Il n’est pas permis à un musulman qui reconnaît Allah comme son Maître, et l’Islam comme sa religion et Muhammad (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui ) comme prophète et messager et qui croît au destin, bon ou mauvais, il ne lui est pas permis de conférer à une entité, à une personne ou à des qualités une influence précise dans le sens d’attirer un avantage ou de repousser une nuisance, tant que la loi ne confirme pas son attitude. Ce comportement relève plutôt des vestiges de la vie anté-islamique annulés par l’Islam qui les assimile au shirk incompatible avec la perfection du tawhid parce que résultant des intrigues de Satan et de son intimidation.

 

Ce comportement était celui de gens de Pharaon d’après ce qu'Allah dit d’eux :

«  Et quand le bien-être leur vint, ils dirent: "Cela nous est dû";
et si un mal les atteignait, ils voyaient en Moïse et ceux qui étaient avec lui un mauvais augure. »

(Coran, sourate 7 : verset 131)

Quand une calamité ou une sécheresse les frappaient, il en imputaient la responsabilité à Moïseet à ses compagnons, ce qu’Allah a rejeté en déclarant :

«  En vérité, leur sort dépend uniquement d'Allah. Mais la plupart d'entre eux ne savent pas.
(Coran, sourate 7 : verset 131)

Ibn Abbas  dit : ‘’ Taairouhoum’’ signifie leur sort : il est la conséquence de leur mécréance et de leur démenti des signes d’Allah et de Ses messagers.

Nul doute que le pessimisme qui tourne autour du nombre 13 relève de ce qui vient d’être dit dans la mesure ou il n’existe aucune preuve tirée du Coran ou de la Sunna qui indique que le 13è jour recèle une cause de pessimisme. C’est un jour comme les autres et les événements qui y surviennent arrivent selon des circonstances déterminées par Allah le Très Haut.

Si chacun se mettait à recenser les chiffres et les dates des événements néfastes pour la communauté musulmane, il trouverait des concordances entre certains éléments, mais cette concordance ne confère aucun caractère néfaste au nombre marquant la date d’un événement.

Ces perturbations doivent être soignés par le serviteur en puisant la force dans sa foi et sa confiance en Allah. On doit savoir que toute calamité qui frappe est déterminée par Dieu; on doit éviter de s’abandonner à des instigations sataniques, car on risque d’être victime de craintes imaginaires par punition, quand on se détourne de la foi en Allah et de la croyance que tout le bien est entre ses mains et que lui seul est capable d’écarter le mal par Sa puissance et Sa douceur.

Le Prophète  nous a appris comment dissiper nos sentiments pessimistes dans un hadith d’Abdoullahi Ibn Omar où il dit : «  Celui qui change d’avis à cause d’un mauvais augure tiré d’un oiseau commet un shirk »

« Comment expier cet acte, lui disent ses compagnons ? »  - «  En disant : Mon Seigneur, seul ton bien est le bien, il n'existe deoiseau qui ne teappartienne; nul divinité en dehors de toi ».  Allah le sait mieux

 

Compte tenu du fait que ce sujet préoccupe un bon nombre de gens nous jugeons utile de fournir davantage de détails:

Au nom d’Allah le clément le Miséricordieux

Mauvais augure bon augure

1 - Le terme Tiyara dérivé de tayr. C’est le contraire de faal. Les croyances des Arabes en matière de Tiyara et de faal étaient les mêmes. Quant au Prophèteil a approuvé le faal et a interdit le tiyara et l’a déclarée caduque.

2 - Al Izz Ibn Abd as-Salam a dit : « La différence entre tiyara et tatayyur est que le dernier est le mauvais pressentiment tandis que le premier est le comportement qui en découle.»

3 - La tiyara existait bien avant l’avènement de l’Islam. A ce propos, le Très Haut dit : «  Et quand le bien-être leur vint, ils dirent: "Cela nous est dû"; et si un mal les atteignait, ils voyaient en Moïse et ceux qui étaient avec lui un mauvais augure. » (Coran, sourate 7 : verset 131)

4 - Parmi les anciens formes de tiyara qui persistent encore, figurent : ( à abandonner absolument )

  •  Le pessimisme à l’égard de certains jours et mois tels que Safar et Shawwal
  •  Le pessimisme inspiré par le corbeau et le hibou
  •  Le pessimisme suscité par d’autres animaux tels que le serpent, le chat noir, le singe, la gazelle....
  •  Le pessimisme autour de certaines personnes telles le borgne, le bossu et d’autres
  •  Le pessimisme tiré de certains nombres tels que le chiffre 13 chez les chrétiens, le chiffre 7 chez les bédouins, le chiffre 10 chez les Rafidites.
  •  Le Pessimisme lié à certains sons tels le cri du corbeau, la sirène des ambulances et des véhicules de pompiers.
  • Le Pessimisme fondé sur les couleurs telles la couleur jaune et celle du sang.
  • Le Mauvais présage déduit du frémissement de la paupière gauche qui fait dire à certains : «un malheur nous arrivera».
  • Présager du mal à cause de l’attribution à un nouveau né du nom d’un père ou d’une mère morts , etc.
  •  Pessimisme occasionné par le constat d’un accident ou un incendie le matin.
  •  Pessimisme dû à une rencontre matinale de sa belle mère
  •  Tirer un mauvais présage de démangeaisons dans la main ou le pied gauche.

 

5 - Le mérite de se confier à Allah et d’abandonner Tatayyur

Le messager d’Allah a dit :
«  à propos de soixante dix mille, qui entreront au paradis sans examen de comptes et sans punition, qu’ils ...  ne pratiquent pas la tiyara et qu’ils se confient entièrement à leur Maître »
( rapporté par Boukhari, 5991 et Mouslim 320)

 

6 - Stigmatisation du tatayyur et son assimilation au shirk.

D’après Ibn Massoudle Prophètea dit :
«  La tiyara est un shirk »; il l'a répété trois fois
( rapporté par Abou Dawoud 3411 et d’autres et déclaré authentique par al-Albani).

Ibn al Qayyim dit : la tiyara ouvre la porte du shirk, de l’entreprise de Satan, de son intimidation et ses intrigues; son importance augmente aux yeux de celui qui s'y livre et disparaît devant celui qui ne s’en préoccupe pas du tout.

 

7 - Négation de la tiyara du mauvais présage

Un hadith authentique dit :

«  Mettez les oiseaux à leurs places » (Rapporté par Abou Dawoud 2835). Dans ce hadith, le Prophèteveut que ses compagnons ne s’occupent pas des oiseaux et se contentent de reconnaître leur rôle naturel car ils ne peuvent ni apporter profit ni causer préjudice.

 Ibn Djarirdit : Le hadith veut dire :

Laissez les oiseaux que vous provoquez là où ils se fixent et passez sans en tenir compte car le fait de les provoquer pour tirer des conclusions de leur comportement est complètement vain.

Ikrimadit : «  Nous étions assis en présence d’Ibn Abbas quand un oiseau survola notre assemblée en criant. Un homme de l’audience dit : «  Bien ! » et Ibn Abbas lui répond : «  Ni bien ni mal » Il ne s’est ainsi empressé à nier toute signification particulière à ce phénomène pour éviter qu’on lui croie une influence bonne ou mauvaise ( sur les humains).

Tawous était parti en voyage en compagnie d’un homme quand un corbeau cria. Son compagnon dit : «  Bien ». Tawous  lui dit : « Quel bien possède t- il ? Par Allah ! Tu ne m’accompagneras. ».

Ibn Abd al-hakam dit : «  Quand Omar Ibn Abd al Aziz quittait Médine, je constatai que la lune était au dabran (nom arabe d’une station de la lune), mais je ne voulus pas le lui signaler. J’ai simplement dit : Ne regardes-tu pas la lune: elle est dans une belle position cette nuit ! Omar regarda l’astre et constat qu’il était au dabran. Puis il dit: Apparemment, tu voudrais m’apprendre qu’elle est au dabran! Plaisantin! Nous ne lions pas nos déplacements au soleil ou à la lune mais plutôt à la volonté d’Allah, l’Unique, le Tout Puissant »

 

8  - Expiation de la tiyara

Abdoullah Ibn Omar rapporte que le Messager d’Allah  a dit : «  Commet un shirk quiconque est détourné de ses projets par la tiyara » - «  Comment expirer cela, lui ont dit ses compagnons ? » - «  En disant : Mon Seigneur, seul ton bien est le bien , il n’existe d’oiseau qui ne T’appartienne: il n’y a point de divinité en dehors de Toi » ( rapporté par l'Imam Ahmad dans son Mousmad,n° 7005 et Ibn As Sunni grâce à une chaîne de transmission sûre).

La tayra illa tayrouka signifie l’oiseau fait partie de Ta création et ne saurait ni profiter ni nuire, seul Toi ô Transcendant, en est capable.

 

9 - Le remède du tatayyur

Faire confiance à Allah , se soumettre à Lui et faire tout dépendre de Lui tout en utilisant [dans toute entreprise] les moyens [appropriés]. C’est une prescription obligatoire qu’il faut acquitter avec sincérité pour Allah le Très Haut, une des meilleures actions cultuelles et des plus hautes stations du tawhid. A ce propos, le Très Haut dit :

« C' est à Allah que les croyants doivent faire confiance. »
(Coran, sourate 3 : verset 160)

« Et place ta confiance en Le Vivant qui ne meurt jamais.
Et par Sa louange, glorifie - Le. Il suffit comme Parfait Connaisseur des péchés de Ses serviteurs. »
(Coran, sourate 25 : verset 58)

Faire confiance à Allah est un important moyen de se libérer des effets du pessimisme et d’autres états entraînant le shirk.

- Savoir que tout est facile par rapport à la puissance d’Allah ; les bienfaits et les méfaits s’inscrivent dans le cadre de la volonté de Dieu. A ce propos le Très Haut dit :

 «  Nul malheur n'atteint la terre ni vos personnes, qui ne soit enregistré dans un Livre
avant que Nous ne l'ayons créé; et cela est certes facile à Allah.. »

(Coran, sourate 57 : verset 22).

Ceci rassure l’homme quant au déroulement des choses de la vie de sorte qu’il ne sent aucun besoin de recourir à la tiyara, le profit et le préjudice dépendant de la volonté de Dieu.

- Solliciter l’assistance divine pour le bon choix. Ceci est un important aspect du culte et il complète la confiance en Allah  et la soumission et la dépendance à son égard. C’est aussi une alternative à la tiyrara. Le messager d’Allah apprenait à ses compagnons à solliciter l’assistance d’Allah pour effectuer le bon choix en toute affaire, comme il leur apprenait les sourates du Coran.

 

Mon Seigneur; nous Te demandons de nous protéger du shirk sciemment commis à Ton égard et nous Te demandons de nous pardonnons ce qui arrive à notre insu. Puisse Allah bénir notre Prophète Muhammad

 

Références :  - Ibn Ultraymine : al - quawl al- monfid alaa kitab at Tawhid - Mahmoud al - Djassimi : at - tiyara wa al - faal- Soulayman Ibn Abdoullah al - cheikh : Tayssir al - Azziz al - Hamid - Sharh kitab at Tawhid - Ibn Hayar: Fakeh al - Bari - Abd ar Rahman Ibn Hassan Alcheikh : Fateh al madjid: Sharh kitab at - Tawhid - Al - Hakami: Maaridj al - quaboul Ibn al - Quayyim: Miftaah dar as - Saada.

Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre