Les conditions qui doivent précéder la prière et que l'exécuteur doit observer de manière que s'il en délaisse une, sa prière sera invalide, sont:

 

1 - L'arrivée des heures fixées pour la prière :

Pour la connaître, il suffit de penser volontiers que le terme est arrivé. Il est permis pour lui de prier.

Peu importe que cette certitude soit établie par l'information d'un digne de confiance, le rappel du muezzin chargé de cette affaire, l'avis personnel, ou par d'autres moyens pouvant porter les connaissances.

 
 

2 - La purification des impuretés mineures et majeures :

Car Allah , dit:  { Ô croyants, quand vous vous préparez à la prière, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes, essuyez vos têtes, lavez vos pieds jusqu'aux chevilles, si vous êtes en état d'impureté (résultant du coït) lotionnez-vous }

De même d'après Ibn ‘Omar (qu'Allah les agrée), Le Prophètea dit:

«Allah n'accepte jamais une prière sans purification, ni l'aumône qui a été volée du butin avant l'avoir partagé». [Ce hadith est rapporté par EI-Jama’a à l'exception de Bukhâry.]

 

3 - La purification du corps, des vêtements et de l'endroit destiné pour la prière, de toute souillure concrète :

Il doit se débarrasser de cette souillure dès qu'il le peut. Si cela lui est impossible, il est permis de prier, en la gardant et il ne doit pas la répéter.

Quant à la purification du corps, elle est signalée par le hadith de Anasqui a dit que le Prophètea dit:

«Gardez-vous d'être souillés par l'urine car c'est à elle que revient la plupart des tourments de la tombe.»
[Ce hadith est rapporté par Darqutny qui l'a considéré comme bon.]

De même Alia dit:

«J’étais sujet à des suintements érotiques «Madhi» et comme la fille du Messager d'Allah (sur lui la bénédiction et la paix d'Allah) était ma femme j'ai ordonné à un homme d'interroger à ce propos le Prophète (sur lui la bénédiction et la paix d'Allah) qui lui a dit: «lave ton pénis et fais tes ablutions.» [Ce hadith est rapporté par Bukhâry et d'autres.]

Enfin on a rapporté d'après ‘Aïcha (qu'Allah l'agrée) que le Messager d'Allaha dit à la femme qui souffre des fuites du sang: «Lave-toi du sang et fais la prière.»

Quant à la purification des vêtements, elle est prouvée par le verset coranique suivant: Allah dit:

{ Purifie-tes vêtements }. [ Sourate 74 - Verset 4 ]

De même Jabir bin Abu Samura a dit:

«J'ai entendu un homme interroger le Prophète: «Puis-je prier en portant le même vêtement que j'ai porté quand j'ai fait le coït avec ma femme»? Il lui a répondu: «Oui, Sauf si tu le vois tâcher, alors tu dois le laver.»
[Ce hadith est rapporté par Ahmad, et Ibn Mâja selon une chaîne dont les transmetteurs sont dignes de confiance.]

Mu'awiya a demandé à Umm Habiba (qu'Allah soit satisfait d'elle) :

« Est-ce que le Prophètepriait en portant le même vêtement qu'il avait porté en faisant le coït avec sa femme?»
Elle lui a répondu: «Oui s'il n'était pas souillé.»

[Cette tradition est rapportée par Ahmad et les auteurs des Sunans sauf Tirmidhy.]

D'autre part: D'après Abu Saïd, le Messager d'Allaha enlevé ses semelles pendant qu'il priait. Alors tout le monde a enlevé ses semelles, Lorsqu'il a terminé la prière il a demandé au gens:

«Pourquoi avez-vous enlevé vos semelles?» ils ont répondu: «nous t'avons vu enlever les tiennes alors nous avons fait de même.». «Jibril est venu me dire qu'elles sont souillées, dit-il. Or, si quelqu'un parmi vous entre dans la mosquée, qu'il regarde ses semelles, s'il y a de la saleté, il faut les essuyer par la terre puis qu'il fasse sa prière en les portant.» [Ce hadith est rapporté par Ahmad, Abu Dawud, Hakem, Ibn Hibbân, et Ibn Khuzayma qui l'a authentifié.]

Ce hadith prouve que si l'homme commence à prier en portant quelque chose souillé, qu'il l'a ignorée ou oubliée, et la découvert pendant la prière il doit enlever la souillure puis continuer la prière normalement, il ne doit pas la répéter.

Quant à la purification de l'endroit destiné à la prière, elle est prouvée par le hadith de Abu Hurayraqui a dit:

« Un bédouin a uriné un jour dans un endroit de la mosquée. Comme les gens ont voulu le punir, le Prophèteleur a dit: «Laissez-le et apportez un seau plein d'eau et versez-le sur la place souillée. Vous êtes envoyés pour faciliter les choses et non pas pour les compliquer.» [Ce hadith est rapporté par EI-Jama’a à l'exception de Muslim.]

Chawkany a dit - après avoir commenté les preuves des gens qui ont exigé la pureté des vêtements: Si toutes ces preuves sont admises tu dois savoir qu'elles prouvent que la pureté des vêtements est obligatoire. Celui qui fait la prière par un vêtement souillé, a négligé un acte obligatoire, mais dire que sa prière est invalide; comme c'est le cas dans la négligence de l'une des conditions de validité. Cela n'est tout à fait pas juste dans le livre: «EI-Rawda-EI-Nadiya» on trouve: «La majorité des Ulémas ont dit qu'il est obligatoire de purifier 3 choses: Le corps, le vêtement et l'endroit de l'exécution de la prière. Certains ont dit que ces choses forment des conditions de validité de la prière.

D'autres ont dit qu'elles sont de la tradition prophétique, mais à vrai dire, elles sont obligatoires. En effet celui qui fait la prière, en touchant ou portant une souillure intentionnellement, a négligé un acte obligatoire et sa prière est valide.

 

4 - Couvrir ses parties intimes:

Car Allah Le Très-Haut a dit:

{ Ô fils d'Adam Revêtez-vous de vos aux habits chaque fois que vous vous rendez à toute mosquée.}

Ce qui est voulu par les beaux habits, les vêtements qui couvrent la nudité, et par la mosquée la prière. Le sens général sera alors: «Couvrez-vos nudités pour chaque prière». Salama bin Akwa (qu'Allah l'agrée) a dit:

J'ai dit: «Ô Messager d'Allah puis-je prier en portant seulement la blouse?» Il m'a répondu: «Oui mais tu dois l'envelopper et le tirer sur toi-même par une lame.» [Ce hadith est rapporté par Bukhâry.]

La limite de la nudité de l'homme:

La nudité que l'homme doit couvrir lors de la prière est ses parties génitales et son derrière, quant aux parties restées comme la cuisse, le nombril et le genou il y a un désaccord d'avis à leur propos, ce désaccord est un résultat naturel de la contradiction des traditions rapportées. Certains ont dit qu'ils font partie de la nudité, d'autres ont dit que non.

Les preuves de ceux qui ont dit qu'ils ne sont pas de la nudité:

Ceux qui ont dit que la cuisse, le nombril et le genou ne sont pas de la nudité, se sont appuyés sur les hadiths suivants:

a - D'après ‘Aïcha (qu'Allah l'agrée), un jour le Messagerétait assis, la cuisse nue, Abu Bakra demandé la permission d'entrer chez lui, il lui a autorisé sans changer de position. Puis ‘Omara demandé la permission d'entrer et il lui a autorisé aussi sans changer de position mais quand ‘Uthman a voulu entrer, il lui a autorisé après avoir caché ses jambes, lorsqu'ils sont partis ‘Aïcha lui a dit:

«Ô Messager d'Allah, Abu Bakr et Omar ont demandé la permission d'entrer et tu leur as autorisé sans changer de position, mais quand Uthman l'a demandée, tu as changé ta position, Pourquoi?» «Ô ‘Aïcha, répondit-il ne dois-je pas avoir honte d'un homme qui, par Allah, Les anges ont honte de lui.» [Ce hadith est rapporté par Ahmad, Bukhâry l'a considéré comme Mu’allaq.]

b - D'après Anas:

«Le jour de la bataille de Khaybar, le Prophètea dénudé sa cuisse de façon que j'ai pu voir sa blancheur.»
[Cette tradition est rapportée par Ahmad et Bukhâry]

Ibn hazm a dit:

«D’après cette tradition, la cuisse ne fait pas partie de la nudité sinon; Allah à lui l'omnipotence et la majesté, n'aurait pas dévoilé son Messagerle pur et l'infaillible tant qu'il est prophète et Messager et il n'aurait pas permis à Anas bin Malikni à une autre personne de la voir. Et c'est Lui Le Très Haut qui L'a sauvegardé de se dénuder pendant sa jeunesse et avant la révélation.»

Dans les 2 Sahihs d'après Jâbir: Le Messager d'Allahportait les pierres pour bâtir la Ka’ba en portant son Izzar, alors son Oncle. EI-Abbas lui a dit: Ô mon neveu, pourquoi ne pas dénouer ton Izzar et le mettre sur tes épaules pour qu'il te protège des pierres?» Dès qu'il l'a dénoué, et l'a mis sur ses épaules, il s'est évanouit, et on ne l'a jamais vu nu après ce jour-là.

c - D'après Muslim, Abu EI-Âliya, El-Barra a dit: ‘Ubada bin Samet a frappé ma cuisse et m'a dit: J'ai demandé à Abu Dhar, il m'a frappé la cuisse comme j'ai frappé la tienne et m'a dit: J'ai posé au Messager d'Allah la même question et il m'a frappé la cuisse comme j'ai frappé la tienne et m'a dit: «fais la prière dans ses heures fixées.» jusqu'à la fin du Hadith.

Ibn Hazm a dit: «À l'origine si la cuisse était de la nudité, le Messager d'Allahn'aurait pas touché celle de Abu Dharr par sa main sainte et si Abu Dharr l'a considérée de la nudité, il ne l'aurait pas frappé par sa main, il en est de même pour ‘Ubada bin amit et Abu Àliya. Car il n'est jamais licite à un musulman de frapper par la main les parties génitales d'un homme ni son derrière, ni le corps d'une femme étrangère même sur les vêtements.»

d - Ibn Hazm a rapporté une tradition dont la chaîne est reliée à Jubayr bin Juwayrith qui a dit qu'il a vu la cuisse de Abu Bakr et que Anas bin Malik a dénudé ses cuisses.

Les preuves de ceux qui ont dit qu'ils sont de la nudité:

Ceux qui ont dit qu'ils sont de la nudité, se sont appuyés sur ces hadiths:

D'après Muhammad bin Jahsh, Le Messager d'Allaha passé près de Ma’mar qui avait les cuisses nues. Alors il lui a dit:

«Ô Ma’mar, couvre tes cuisses, car les cuisses sont de la nudité.»
[Ce hadith est rapporté par Ahmad, Hakim et Bukbiry qui l'a considéré comme étant Mu’allaq dans son sahih.]

C'était les preuves des 2 groupes et le musulman n'a qu'à choisir entre les 2 avis, mais ce qui est plus confiant dans la religion c'est que l’homme qui va prier doit couvrir la partie qui s'étend du nombril jusqu'aux genoux tant qu'il peut le faire. Bukhâry a dit que la chaîne du Hadith de Anas déjà cité est plus forte mais celui de lurhud est plus confiant.

Les limites de la nudité de la femme:

Tout le corps de la femme est une nudité et elle doit le couvrir à l'exception du visage et des mains.

Allah a dit:

{ Et qu'elles ne montrent de leurs parures que ce qui en paraît.}  [ Sourate 24 - Verset 31 ]

C'est-à-dire elles ne doivent apparaître de leur beauté que le visage et les mains comme on a rapporté d'après Ibn Abbas, Ibn Omar et ‘Aïcha selon des hadiths authentiques. De son côté Aïcha a dit: Le Prophètea dit:

«Allah n'accepte pas la prière d'une femme pubère sans voile.» [Ce hadith est rapporté par les 5 à l'exception de Nasà’y, Ibn Khuzayma et Hakim l'ont authentifié, Tirmidhy a dit: «Ce hadith est bon».]

De même Umm Salama a demandé au Prophète:

«Est-ce que la femme peut faire ses prières voilée mais couverte d'une blouse.» Il a répondu: «Oui, si la blouse cache le dessus de ses pieds.» [Ce hadith est rapporté par Abu Dawud. Les Ulémas ont authentifié le fait qu'il est Mawquf.]

Enfin on a demandé à Aïcha:

«Par quel vêtement la femme doit-elle prier?» alors elle a dit: «va poser cette question à Ali et retourne pour me raconter ce qu'il t'a dit.». On a cherché Ali qui a répondu à cette question: «elle peut se contenter du voile et la blouse qui cache le dessus de ses pieds.» Une fois retourné chez Aïcha et lui raconté la réponse elle a dit: «Il a raison.».
 

Les vêtements obligatoires et préférables pour la femme :

Le vêtement obligatoire est celui qui couvre la nudité, s'il est serré de façon qu'il détermine et fait apparaître les différentes parties du corps ou, s'il est léger transparent laissant apparaître la couleur de la peau, il est interdit de prier en le portant.

D'autre part il est permis de prier en portant un seul vêtement comme l'indique le hadith déjà cité de Salama bin Akwa. De même, d'après Abu Hurayraon a interrogé le Messager d'Allahà propos de la prière faite en portant un seul vêtement, alors il a répondu:

« Est-ce que vous avez tous deux vêtements ? » [Ce hadith est rapporté par Muslim, Malik et d'autres cependant il est préférable de prier en portant deux ou plusieurs vêtements, et de se vêtir le plus beau possible.]

D'après Ibn Omarle Messager d'Allaha dit:

«Si l'un de vous se prépare pour la prière, qu'il porte ses deux vêtements, car Allah mérite le plus, de se bien parer devant lui, s'il n'avait pas deux vêtements qu'il mette son Izzar quand il veut prier et qu'il ne s'enveloppe pas dans une pèlerine comme le font les Juifs.» [Ce hadith est rapporté par Tabarani et Bayhaqy.]

Ibn ‘Abdurrazzaq a rapporté que Ubay bin Ka’b et Abdullah bin Masûd se sont disputés, Ubay a dit:

«La prière faite par un seul vêtement n'est pas haïssable.» Ibn Masûd a dit: «C'est le cas de celui qui n'a pas un autre.» Or Omar s'est mis sur la chaire et a dit: «L'avis à suivre est celui de Ubay, mais Ibn Abbas n'a pas tort. Si Allah vous a accordé de ses biens, soyez généreux: il est permis à un homme de prier en portant: tous ses vêtements, un vêtement et un Izzar, un Izzar et une blouse, un Izzar et un Caban, un pantalon et un vêtement, un pantalon et une blouse, un pantalon et un caban, un long caleçon et un caban ou un long caleçon et une blouse, Abdurrazzaq a dit: Je pense qu'il a dit aussi, un long caleçon et un vêtement ». [Cette tradition est rapportée par Bukhâry sans mentionner ses circonstances.]

De son côté Burayda a dit:

«Le Messager d'Allaha interdit de prier enveloppé par un seul vêtement enroulé autour de son corps comme une pèlerine, et il a interdit à l'homme de prier avec un pantalon sans vêtement.» [Cette tradition est rapportée par Abu Dawud et Bayhaqy.]

Du reste, D'après Hasan bin Ali :

«Quand il voulait prier il portait ses vêtements les plus beaux. On l'a interrogé à ce propos, alors il a dit: Allah est Beau et aime la beauté et je me pare pour mon Seigneur, qui dit: { Revêtez-vous de vos beaux habits chaque fois que vous vous rendez à toute mosquée }. »

Prier la tête nue:

Ibn Asâkir a rapporté d'après Ibn Abbasque le Prophèteenlevait son bonnet et le mettait devant lui en priant. Chez les Hanafites rien n'empêche l'homme de prier la tête nue, en plus ils l'ont préféré s'il marque la crainte on n'a rien rapporté à propos de la préférence de couvrir la tête en priant.

 

5 - Les Ulémas se sont mis d'accord sur le fait de se diriger vers la mosquée sacrée pour faire la prière. Car Allah a dit:

 

{ Tourne ton visage du côté de la mosquée sacrée, où que vous soyez, tournez votre visage de ce côté.}
 [ Sourate 2 - Verset 144]

Barra a dit:  «Nous avons prié avec le Prophète16 ou 17 mois dirigés vers Jérusalem, puis on nous a changé la direction vers la Ka’ba.» [Cette tradition est rapportée par Muslim.]

 

Le statut de celui qui voit la Ka’ba et de celui qui ne la voit pas:

Celui qui voit la Ka’ba doit s'adresser vers elle même, et celui qui ne peut pas la voir doit s'adresser vers sa direction, parce qu'il ne peut pas faire autrement et Allah ne charge une âme de plus que sa capacité.

D'après Abu Hurayrale Messager d'Allaha dit:

«L'endroit vers lequel on s'adresse dans notre prière c'est entre l'Est et l'Ouest.» [Ibn Mâja et Tirmidhy ont rapporté ce hadith, Tirmidhy a dit: «Il est bon et authentique, Bukhâry l'a transcrit.»]

Ceci concerne les habitants de Médine et ceux qui suivent leurs voies comme les habitants du pays d'El cham, ceux de la péninsule arabe et ceux de l'Irak.

Quant aux habitants de l'Egypte, leur «Qibla» est entre l'Est et le Sud, pour les habitants du Yémen; l'Est est à la droite de l'exécuteur de la prière et l'Ouest est à sa gauche.

Pour les habitants de l'Inde, l'Est est derrière l'exécuteur et L'Ouest devant lui. Et ainsi de suite.

Comment peut-on savoir l'endroit de la «Qibla»?

Chaque pays a des instruments spéciaux qui lui indique l'endroit de la «Qibla», parmi ses instruments les «mihrab» que les musulmans ont construit dans leurs mosquées et la boussole.

Le statut de celui à qui les instruments et les indicateurs échappent :

Celui qui ne connaît pas l'endroit de la «Qibla» à cause d'un nuage ou d'une obscurité, doit demander à une personne pour la lui indiquer. S'il ne trouve pas de personnes à qui demander, il peut faire une jurisprudence personnelle (Ijtihâd) et exécuter sa prière selon son (Ijtihâd), sa prière sera comptée. Il ne doit pas la refaire même s'il s'aperçoit après de sa faute ou s'il se rend compte de sa faute pendant la prière il se tourne vers l'endroit juste sans couper sa prière.

Ibn Omara dit:

«Il y avait des gens à «Qubâ qui faisait la prière de l'aube, un homme vint leur dire que le Prophète a eu le soir une révélation coranique et a eu l'ordre de s'adresser vers la «Ka’ba» pendant la prière. Les gens faisaient face au pays d'El cham, ils se sont alors tout de suite retournés vers la Ka’ba sans interrompre leur prière.» [Ce hadith fait l'objet d'un accord.]

En effet, si l'individu fait un «Ijtihâd» dans une prière, il doit le refaire pour une autre, si son «Ijtihâd» change, il exécute la deuxième prière selon son second «Ijtihâd» mais il ne refait pas sa première prière.

Quand peut-on ne pas se diriger vers la Qibla?

Se diriger vers la Qibla dans la prière est un devoir qui ne peut être annulé que dans les cas suivants:

a - Dans la prière bénévole de l'individu qui est au cours d'un voyage sur sa monture: Il peut faire des gestes par la tête, ses prosternations doivent être plus basses que ses inclinaisons. Sa Qibla sera l'endroit vers lequel la monture se dirige. Amer Abu Rabia a dit:

«J'ai vu le Messager d'Allahexécuter des prières sur sa monture: il s'adressait vers l'endroit que la monture prenait». [Bukhâry et Muslim ont rapporté ce hadith, Bukhâry a ajouté: «Il faisait des gestes par la tête. Mais ce comportement était dans la prière bénévole et non pas dans l'obligatoire.»]

Ahmad, Muslim et Tirmidhy ont rapporté que le Messager d'Allahpriait sur sa monture pendant son voyage de la Mecque à la Médine, il s'adressait vers l'endroit que la monture prenait. À ce comportement a été révélé le verset suivant:

{ Là où vous vous adressez, vous trouverez la face d'Allah.}

D'après Ibrahim Nakh'y : «Ils priaient sur leurs montures là où elles se dirigeaient». Ibn Hazm a dit: «Ceci concerne également les compagnons et les adeptes en état de résidence et en voyage.»

b - Dans la prière du malade, de celui qui est contraint ou qui a peur: Celui qui a peur, celui qui est contraint et le malade ont le droit de faire la prière sans se diriger vers la Qibla s'ils ne le peuvent pas.

Le Messager d'Allaha dit:  «Si je vous ordonne quelque chose, essayez de l'exécuter tant que vous le pouvez.»

Allah le plus Haut dit:

{ En période de trouble, il vous est permis de prier en marche ou à cheval.}
 
[ Sourate 2 - Verset 239]

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre