Il y a dans la prière, des traditions et il est recommandable de bien les maintenir pour obtenir leur rétribution.

Nous allons les citer dans ce qui suit:

 

1 - L'élévation des bras :

Il est recommandé d'élever les bras dans 4 cas:

La première à la prononciation de la formule du Takbir (Allah Akbar...). Ibn El-Mundhir a dit: Les ulémas ne se sont jamais mis en désaccord sur le fait que le Prophèteélevait ses bras au début de la prière. Hafez Ibn Hajar a dit: «50 compagnons ont rapporté qu'il élevait ses bras, parmi eux les 10 attestés d'être au paradis». De même Bayhaqy a rapporté d'après Hâkem: «On ne connaît une tradition «Sunna» autre que celle-ci qui a fait l'objet d'accord des 4 califes, des 10 attestés d'être au paradis, et des autres Compagnons bien qu'ils soient éparpillés dans tous les pays.» Bayhaqy a dit: «C'est comme a dit notre maître Abu 'Abdullah.»

La manière de l'élévation:

Il y a plusieurs traditions concernant l'élévation des bras. La tradition élue et adoptée par les ulémas, prouve qu'il élevait ses bras de manière à ce que ses mains longeaient ses épaules, le bout de ses doigts côtoyait le haut de ses oreilles, ses pouces, le bout de ses oreilles et les plats de ses mains ses épaules. Nawawy a dit: Ainsi Châfi'y a pu joindre entre toutes les traditions qui ont prouvé cette action. Les gens ont aimé cela.

En outre, il est recommandé d'étendre les doigts au moment de l'élévation.

D'après Abu Hurayra:

Le Prophèteétendait ses doigts en élevant ses bras au moment de la prière.
[Les 5 ont rapporté ce hadith à l'exception de Ibn Mâja.]

Le moment de l'élévation:

II faut que l'élévation des bras soit faite au moment même de la prononciation de la formule du takbir ou avant.

D'après Nafe':

Ibn 'Omar (qu'Allah les agrée) prononçait la formule du takbir au début de la prière en élevant les bras.
Il a dit que le Prophètefaisait ainsi.
[Bukhâry, Nasâ’Y et Abu Dawud ont rapporté ce hadith.]

Abu Dawuda dit:

«Le Prophèteélevait ses bras au moment de la formule du takbir de manière que ses mains
côtoyaient ses épaules ou presque».
[Ahmad et d'autres ont rapporte ce hadith.]

Quant au fait de devancer l'élévation de bras sur la formule du takbir c'est Ibn 'Omar qui l'a rapporté. Il a dit:

«Le Prophète élevait ses bras au début de la prière de manière à ce que ses mains côtoyaient ses épaules
puis prononçait la formule du takbir».
[Bukhâry et Muslim ont rapporté ce hadith.]

D'après le hadith de Malek bin Huwayreth:

«Il a prononcé la formule du takbir puis il a élevé ses bras.» [Muslim a rapporté ce hadith.]

Ceci limite le fait de devancer la formule du takbir sur l'élévation. Mais El Hafez a dit: Je ne connais personne qui a dit qu'il faut devancer la formule du takbir sur l'élévation.

La deuxième et la troisième:

Il est recommandé d'élever les bras avant l'inclinaison puis quand on se redresse de l'inclinaison. 22 compagnons ont rapporté ce qui suit : Le Messager d'Allahle faisait, et Ibn 'Omar (qu'Allah les agrée) a dit:

«Le Prophète élevait ses bras au début de la prière de manière que ses mains côtoyaient ses épaules puis prononçait la formule du takbir; quand il voulait s'incliner il faisait de même puis quand il se redressait de l'inclinaison également.
A ce moment il disait:
« Allah a entendu celui qui L’a loué»   Sami'â Allahou liman Hamidah

[Bukhâry, Muslim et Bayhaqy ont rapporté ce hadith.]

Bukhârya dit:

« Il ne le faisait pas quand il se prosternait ni quand il se redressait de la Prosternation».

Muslim a dit:

«Il ne le faisait pas quand il se redressait de la prosternation». Il dit aussi: «Il ne les élevait pas entre les deux prosternations».

Bayhaqy a ajouté:

«Il priait de cette manière jusqu'à ce qu'il rejoigne Allah le Très Haut.»

Ibn El-Madâyiny a dit: «Je considère ce hadith comme un argument contre les gens qui me contredisent. (...)

La quatrième élévation au moment de la troisième rak'a

D'après Nàfe' d'après Ibn 'Omar (qu'Allah les agrée): après avoir terminé 2 rak'as: Ibn 'Omar (qu'Allah les agrée) a rapporté que le Prophètefaisait ainsi. [Bukhâry, Abu Dawud et Nasà'y ont rapporté ce hadith.]

D'après 'Ali, en décrivant la prière du Prophèteil élevait ses bras de manière que ses mains côtoyaient ses épaules et prononçait la formule du takbir après avoir terminé les 2 premières rak'a, au début de la troisième. [Abu Dawud, Ahmad et Tirmidhy ont rapporté ce hadith. Tirmidhy l'a authentifié.]

L'égalité entre la femme et l'homme dans cette tradition:

Chawkany a dit: Les femmes et les hommes participent à cette tradition.

Rien n'a mentionné ce qui indique qu'il y a différence entre les 2 ainsi que dans ce qui indique qu'il y a différence entre l'homme et la femme dans la manière de l'élévation.

 

2 - Le fait de poser la main droite sur la main gauche :  

Il est préférable de mettre la main droite sur la main gauche en priant. Ceci a été mentionné dans 20 hadiths d'après 18 compagnons et adeptes du Prophète.

D'après Sahl bin Sa'd:

On ordonnait aux gens du mettre leurs mains droites sur leurs avant bras gauches en priant.
[Abu Hazem a dit: La chaîne de ce hadith revient au Messager d'Allah (sur lui la bénédiction et la paix d'Allah).
Bukhâry, Ahmad et Mâlek dans son «Muwatta'» ont rapporté ce hadith.]

Hafez a dit: «Ce hadith est marfou' parce qu'il signifie que c'est le Prophètequi ordonnait ceci.

D'après le Messager d'Allah:

«Nous les Prophètes, nous avons été ordonnés de nous hâter le rompre lorsque l'heure de rompre le jeûne arrive, de retarder tant qu'on peut le repas de nuit de ramadan (suhur) et de mettre nos mains droites sur les mains gauches en priant.»

D'après Jabir:

«Le Messager d'Allaha passé par un homme qui priait en mettant sa main gauche sur la droite, alors le Prophètela lui a enlevé et lui a mis la droite sur la gauche.» [Ahmad et d'autres ont rapporté ce hadith.]

Nawawy a dit: «Sa chaîne est authentique». Ibn 'Abdulbirr a dit: «On n'avait rapporté d'après le Prophète ce qui contredit cette tradition, la plupart des compagnonset des adeptes l'ont rapporté aussi. Mâlek l'a mentionné dans son livre «Muwatta'».

L'endroit de cette position:

Kamâl Ibn L-Hammam a dit: «Il n'y a aucun hadith authentique qui indique l'endroit de cette position si elle est sous la poitrine ou sous le nombril. Les hanafites les posent sous le nombril, les Chafi'ites sous la poitrine. »

Chez Ahmad il y a 2 doctrines concernant cette question, il voit qu'on peut considérer les 2 positions.

Tirmidhy a dit: Les compagnons, les adeptes du Prophèteet ceux qui viennent après voient que l'homme met sa main droite sur sa main gauche en priant d'autres disent qu'il mette la droite sur la gauche, au-dessus du nombril, un autre groupe des Ulémas disent qu'ils les mettent au-dessous du nombril. Toutes ces manières sont exécutoires chez eux.

Il y a des versions qui disent que le Prophèteposait ses mains sur sa poitrine. D'après Hulb Tà'i:

« J'ai vu le Prophète mettre la droite sur le poignet gauche sur sa poitrine».
[Ibn Khuzayma l'a rapporté.]

Abu Dawud et Nasâ'y l'ont authentifié et l'ont rapporté ainsi:

«Puis il a mis sa main droite sur le plat de sa main gauche et le poignet sur l'avant-bras».
C'est à dire qu'il a mis sa main droite sur le plat de sa main gauche et son poignet sur son avant-bras.

 

3 - La supplication ou l'invocation du commencement de la prière :  

II est préférable pour l'exécuteur de la prière de faire une des invocations que le Prophètefaisait et en commençait sa prière, après la formule du takbir et avant la récitation du Coran. En voilà quelques unes:

a - D'après Abu Hurayra:

«Le Messager d'Allahse taisait un petit moment après la formule du takbir et avant la récitation du Coran, je lui ai dit: Ô Messager d'Allah, par mon père et ma mère, que dis-tu entre la formule du takbir et la récitation du Coran? Il m'a répondu: Je dis: Ô mon Dieu éloigne moi de mes péchés comme tu as éloigné entre l'Est et l'Ouest, O mon Dieu purifie moi comme on nettoie le linge blanc de la souillure, Ô mon Dieu lave moi de mes péchés avec de l'eau, de la neige et de la grêle». [Bukhâry, Muslim et les auteurs des Sunans à l'exception de Tirmidhy ont rapporté ce hadith.]

b - D'après 'Ali:

«Le Messager d'Allahcommençait sa prière par la formule du takbir puis disait: je tourne mon visage vers celui qui a crée les cieux et la terre, sincère et soumis à Lui, je ne suis pas des polythéistes. Certes, que ma prière, mes cultes, ma vie et ma mort appartiennent à Allah , Seigneur des mondes : Il n'a aucun associé, et c'est ce que j'ai été commandé, je suis parmi les musulmans. Ô Allah Tu es le Roi, il n'y a point d'Allah sauf Toi. Tu es mon Seigneur et je suis Ton serviteur. Je me suis fais beaucoup de mal et je reconnais mes péchés. Pardonne-moi mes péchés car c'est Toi seul qui peut me pardonner. Guide moi vers le meilleur caractère car c'est Toi seul qui peut me guider vers le meilleur caractère. Débarrasse-moi des mauvais penchants car c'est Toi seul qui peux m'en débarrasser. Je suis là devant Toi prêt à Te servir. Tous les bienfaits sont entre Tes mains. Le mal ne peut être attribué à Toi. Mon existence t'appartient et je me retourne vers Toi. Tu es en Toi même béni et exalté. Je cherche Ton pardon et je reviens à Toi.» [Ahmad, Muslim, Tirmidhy, Abu Dawud et D'autres ont rapporté ce hadith.]

c - D'après 'Omar, il disait après la formule du takbir:

«Gloire à toi Ô Allah! Et louanges à Toi. Que Ton nom soit béni, que Ton pouvoir soit exalté et il n'y a point d'Allah sauf Toi.» [Muslim a rapporté ce hadith selon une chaîne munqati', Darqutni l'a rapporté en le considérant comme mawsul et que sa chaîne s'arrête sur 'Omar.]

Ibn Qayim a dit: Il est connu que 'Omarla prononçait dans la mosquée du Prophèteil la proclamait et l'apprenait aux autres, de ce point il peut être jugé comme marfu', pour cela l'Imam Ahmad a dit: Quant à moi, je suis de l'avis de 'Omar, si quelqu'un commence sa prière par l'une de ces formules: Ce sera meilleur.

d - D'après Abdulrahmàn bin 'Awf:

«J'ai demandé à 'Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) comment le Prophètecommençait sa prière de l'aube. Elle a répondu: Il commençait sa prière de l'aube ainsi: Ô mon Dieu, Seigneur de Jibril, Mikàïl et Isràfil, Toi qui a fendu les cieux et la terre, le connaisseur du mystère et du témoignage, c'est Toi qui juge parmi tes adorateurs lorsqu'ils sont en désaccord, guide moi par ta permission vers le droit divin, c'est Toi qui guide qui Tu veux vers le droit chemin». [Muslim, Abu Dawud, Tirmidhy, Nasà'y et Ibn Mâja ont rapporté ce hadith.]

e - Nàfe' bin Jubayr bin Mut'em a rapporté d'après son père: J'ai entendu le Messager d'Allahprononcer dans la prière bénévole ce qui suit:

«Allah est le plus grand, l'éminent 3 fois, louanges très fortes à Allah 3 fois, gloire à Allah matin et soir, 3 fois. Ô mon Dieu je me réfugie auprès de Toi contre le maudit démon, contre ses suggestions, son souffle et son orgueil.» J'ai demandé: Ô Messager d'Allah, qu'est que ses suggestions, son souffle et son orgueil? - «Quant aux suggestions, répondit-il, c'est son inspiration qui attire l'homme. Quant à son souffle c'est la production poétique, et son orgueil c'est son sentiment élevé de dignité.» [Ahmad, Abu Dawud, Ibn Mâja et Ibn Hibbân ont rapporté ce hadith d'une manière abrégée.]

f - D'après Ibn 'Abbas: «Le Prophètedisait au début de sa prière prolongée de la nuit:

«Ô mon Dieu, louange à Toi, le juge des cieux, de la terre et de ceux qui les habitent, louanges à Toi, lumière des cieux de la terre et de ceux qui les habitent. Louanges à Toi, possesseur des cieux, de la terre et de ceux qui les habitent, louanges à Toi, tu es le Juste et la permission est juste. Ta rencontre est vraie, Ta parole est vraie, le paradis est vrai, l'enfer est vrai, les prophètes sont vrais. Muhammad est vrai et l'heure du jugement est un droit. Ô mon Dieu je me soumets à Toi, je crois en Toi, je me procure à Toi et je parviens à Toi, je me suis querellé pour Toi, j'ai jugé pour Toi, pardonne-moi toutes mes fautes passées et futures, ce que je fais en public et ce que je fais en secret, Tu es celui qui avance tout et qui retarde tout, il n'y a point d'Allah sauf Toi ou il n'y a pas d'autre Dieu que Toi, il n'y a ni force ni puissance qu'en Allah». [Bukhâry, Muslim, Abu Dawud, Tirmidhy, Nasà'y, Ibn Mâja et Malek ont rapporté ce hadith.]

Abu Dawuda rapporté d'après Ibn 'Abbasque le Messager d'Allahdisait ainsi après la formule du takbir.

 
 

4 - La demande du refuge:

Il est recommandable à l'exécuteur de la prière de demander le refuge après l'invocation du commencement de la prière et avant la récitation du Coran, pour le propos d'Allah:

{ Quand vous lisez le Coran, cherchez refuge en Allah contre Satan le maudit }.

Dans le hadith de Nàfe' bin Jubayr déjà cité a rapporté que le Messager d'Allahdisait:

«Ô mon Dieu, je me réfugie auprès de Toi contre le maudit Satan.» ...

Sa prononciation à voix basse:

La tradition de la prononcer à voix basse. Dans le livre «El Mughni»:

«la demande du refuge auprès d'Allah se dit à voix basse et non pas à voix haute. Je ne connais pas une contradiction».

Mais Châfi’y trouve que l'individu a le choix de la prononcer à voix basse ou à voix haute dans la prière faite à voix haute.

On avait rapporté d'après Abu Hurayra selon une chaîne faible qu'on la prononce à voix haute.

Sa légalité dans les premières rak'as sans les autres:

La demande du refuge auprès d'Allah se fait à la première rak’a : seulement. Abu Hurayraa dit:

«Le Messager d'Allahcommençait la deuxième rak'a par
«louange à Allah, Seigneur des mondes» puis continuait le reste tout de suite».
[Muslim a rapporté ce hadith.]

Ibn El Qayim a dit que les ulémas se sont mis en désaccord. Est-ce la place convenable pour la demande du refuge ou non? Ils se sont mis d'accord sur le fait que ce n'est pas la place convenable des suggestions. Il y a 2 avis que les compagnons de Ahmad ont établi : la première est-ce que les récitations dans la prière sont une seule récitation pour laquelle suffit une seule demande du refuge auprès d'Allah ? Ou les récitations des rak'as sont indépendantes les unes des autres ?

Mais ils ne sont pas mis en désaccord que l'invocation du commencement de la prière se fait pour toute la prière en une fois.

Le contentement d'une seule demande de refuge auprès d'Allah revient au hadith authentique, et il a cité le hadith de Abu Hurayra, puis dit: Il suffit d'invoquer une seule fois parce qu'il n'y a pas d'arrêt entre les deux récitations. Elles sont considérées comme une seule récitation intercalée par une louange, une glorification, une citation de la formule: «Il n'y a point de Dieu autre qu'Allah» ou une demande que la bénédiction et la paix d'Allah soient sur le Prophète - ou autres –

Chawkany a dit: «par mesure de précaution, il est préférable de se contenter de ce que la tradition prophétique dit: c'est la demande du refuge auprès d'Allah contre Satan le maudit avant la récitation de la première rak'a seulement.

 

5 - Dire « Amen » :

Il est de la tradition que chaque exécuteur de la prière, qu'il soit Imam, ou qu’il suive l'Imâm ou prie seul de dire «Amen» après la récitation de sourate «El-Fâtiha». Il la dit à haute voix dans la prière faite à haute voix et à voix basse dans la prière faite à voix basse.

D'après Na'im El Mujmir: J'ai fait la prière derrière Abu Hurayra, il a dit: { Au nom d'Allah Le très Miséricordieux Le tout Miséricordieux } puis récita la sourate «El-Fâtiha» la mère du Coran jusqu'à arriver à «le chemin des égarés» il dit alors «Amen».

Les gens ont dit derrière lui «Amen», à la suite Abu Hurayrademanda la bénédiction et la paix d'Allah sur son Messager et dit:

«Par celui qui tient mon âme entre ses mains, je vous imite la prière du Messager d'Allah».
[Bukhâry a rapporté ce hadith sans mentionner sa chaîne.]

Ainsi Nasà'y, Ibn Khuzayma, Ibn Hibbân et Ibn Siraj l'ont rapporté.

Dans le livre de Bukhâry, Ibn Chihab a dit: Le Messager d'Allahdisait: «Amen».

‘Atà` a dit: ««Amen» est une invocation, Ibn Zubayr et ceux qui priaient derrière lui ont dit Amen d'une manière que la voix remplisse la mosquée.»

Nàfe' a dit: «Ibn 'Omar ne la quittait pas, il incitait les gens à la dire, j’ai même entendu d'après lui un hadith à son propos.».

D'après Abu Hurayra:

«Lorsque le Messager d'Allaharrivait à { Non le chemin de ceux qui ont encouru ta colère, non le chemin des égarés }
il disait «Amen» d'une voix que ceux qui sont au premier rang derrière lui l'entendent.
[Abu Dawud et Ibn Mâja ont rapporté ce hadith.]

Cependant Ibn Mâja a dit:

«D’une voix que tout le premier rang l'entend et que la mosquée tremble.»
[Hâkem l'a aussi rapporté, il a dit que sa chaîne est authentique selon leur condition.]

Bayhaqy également a dit : Sa chaîne est bonne et authentique. Darqutny a dit que sa chaîne est bonne.

D'après Wâ’Il bin Hojr:

«J'ai entendu le Messager d'Allahréciter: { Non le chemin des égarés } Et l'ensuivit par «Amen» en étendant sa voix.
[Ahmad et Abu Dawud ont rapporté ce hadith.]

Abu Dawud a dit: «Il hausse la voix.» Tirmidhy l'a considéré comme bon et dit: La plupart des ulémas, des compagnons, des adeptes et ceux qui l'ont suivi ont rapporté que l'individu doit hausser la voix en disant «Amen».

Hafez a dit: «La chaîne de ce hadith est authentique.». ‘Ata dit: «J'ai rencontré 200 compagnons dans cette mosquée, ils disaient tous Amen à voix haute lorsque l'Imâm disait  { non le chemin des égarés} ».

D'après 'Aïcha (qu'Allah soit satifait d'elle) le Prophètea dit:

«Les juifs ne vous ont envié sur une chose plus que sur votre formule du salut et dire Amen derrière l'Imâm».
[Ahmad et Ibn Mâja ont rapporté ce hadith.]

Il est recommandé de dire Amen en harmonie avec l'Imâm:

Il est recommandé à l'exécuteur de la prière de dire Amen en même temps que l'Imam, ne pas le dépasser ni se retarder.

D'après Abu Hurayra:  

«Le Messager d'Allaha dit: lorsque l'Imâm dit { Non le chemin de ceux qui ont encouru ta colère, non le chemin des égarés } dites tout de suite Amen, car celui que son dire s'harmonise avec le dire des anges, Allah lui pardonnera ce qu'il avait commis de fautes.»
[Bukhâry a rapporté ce hadith.]

D'après lui également, le Messager d'Allaha dit:

« Lorsque l'Imam dit: { non le chemin de ceux qui ont encouru ta colère, non le chemin des égarés } répétez avec lui Amen car les anges disent Amen et l'Imam dit Amen. Celui que son dire s'harmonise avec le dire des anges, Allah lui pardonnera toutes ses fautes.»
[Bukhâry a rapporté ce hadith.]

D'après lui également, le Messager d'Allaha dit:

«Lorsque l'Imam dit Amen répétez Amen avec lui car celui que son dire s'harmonise avec le dire des anges, Allah lui pardonnera ses fautes.»
[Tous les Ulémas ont rapporté ce hadith.]

Le sens du mot Amen:

Le mot Amen n'est pas un verset de sourate «El-Fâtiha» mais plutôt une invocation qui signifie : «Ô mon Dieu, réponds -nous».

 
 

6 - La récitation après sourate «El-Fâtiha» :

D'après la tradition prophétique, l'exécuteur de la prière doit réciter une sourate ou une partie du coran après la récitation de sourate: «El-Fâtiha» dans les 2 rak'as du midi, de l'après midi, du coucher du soleil, du soir et de toutes les rak'as des prières bénévoles.

D'après Abu Qatâda :

Le Messager d'Allahrécitait dans la prière du midi, dans les 2 premières rak'as sourate «El-Fâtiha» et 2 sourates, et dans les 2 dernières rak'as sourate El-Fâtiha, il nous la faisait entendre parfois. Il allongeait la première rak'a plus que la seconde et faisait ainsi à la prière de l'après-midi et de l'aube. [Bukhâry, Muslim et Abu Dawud ont rapporté ce hadith]

Abu Hurayraa dit:

«Nous récitons à chaque prière ce que le Prophèterécitait, ce que nous avons entendu de lui, nous vous le ferons entendre, ce que nous n'avons pas entendu, nous ne vous le ferons pas entendre...».
[Bukhâry a rapporté ce hadith.]

Comment récite-t-on après la sourate «El-Fâtiha»:

On peut réciter après la sourate «El-Fâtiha» ce qu'on veut et ce qu'on peut des sourates.

Husayn a dit: «Nous avons expédié Kharâsân avec 300 compagnons, l'un d'eux faisait l'Imâm dans notre prière, il récitait quelques versets d'une sourate puis fait l'inclinaison».

D'après Ibn 'Abbas, il récitait la sourate «El-Fâtiha» et un verset de sourate «la vache» à chaque rak'a.
[Darqutny a rapporté ce hadith selon une chaîne forte.]

Bukhâry a dit dans le paragraphe de l'addition de 2 sourates dans une même rak'a, et la récitation des dernières sourates et d'une sourate avant l'autre: 'Abdullah bin Sa`ib a dit:

Le Prophètea récité la sourate «les croyants» dans la prière de l'aube. Quand il arriva aux noms de Mussa et Hârun ou de 'Issa il toussa alors il s'inclina. 'Omara récité dans la première rak'a 120 versets de la sourate «la vache» et dans la deuxième rak'a une sourate de «Mathâni». Ahnaf a récité quelques versets de la sourate «la caverne», dans la première et dans la deuxième rak'a quelques versets de sourate «Younous» ou «Yousouf». En plus il a dit qu'il a fait une prière de l'aube avec 'Omar de cette manière et que Ibn Mass'ud a récité 40 versets de la sourate «le butin» dans la première rak'a et une sourate de Mufassal dans la deuxième rak’a.

Qatada a dit a propos de celui qui récite une seule sourate dans les deux rak'as ou la même sourate dans les deux rak'as:
tout cela est du livre d'Allah.

'Ubayd Allah bin Thâbet a rapporté d'après Anas:

« Il y avait un homme des Ansars qui faisait l'Imâm de la mosquée de Qibâ', à chaque fois qu'il récitait quelques versets d'une sourate, il changeait pour réciter la sourate

{ Dis, Allah est unique }
[ Sourate 112 - Verset 1 ]

puis récitait une autre encore. Il faisait ainsi à chaque rak'a. Les gens lui disent: «pourquoi fais-tu ainsi? Récite la sourate «Dis, Allah est unique seule ou bien récite une autre seule». Il leur a répondu: «Je ne change pas et je ne quitte pas cette sourate. Si vous désirez que je sois votre Iman acceptez cela, sinon je vais vous quitter.» Mais les gens n'ont pas trouvé un autre meilleur que lui pour qu'il soit leur Imam. Alors ils ont raconté cette affaire au Prophètequi a demandé à son tour à l'Imam: «Ô tel qu'est ce qui t'empêche de faire ce que tes compagnons désirent, et qu'est ce qui t'oblige à réciter cette sourate à chaque rak'a? L'homme répondit: «Je l'aime». Le Prophètelui dit alors: «C'est cet amour qui va te faire entrer au paradis».

 

{ Dis, Allah est unique }

{ Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons }

{ Il n'a jamais engendré, n'a pas été engendré non plus }

{ Et nul n'est égal à Lui }

[ Sourate 112 - Versets 1 à 4 ]

 

D'après Un homme de la tribu Juhayna :

« Il avait entendu le Messager d'Allahréciter «la convulsion terrestre» dans les deux rak'as et il dit: « je ne sais pas si le Messager d'Allahavait oublié, ou s'il a fait ainsi exprès ?» [Abu Dawud a rapporté ce hadith. Sa chaîne est bonne.]

Ce que récitait le Messager d'Allahdans sa prière après la sourate «El-Fâtiha»:

Nous allons citer ce que Ibn Qayim a abrégé à propos de la récitation du Messager d'Allahaprès la sourate «El-Fâtiha». Il a dit:

«Quand il terminait la sourate «El-Fâtiha» il l'ensuivait d'une autre sourate longue parfois, petite dans un état occasionnel comme un voyage ou autre et moyenne la plupart des fois».

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre