Je me permets d'apporter le témoignage de ma conversion. Je sais combien c’est important
pour tous ceux qui penchent pour l’Islam ainsi que pour tous ceux qui viennent d’y entrer.

 

Elevée dans le catholicisme le plus rigoureux, mes parents alors un peu âgés, m’ont donné une éducation très stricte. Comme pour beaucoup de mes coreligionnaires de l’époque, à l’adolescence j’ai laissé tomber la pratique… mais au fond de moi une lueur ne vacillait jamais.

 

A l’université j’ai rencontré celui qui allait devenir mon futur mari : un musulman. Quelle révolution dans la famille ! Cependant, s’exprimant parfaitement bien en français, intelligent, affable et aimable, il fut très vite accepté. Pour « sa » religion, un respect muet s’installa.

Jamais mon mari n’a fait pression sur moi pour que je devienne musulmane.

 

J’ai vécu quinze années de galère (intérieure); d’abord insouciante, je me suis ensuite posée mille questions et ai commencé ma recherche. Une véritable traversée du désert, parfois brûlant, parfois écrasant. Epuisée, je criais au tréfonds de moi-même : « Allah ! ».

C’est alors qu’en lisant les écrits des Saints musulmans ... je me sentais comme un poisson qui retrouvait son eau et son oasis !

 

Mue par je ne sais quelle force (je sais aujourd’hui que c’est celle de la grâce divine) j’ai prononcé la profession de foi musulmane. Par les larmes qui se mirent à jaillir, j’ai compris que j’étais lavée de tout mon passé et que je renaissais à nouveau : quelle magnificence !

 

Aujourd’hui, je n’aurais jamais assez de louanges pour remercier Allah de ce pur don, incommensurable et inépuisable : on a tout à attendre de Celui qui est Tout.

 

L’Islam n’est pas pour moi une rupture mais un retour vers l’intérieur, une aspiration vers la Face d’Allah.

 

N’est-il pas merveilleux de ne plus loucher, de voir tous les Prophètes comme une seule Lumière ?

N’est-il pas merveilleux de faire du Coran, le pain quotidien qui nous rassasie et nous élève ?

N’est-il pas merveilleux de savoir qu’en tant que « gens du Livre » ayant cru à notre Prophète
bien-aimé Muhammad
, on bénéficie d’une double part de Miséricorde ?

 

Je sais aujourd’hui, qu’on est musulman de toute éternité. Je n’ai fait que reconnaître le Mithâq (Coran VII, 172) et pris –par la Grâce divine- l’embarcation la plus sûre qu’est l’Islam… depuis 20 ans déjà ! Al Hamdulillah !

 

Qu’Allah nous conduise sur la voie droite et nous accorde Sa Miséricorde et Son pardon. Amine.

 Mariam.

  

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre