1.      Il se peut que lors de la lecture des versets, le malade soit pris de vertiges, de convulsions ou qu’il ait des  étouffements sans pour autant que le djinn ne se manifeste. Si tel est le cas, renouvelle 3 fois la lecture mais si malgré tout aucun changement n’a lieu alors donne au malade les présentes recommandations :

a.       Assiduité aux prières en commun à la mosquée.

b.      Ne pas écouter de musique, de chants ou regarder la télévision

c.       Faire ses ablutions et lire le verset du Trône (Sourate 2 verset 255) avant de dormir

d.      Oter toute image d’être animé de la maison du malade.

e.       Dire Bismillah avant tout acte

f.        Multiplier la parole « La ilaha il Allah »  ( Il n’y a de Dieu qu’Allah )  durant la journée.

g.       Lire ou écouter les sourates Les rangées (37), La fumée (44) et Les djinns (72) avant de dormir.

h.       Lire les sourates Ya Sin (36), Le Miséricordieux (55) et Les voies d’ascension (70) au lever.

i.         Ne pas dormir seul.

j.        Faire les invocations du matin et du soir.

k.      S’il s’agit d’une femme, elle doit porter le voile et ne pas sortir de la maison parfumée ou maquillée.

l.      Enregistrer les sourates suivantes sur des cassettes qu’il devra écouter 4 à 6 fois par jour :

 La Fatiha (1), La  Vache (2), La famille d’Imran (3), Les bestiaux (6), Le butin (8), Hud (11), Al Hijr (15), La caverne (18), La prosternation (32), Les coalisés (33), Ya Sin (36), Les rangées (37), Les versets détaillés (41), La Fumée (44), La victoire éclatante (48), Les appartements (49), Qaf (50), Qui éparpillent (51), Le Tout Miséricordieux (55),  L’exode (59), Le rang (61), Le vendredi (62), Les hypocrites (63), La royauté (67), Les voies d’ascension (70), Les djinns (72), L’obscurcissement (81),  Les constellations (85), L’astre nocturne (86), Le Très Haut (87), L’enveloppante (88), L’aube (89), La cité (90), La secousse (99), Le fracas (101), Les calomniateurs (104), Les infidèles (109), Les fibres (111), Le monothéisme pur (112), L’aube naissante (113), Les gens (114).

m.   Après un mois, tu lui lis à nouveau la série des versets pré-cités. Il se peut que le djinn soit parti ou qu’il soit encore présent. Dans le premier cas, tu confirmeras son départ effectif  par la disparition des symptômes du malade. Dans l’autre cas, le djinn a de toute façon été affaibli. Lorsque tu lui liras la série de versets, il peut se manifester faute de quoi il faudra renouveler les recommandations durant un autre mois complet.

 

2.      Si le djinn se manifeste mais qu’il refuse de sortir, tu lui liras les versets qui éprouvent beaucoup les djinns. Tu devras si nécessaire le frapper. Si les coups n’apportent pas de résultats, demande alors au malade de renouveler les recommandations durant un nouveau mois complet.

 

3.      Il se peut que le djinn se manifeste et t’insulte alors ne te mets pas en colère.

 

4.     La manière de dénouer les sorcelleries n’étant pas le but de cet ouvrage, renseigne-toi auprès de ceux qui sont  compétents en la matière. Ceci dit certains indices, durant la lecture, t’aideront à deviner qu’il s’agit d’une sorcellerie:

-  Le malade se met à pleurer alors qu’il est sain d’esprit.
Lorsque tu lui demandes pourquoi il pleure, il te répond que c’est malgré lui.

-  Le malade vomit un caillot de couleur jaune ou noire. Il s’agit d’une sorcellerie bue ou mangée.

-  Le malade ressent des brûlures au niveau du ventre.

 

5.      Le djinn peut se manifester, crier et faire bouger violemment le corps du malade, n’aie pas peur mais "frappe le" et lis lui le verset suivant : « La ruse du diable est, certes, faible » (Sourate 4 - Verset 76). Il se calmera avec l’aide de Dieu.

 

6.      Si le djinn te dit :  « Tu es un homme pieux, je vais sortir du fait de ma considération pour toi » réponds lui :  « Je suis un serviteur faible, sors par obéissance à Allah et à Son Prophète  ». Il faut faire attention à ne pas se faire piéger et tomber dans l’orgueil.

 

7.      Il se peut que le djinn se montre résistant, alors met de l’eau dans une écuelle et lis par dessus les versets pré-cités ainsi que les sourates Ya Sin (36), Les Rangées (37), La fumée (44). Donne cette eau, imprégnée des versets du Coran, à boire au malade.

La preuve qui nous permet de justifier une telle pratique est le hadith rapporté par Ahmad selon lequel le Prophète  nous recommande, avant de se coucher, de joindre nos deux mains, d’y  souffler comme si nous simulions un "crachat" sans  jet de salive, de lire les sourates 112, 113 et 114 et enfin de se frotter tout le corps en commençant par la tête et le visage. Celui qui fait cela trois fois avant de se coucher se verra envoyer un gardien et aucun diable ne l’approchera jusqu’à ce qu’il se réveille. On peut tirer de ce hadith que l’air qui sort de la bouche est imprégné de Coran et a donc un effet bénéfique. Dans notre cas, l’eau imprégnée des versets coraniques attaque le djinn à l’intérieur et lui fait beaucoup de mal. De plus, l’Imam Ibn Taymiya et le Cheikh Ibn Baz , ayant été consultés à ce sujet, ont répondu qu’il n’y avait pas de mal à boire ou se laver avec de l’eau sur laquelle les versets du Coran ont été lus et ce en vue de la guérison.

 

8.      On peut même prendre plusieurs bouteilles d’eau d’1,5 litres, ouvrir les bouchons, lire la série de versets pré-cités dessus puis demander au malade de se laver avec  une bouteille chaque jour. Ne chauffez pas cette eau directement sur le feu mais au bain marie ou bien faites couler de l’eau chaude dans l’évier et plongez-y la bouteille jusqu’à ce qu’elle soit à une bonne température. Vous pouvez encore poser la bouteille sur votre radiateur. Il faut renouveler cette opération jusqu’à la guérison ou au moins jusque l’on sente une amélioration générale de l’état de santé du malade. Il faut par contre faire attention à récupérer l’eau du lavage et la jeter dehors dans un endroit dépourvu d’impuretés (dans l’herbe). L’eau contenant les versets ne doit surtout pas s’écouler dans la baignoire car elle risque de brûler gratuitement les djinns qui vivent dans les conduites d’eau. L’idéal serait d’effectuer ce lavage dans une grande bassine afin de récupérer l’eau plus facilement.

 

9.      Si le malade se plaint de douleurs persistantes, tu peux lui donner de l’huile de graine noire (habba sawda ou nigelle – c’est l’huile de la graine que l’on met sur le pain) ou d’olive sur laquelle tu as lu les versets du Coran afin qu’il se masse le corps avec chaque soir avant d’aller se coucher. ‘Aicha , la femme du Messager d'Allah, rapporte que le Prophète  a dit : «  La graine noire (habba sawda) guérit de tout mal sauf la mort ». L’Imam At-Tirmidhi rapporte le hadith  du Prophète suivant : « Employez l’huile d’olive en condiment et en onction car c’est le produit recueilli d’un arbre béni » et Allah dit : « un arbre (l’olivier) qui pousse au Mont Sinaï, en produisant l’huile servant à oindre et où les mangeurs trempent leur pain » (Sourate 23 Verset 20)

 

10.  Pour chasser les djinns de la maison du malade, lis cette série de versets sur une quantité d’eau puis asperge tous les coins et recoins de la maison (murs, plafonds, placards…)  sauf les toilettes. Dis « Bismillah » lorsque tu asperges.  Mais, il faut faire prendre conscience au malade et à sa famille que par nature, les diables aiment les lieux où l’on n’invoque Allah que très peu et où la musique, les chants ainsi que tout ce qu’Allah a interdit sont de mise. Que Dieu nous préserve d’être habitant d’une telle demeure. Nous verrons, Incha Allah, dans le prochain chapitre les règles de l’habitat.  

 

11.  Tu peux parfois croire que le djinn est sorti alors qu’il se trouve encore à l’intérieur du malade. Pour t’en rendre compte, pose ta main sur les genoux et sur la tête du malade. Si tu sens de légers tressaillements anormaux c’est qu’il est encore présent.

 

12.  Si le djinn te fait savoir qu’il veut sortir mais qu’il n’y arrive pas (généralement parce qu’il est jeune) et qu’il voudrait de l’aide alors récite la sourate Ya Sin (36) et l’appel à la prière dans l’oreille du malade.

 

13.  La récitation des versets doit se faire à voix haute avec le plus de concentration possible afin de ressentir les versets. Il faut que le coeur s’imprègne de la  crainte de Dieu afin que la lecture soit optimale du point de vue de l’efficacité.

 

14.  Si, par la Grâce d’Allah , le djinn est sorti alors demande au malade et aux personnes présentes de se prosterner devant Dieu par reconnaissance pour ce bienfait. Prosterne toi aussi et remercie Allah de t’avoir aidé à chasser le djinn. Ne dis jamais : « J’ai chassé le djinn » mais dis : « C’est Allah qui l’a chassé ». Je te mets en garde contre la vanité car c’est une porte ouverte aux diables et un éloignement de Ton Seigneur.

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre