La récitation de l'aube

Il récitait à l'aube entre 60 à 100 versets. De la sourate «Qaf», «les romains», «si le soleil s'éteint» ou «la convulsion terrestre» dans les deux rak’as, ou «les hommes» et «par celui qui fait éclore» pendant qu'il était en voyage ou «les croyants» jusqu'à arriver à Mussa et Hârun dans la première rak'a mais, il a toussé fortement alors il s'est incliné.

Il récitait les vendredis «la prosternation» et «l'homme» toutes entières. Il n'a jamais fait ce que font les gens de nos jours qui récitent quelques versets de chacune. Quant à ceux qui croient qu'il est préférable de réciter la sourate «la prosternation» nous leur disons que c'est de l'ignorance et c'est pour cette croyance que les ulémas n'aiment pas la réciter. Le Prophèterécitait ces 2 sourates de ce qu'elles comprennent du rappel du principe de l'Islam, de la résurrection, de la création d'Adam, du paradis, de l'enfer... et d'autres actions qui ont eu lieu ou vont avoir lieu, un vendredi.

Pour cela il la récitait à l'aube du vendredi pour rappeler à sa nation les événements de ce jour. D'autre part, les jours des grandes assemblées comme les fêtes et les vendredis, il récitait la sourate «Qaf», «la lune», «le très haut» et «l'épreuve universelle».

 

La récitation du midi

Quant à la prière du midi, il récitait parfois une sourate longue à tel point qu'Abu Sa'id a dit:

« A la prière du midi, l'homme pouvait partir à Baqi' pour faire ses besoins et revenir faire ses ablutions
chez lui puis retourner à la mosquée pour continuer avec le Prophètela première rak'a».
[Muslim a rapporté ce hadith.]

Parfois, il récitait une semblable à «la prosternation» et parfois une semblable à «le très Haut» et «la nuit» ou «les constellations» et «de visiteur de nuit».

 

La récitation de l'après-midi

Quant à la récitation de l'après-midi, elle était la moitié de celle du midi si elle était longue et égale si elle était courte.

 

La récitation du coucher du soleil

Quant à la récitation du coucher du soleil, elle était différente de celles des autres prières.

Il a récité une fois la sourate «A'râf» dans les deux rak'as, une autre fois la sourate «le mont sina» et parfois «celles qu'on voie».

Abu 'Omar Ibn 'Abdulbirr a dit: «On avait rapporté que le Prophètea récité dans la prière du coucher du soleil sourate «A'râf» et «les rangs» et parfois aussi «la fumée» ainsi que «le très haut», «le figuier», «les hommes», « les constellations» et «celles qu'on envoie». Il récitait aussi les sourates courtes de la partie nommée Mufassal. [Tous ces récits sont authentiques et célèbres.]

Quant à la persévérance dans la récitation des sourates. C'était la manière de Marwân bin Hakam. Zayd bin Thâbet avait dénié cette manière en lui disant:  

«Pourquoi récites-tu ces sourates tandis que le Prophèterécitait la plus longue de 2 longues sourates.
- «Et qu'est-ce que c'est ? » répond-t-il. - «C'est «A'raf».» dit Zayd
[Les auteurs des livres «Sunan» ont authentifié ce hadiths.]

Nasâ'y a rapporté d'après 'Aïcha (qu'Allah l'agrée), le Prophètea récité dans la prière du coucher du soleil sourate «A'râf» en la divisant entre les deux rak'as, alors ce que faisait Marwân Ibn Hakam contredit la tradition prophétique.

 

La récitation du soir  

Quand à la récitation de la prière du soir, le Prophèterécitait «le figuier» et il a déterminé à Mu'âdh: «le soleil», «le très haut», «la nuit»... et d'autres, il lui a désavoué sa récitation de sourate «la vache» quand il a fait la prière avec lui et s'est dirigé vers banu 'Amr bin 'Awf pour faire avec eux la prière du soir sa récitation était très longue car il a récité «la vache».

 

La récitation de la prière du vendredi

Il récitait dans la prière du vendredi la sourate «vendredi» et «les hypocrites» ou «l'épreuve universelle» ensemble toutes entières. Parfois il récitait «le très haut» et «l'épreuve universelle». Mais il ne s'est jamais satisfait par les derniers versets de sourate «Ô les croyants». Et ceci contredit sa tradition.

 

La récitation des fêtes

Aux fêtes, il récitait tantôt les sourates «Qaf» et «la lune» ensemble toutes entières, tantôt «le très haut» et «l'épreuve universelle». Il a continué cette tradition jusqu'à la fin de ses jours, et les 4 califes ont fait de même.

Abu Bakra récité à l'aube sourate «la vache», il l’a terminé à proximité du lever du soleil. Les gens lui ont dit: Ô Calife du Messager d'Allah, le soleil risque de se lever. Il leur a répondu: s'il se lève, il ne nous trouve pas ensommeillé.

Omarrécitait à l'aube sourate «Yusuf», «les abeilles», «Hud», «les enfants d'Israël» et des sourates semblables. Si l'allongement du Prophèteest abolit, ceci ne pourrait se cacher aux 4 califes et les critiques auraient dû le savoir.

Quant au hadith rapporté par Muslimdans son livre «Sahih» d'après Jabir bin Samura :

Le Prophèterécitait à l'aube la sourate «Qaf» et sa prière ensuite était allégée, le mot «ensuite» signifie après l'aube c'est-à-dire qu'il allongeait la sourate récitée à la prière de l'aube plus que les autres prières qui venaient ensuite où il récitait des sourates courtes.

Um El Fadl fait preuve en disant qu'elle avait entendu Ibn 'Abbas réciter «celles qu'on envoies». Elle lui a dit:

Ô mon enfant, tu me rappelles par cette récitation l'époque du Prophète elle était la dernière que j'ai entendu le Prophèteréciter au coucher du soleil.

Puis Jabir a continué: quant au propos du Prophète:

«Celui qui fait l'Imâm des gens qu'il allége sa prière», et le propos de Anas: «Le Messager d'Allah raccourcissait le plus la récitation quand il faisait l'Imâm des gens», l'allégement ou le raccourcissement est un sujet relatif qui revient à ce que le Prophèteavait fait et non pas aux désirs des exécuteurs, car le Prophète ne leur ordonnait pas une chose qu'il contredisait après, il faisait ainsi parce qu'il savait qu'il y a derrière lui des exécuteurs âgés, faibles ou occupés par un autre problème. Alors il faisait ce qu'il avait ordonné les gens de faire. Mais si l'affaire le concerne seulement, il pouvait réciter une très longue sourate sans être gêné. Cependant sa tradition qu'il avait continuée jusqu'à la fin de ses jours en fait preuve.

Nasây et d'autres ont rapporté d'après Ibn ‘Omar (qu'Allah soit satisfait des deux) :

Le Messager d'Allahnous ordonnait de raccourcir les sourates récitées après «El-Fâtiha» et quand il faisait l'Imâm il récitait «les rangs». Alors «les rangs» est une sourate considérée comme courte.

 

La récitation d'une seule sourate

Le Messager d'Allahne choisissait pas une sourate et la récitait dans toutes prières qu'aux Vendredis et aux jours des fêtes.  Quant aux autres prières, Abu Dawud a rapporté d'après 'Amr bin Chu’ayb d'après son père d'après son grand père:

J'ai entendu le Prophète réciter dans la prière obligatoire toutes les sourates qu'elles soient petites ou grandes, il les divisait parfois entre les deux rak'as, il récitait des fois le début de la sourate mais il n'a jamais récité la fin ou le milieu d'une sourate.

Tandis que dans la prière bénévole, il récitait parfois deux sourates dans la même rak'a.

Ibn Mass'ud a dit:

«Je connais les sourates que le Prophète joignait ensembles: il joignait «le clément» et «l'étoile» ensemble, «la lune» et «la réparation» ensemble, «les vents» et «le mont sina» ensemble, «la plume» et «l'événement» ensemble»

Mais il n'a pas précisé si le Prophètejoignait ces sourates dans la prière obligatoire ou dans la prière bénévole.

En outre la récitation d'une seule sourate dans les deux rak'a était rare.

Abu Dawud a rapporté d'après un homme de Juhayna qu'il avait entendu le Messager d'Allahréciter à l'aube «la convulsion terrestre» en la divisant entre les deux rak'as. Il a dit: «Je ne sais pas si le Messager d'Allah avait fait ainsi exprès ou par oubli.

 

L'allongement de la première rak'a à la prière de l'aube

Le Messager d'Allahchoisissait pour la première rak'a une sourate plus longue que celle de la deuxième rak'a dans la prière de l'aube et dans toutes les autres prières. Peut être, allongeait-il parce qu'il voulait permettre à tous les hommes de rattraper la prière à la première rak'a. D'ailleurs, il allongeait la prière de l'aube plus que les autres prières parce qu'Allah et ses anges assistent à la récitation du Coran faite à l'aube.

Et l'on a dit que les anges de la nuit et du jour assistent à cette prière.

Ces deux avis sont basés sur : est-ce que cela dure jusqu'à la terminaison de la prière de l'aube ou jusqu'au lever du jour ?

Il y a eu 2 réponses :

Aussi, peut-être allongeait-il la prière de l'aube parce que le nombre de ses rak'as est petit et parce qu'elle vient après le sommeil et les gens seront reposés ou parce qu'ils n'ont pas encore envisagé la vie ce jour-ci ni ses problèmes, ou peut être parce qu'elle est dans un moment où l'ouïe, la langue et le coeur seront en convention l'un avec les autres à cause du vide et du repos, alors le Coran sera bien compris.

Aussi parce qu'elle est à la base du travail et son début, on lui donne plus d'intérêt et on l'allonge. Tous ces secrets sont connus par ceux qui s'intéressent aux secrets de la légitimité islamique, ses objets et ses lois.

 

Comment récitait le Messager de Dieu ?

Sa récitation était longue.

Il s'arrêtait à chaque verset et prolongeait sa voix.

Cette tradition est rapportée par Ibn Qayim.

 

Ce qui est recommandé pendant la récitation

Il est recommandé d'améliorer et d'embellir la voix pendant la récitation, puisqu'il y a un hadith qui dit:

«Embellissez vos voix en récitant le Coran».

Un autre hadith dit: «Celui qui n'améliore pas sa voix en récitant le Coran ne nous appartient pas ».

Un autre encore: «Le meilleur récitateur c'est celui qui quand vous l'entendez vous sentez qu'il craint Allah».

Aussi:

«Allah n'a entendu une chose meilleure que la récitation d'un Prophète qui embellit et améliore sa voix en récitant le Coran.»

Nawawy a dit: «Il est recommandé à celui qui récite le Coran (dans sa prière ou autre), de demander à Allah Sa miséricorde s'il passe dans sa récitation par un verset de miséricorde. De même, s'il passe par un verset de châtiment qu'il demande refuge auprès d'Allah contre le feu, la peine, ou le mal.

Ou bien qu'il dise: «Ô Seigneur, je Te demande de m'accorder la vitalité, ou quelque chose de semblable». S'il passe par un verset de glorification d'Allah qu'il dise: «Gloire à Allah, le très haut», -Que le nom d'Allah, Seigneur des mondes, soit béni», ou «Que la majesté de notre Seigneur soit exaltée»....

D'après Hudhayfa bin Yamàn:

«J'ai fait une fois la prière avec le Messager d'Allahil a récité après la Fatiha la sourate «la vache» alors je me suis dit, il va s'incliner au centième verset, mais il l'a continuée toute entière, J'ai cru qu'il allait s'incliner mais il l'a ensuivit de la sourate «la famille d'Imran» puis celle «des femmes». Il récitait avec persévérance, s'il passait par un verset de glorification, il glorifiait Allah, s'il passait par un verset de demande, il demandait à Allah , s'il passait par un verset de refuge, il se réfugiait auprès d'Allah».
[Muslim a rapporté ce hadith.]

Les auteurs des sunans ont dit: «Ceci est recommandé». La glorification, la demande et le refuge sont recommandés à celui qui récite dans sa prière qu'il soit Imam, seul ou derrière un Imam parce que c'est une invocation comme «Amen» après El-Fâtiha.

En outre il est recommandé à celui qui récite: { Allah n'est-Il pas le plus juste des juges }
[ Sourate 11 - Verset 45 ]
de répondre:  «Si, je suis parmi les témoins».

S'il récite: { n'est-Il pas capable de ressusciter les morts? }
[ Sourate 75 - Verset 40 ]
qu'il réponde: «Si je témoigne ceci».

S'il récite: { après cela, quel langage faut-il leur tenir pour les amener à croire? }
qu'il réponde: je crois en Allah.

S'il récite: { Glorifie le nom de ton Allah le très haut }
[ Sourate 87 - Verset 1 ]
qu'il réponde: Exalté soit mon Seigneur le Très Haut.

 

Tout ceci dans la prière autant que dans la récitation ordinaire

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre