L’aumône légale (az-zakât) est l'un des piliers de l'Islam.  Allah l'a liée à la prière.  Il a dit :

{ Et accomplissez la Salat et acquittez la zakat. }
[ Sourate 2 - Verset 111 ]

     Pour ce qui des genres de la zakât, de ses chapitres et des raisons de son obligation, ils sont traités en particulier dans des manuels de fiqh.  Contentons-nous ici d'évoquer quelques conditions et règles de bienséances qui s'y rapportent.

 

     Parmi ses conditions, il y a l'obligation de s'acquitter de ce qui est stipulé et non pas de sa valeur, car celui qui s'autorise à ne s'acquitter uniquement de la valeur ne fait seulement que colmater une brèche.  Or le fait de colmater une brèche ne constitue pas tout le but recherché mais uniquement une partie.  Ceci parce que les obligations de la Loi religieuse sont de 3 sortes :

 

  • La première partie - il s'agit d'un culte pur comme le fait de lancer des petits cailloux pendant le pèlerinage.  En effet, le but de la Loi religieuse consiste à éprouver le fidèle par I'oeuvre pour qu'il exprime sa servitude à travers un acte qui n’a pas un sens particulier bien concevable, parce que la nature humaine a tendance à favoriser ce qui a un sens.  Ce qui ne peut exprimer la servitude pure en y recourant, contrairement à ce que nous avons indiqué.

 

  • La deuxième partie : il s'agit de l'inverse, à savoir ce qui n'a pas pour but le culte et la dévotion, car ce qui y est visé c'est un droit pur comme le fait de s'acquitter d'une dette envers les humains ou de restituer un bien spolié et ainsi de suite.  Dans ce genre d'acte, on ne considère pas non plus l'intention et l'acte lui-même car le but est atteint et l'interpellation de la Loi cesse pour celui qui en est bénéficiaire.  Ces deux parties sont simples.

 

  • Quant à la troisième partie, elle est composée.  C'est qu'à travers l'acte on vise les 2 choses à la fois : éprouver celui qui en a la charge et garantir les droits des serviteurs.  Ainsi cet acte recèle à la fois le culte qui consiste à lancer les cailloux et l'obligation de restituer les droits.  Mais il convient de ne pas oublier ici celui des deux sens qui est le plus subtil, à savoir la dévotion, car ce qui est subtil est probablement plus important.  Or la zakât relève de cette catégorie.  En effet, la part du pauvre est visée par le colmatage d'une brèche et le devoir du culte constitue le but de la Loi religieuse de connaître les détails à ce sujet.

 

De ce fait la zakât est devenue une obligation comparable à la prière et au pèlerinage.  

Allah est Plus Savant.

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre