abandonne son manger et son boire». [Rapporté par Al-Bukhàri].

 

Le musulman qui accomplit le jeûne doit savoir que ce mois est différent des autres mois. C'est le mois du jeûne pour l'amour et la récompense d'Allah Le Généreux, Le Munificent. Or, cette récompense est plus grande, plus vaste que personne n'est capable de l'imaginer :

« Toute oeuvre du fils d'Adam sera multipliée en sorte que chaque bonne action sera décuplée et elle pourra atteindre sept cents multiples. Allah à lui la puissance et la gloire a dit: "A l'exception du jeûne qui M'appartient et c'est Moi qui en accorde la récompense"; car, le serviteur jeûneur abandonne pour Moi son manger et son désir. Le jeûneur a deux joies: lorsqu'il rompt son jeûne, il se réjouit, et lorsqu'il rencontre son Seigneur, il se réjouit aussi de son jeûne. Le relent de la bouche du jeûneur est plus parfumé auprès d'Allah que l'odeur du musc». [Rapporté par Muslim].

Alors, le bon musulman profite le maximum de ce mois béni. Il s'occupe, pendant la journée, du jeûne, de la prière, de la récitation du Coran, de la charité et d'autres bonnes actions. Il remplit ses nuits par les prières 'Tahajjud' et du du'às:

« Quiconque passe la nuit dans la prière, pendant Ramadhân en signe d'adoration et dans l'espoir d'être récompensé, tous ses péchés antérieurs seront pardonnés ». [Rapporté par Al-Bukhàri et Muslim].
 

Le Messager d'Allahs'efforçait de faire plus de bonnes actions au cours de ce mois que dans d'autres temps, notamment pendant les 10 derniers jours du mois. 'A'icha - Qu'Allah soit satisfait d'elle - dit :  

Le Messager d'Allah s'efforçait de faire plus de bonnes actions au cours de Ramadhân, notamment au cours des dix derniers jours de ce mois, qu'il ne faisait dans d'autres temps . [Rapporté par Muslim].

 

'A'icha  a rapporté également: « Quand les 10 derniers jours du Ramadhân arrivent, le Messager d'Allahs'éveillait durant toute la nuit, éveillait sa famille, s'adonnait à l'adoration et il s'abstenait  d'approcher les femmes ». [Rapporté par AI-Bukhàri et Muslim].

Le Prophèteordonnait aux musulmans d'être en quête de la nuit du destin (AI-Qadr) en les encourageant de passer cette nuit dans la prière :

« Soyez en quête de Laylat al-Qudr pendant les dix derniers jours de Ramadhân». [AI-Bukhàri et Muslim].

 « Soyez en quête de laylat al-Qudr dans les nuits impaires des dix derniers jours de Ramadhân ».

« Quiconque passe laylat al-Qudr dans la prière et l'adoration sincère en espérant la récompense, tous ses péchés antérieurs seront pardonnés». [Rapporté par Al-Bukhàri et Muslim].

 

Ce mois béni est un temps complètement consacré à l'adoration. Le musulman sérieux n'a donc pas de temps à perdre dans le bavardage et la flânerie futile pendant la nuit. Il ne doit pas être parmi ceux qui courent ça et là jusqu'à l'approche de l'aube, mangent avant de dormir profondément au point qu'ils manquent la prière de fajr !.

Or, le musulman qui comprend vraiment sa religion, en rentrant chez lui après avoir fait les taràwih, ne reste pas éveillé jusqu'à tard sachant qu'il doit s'éveiller dans quelques heures pour accomplir la prière de "qiàm al-layl"; prendre son 'suhùr' (repas d'avant l'aube) avant d'aller faire la prière de fajr' à la mosquée.

Le Prophèteconseillait aux musulmans de prendre le suhùr, parce que c'est une bénédiction. Ildit:

« Prenez le suhùr, car il y a dans le suhùr une bénédiction". [Rapporté par AI-Bukhàri et Muslim].

 

L'importance de suhùr vient du fait qu'il rappelle au musulman d'accomplir la prière de 'qiyàm al-layl', l'encourage à aller faire la Salat fajr' en commun à la mosquée. Ajoutons à cela que le suhùr aide les gens à supporter le jeûne. Il est important aussi parce que c'est la Sunna que le Prophètea apprise à ses compagnons. Zayd ibn Thàbit a rapporté:  "Nous mangeâmes suhùr avec le Messager d'Allahpuis nous priâmes. Quelqu'un a demandé: " combien de temps y avait-il entre les deux " ? Il a répondu: "50 versets" (c'est-à-dire le temps réciter 50 versets") [Rapporté par AI-Bukhàri et Muslim].

Le musulman dévoué ne néglige pas le jeûne de 'nàfil' en dehors de Ramadhân tels le jour d'Arafah, les neuvième et dixième jours de Muharram. Accomplir le jeûne de ces jours est considéré parmi les bonnes actions qui effacent les péchés comme l'a souligné le Prophète . Abù Qutàda a rapporté: " Le Prophèteavait été questionné à propos du jeûne du jour d'Arafàh. Il  répondit:

« Le jeûne de ce jour est un Pardon couvrant les péchés commis durant l'année passée et l'année présente ». [Rapporté par AI- Bukhàri et Muslim].

Ibn 'Abbàs a rapporté: « Le Prophètejeûna le jour d'Achoura (le dixième jour de Muharram) et conseilla aux autres aussi de jeûner ce jour ».

Abù Quatàdah a rapporté: « On demanda au Prophèteau sujet du jeûne du jour d'Achoura. Et ilrépondit : «C'est un pardon couvrant les péchés commis durant l'année passée ». [Rapporté par Muslim]

 Ibn 'Abbàs   a rapporté: Le Prophète dit: « S'il plût à Allah, nous jeûnerons l'année prochaine le neuvième jour (de Muharram) ». [Rapporté par Muslim].

Accomplir le jeûne de 6 jours de Shawal (le mois lunaire qui suit le mois de Ramadhàn) est aussi conseillé comme l'a précisé le Prophète :« Le jeûne du mois de Ramadhân et 6 jours de Shawàl est considéré comme un jeûne continu ». [Rapporté par Muslim].

Il est aussi conseillé de jeûner 3 jours de chaque mois, à propos de quoi Abù Hurayrah a rapporté : " Mon Cher Ami le Prophète m'a conseillé d'accomplir 3 choses : « Jeûner 3 jours de chaque mois, prier 2 rak'ahs à la prière de dùha et de ne jamais dormir avant de prier le witr ". [Rapporté par AI-Bukhàri et Muslim].

Abdullah ibn `Amar ibn Al-As a rapporté :" Le Messager d'Allah dit : «Jeûner 3 jours de chaque mois est considéré comme un jeûne continu ». [Rapporté par AI-Bukhàri et Muslim].

Quelques  dires   indiquent que ces jours  sont le 13ème, le 14ème et le 15ème de chaque mois, ce qu'on appelle `Al-Ayyàm Al-bid (les jours blancs). D'autres dires rapportent que le Prophèteavait l'habitude de jeûner 3 jours indéterminés de chaque mois. Mu'àdhah Al-'Adawiyyah   a rapporté:

« Je demandai  à Aicha : Le Messager d'Allahavait-il l'habitude de jeûner 3 jours de chaque mois ? Elle répondit: "Oui". Je lui demanda, "Dans quelle partie du mois avait-il l'habitude de jeûner?" Elle répondit: "Peu lui importait dans quelle partie du mois il jeûnait». [Rapporté par Muslim].

 

Le musulman consciencieux projette le pèlerinage à la maison d'Allah si les conditions de voyage rendent la chose possible. Avant de commencer son voyage vers les Lieux Saints, il étudie les règles de Hajj en détail, examinant tous ses aspects qu'ils soient majeurs ou mineurs pour que son Hajj soit complet et correct. Il doit bien comprendre la sagesse de ce grand devoir religieux pour que la foi et la joie remplissent son esprit. Après avoir accompli correctement son Hajj, il reviendra auprès de sa famille et dans son pays, tous ses péchés ayant été pardonnés. Il reviendra débarrassé des péchés comme s'il était un nouveau-né, conscient de la grandeur de cette religion qui a réuni toutes les nations autour de la Maison d'Allah dans une grande conférence internationale qu'il ne voit jamais dans d'autres temps. Une conférence où, en dépit des différences de couleurs, de nationalités et de langues, les pèlerins sont unifiés par leur réponse à l'appel d'Allah et leur glorification et adoration pour Lui , le Seul, le Tout-Puissant.

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre