Je faisais partie de ces personnes sans foi, qui se laissent porter par le courant de la vie,
sans penser au lendemain
et à ce qu'il y a au dessus de nos têtes.

 

Issue dune famille "catholique" non pratiquante, mes parents s'étaient mariés à l’église par tradition, pour faire plaisir à leur famille respectives, j'ai donc été baptisée ainsi que ma grande soeur de 4 ans mon aînée. Mais, la religion ne tenait pas vraiment une grande place chez nous...

J’avais 16 ans et me posais énormément de questions sur l'existence du monde. De voyage aux Antilles, on m’a beaucoup parlé de religion, et des témoins de Jehovah m’ont donné un livre sur la création du monde que j’ai lu sans grande conviction.

 

A mon entrée au lycée je fis la connaissance d’une fille, d’origine maghrébine à première vue, sûrement musulmane, pensai-je. Car comme beaucoup de personnes, je pensais que maghrébin était synonyme de musulman.

C'est en sympathisant avec elle que j'ai su quelle était musulmane pratiquante (chose que je ne comprenais pas, car soit on était musulman soit on ne l'était pas).

Mais cette fille m'expliquait que mis à part le jeûne (la seule chose que je "connaissais" de cette religion), il y avait d'autres rites, comme l’aumône, la prière, la chahada, le pèlerinage, et tout un tas d’autres choses dont j'ignorais l'existence.

Nous n'etions jamais d’accord mais plus nous discutions et plus ma curiosité grandissait...

Me voyant de plus en plus intéressée, elle me proposa de l'accompagner à des cours pour les jeunes filles, donnés le samedi dans la mosquée qu'elle fréquentait ( car face à mes nombreuses interrogations, elle se trouvait dépourvue de réponses ).

 Comment allaient réagir les gens en me voyant, une jeune fille aux yeux et à la peau claire ? Devais-je me voiler ? Voilà les questions que je me posais et qui me faisaient peur.J’ai essayé de me défiler, d'annuler, prétextant que ma maman n'était pas trop d'accord pour que j’y aille. J'appréhendais ce moment.

Malgré tout, ce jour arriva et je ne sais plus pourquoi, mais je m’y suis rendue, voilée, toute timide, impressionnée par toutes ces têtes voilées qui parlaient de Dieu comme d'une " personne " qu'elles connaissaient et à qui elles vouaient leur vie et qu’elles adoraient plus que tout autre personne.

Je les écoutais parler, répondais à leurs questions, un vrai moment d'échange.

Puis vint le moment de la prière de al-'Asr...

L'Adhan, ces jeunes filles le front sur le sol, tout ça, me procura une sensation de bien-être et une vague de chaleur m’envahissait... puis des larmes d'émotion, une soudaine prise de conscience. C'était beau, et pour la première fois de ma vie, j'ai compris qui j'étais : une créature d' Allah et une musulmane, comme une deuxième naissance.

A la suite de cela, j'ai continué à aller aux cours certains samedis, à assister à des conférences, à apprendre ma religion tout simplement.

 

Mes parents réticents au début, ne comprenaient pas ces choix, pensant que c'était dû à mon âge, ma crise d'ado ! Au fil des années, ils se rendirent compte que cette religion m'avait cadrée, et posé des limites (qu'eux-mêmes ne m'avait pas posées car ils étaient plutôt laxistes), donné de vraies valeurs.

 

Mon père est plutôt fier de voir sa fille s'investir dans une chose en laquelle elle croit (il me l’a avoué il n’y a pas si longtemps).

Ma maman me prépare mon repas pendant le mois de ramadhan, m’achète de la viande hallal ( Qu'Allah les en récompense et les guide, Amine ).

Ma grande soeur s’est à son tour convertie, sans que je le sache, et sans qu’elle sache que moi aussi j'étais rentrée dans la religion... SubhanAllah...!

 

Je remercie cette amie qui devint ma soeur en islam, ma meilleure amie, ce signe de Dieu qui m'indiquait la bonne voie... ( Qu’Allah   le lui rende bien. Amine )

 

Voilà 7 ans que j'ai embrassé cette religion, 7 ans que ma vie a pris un sens, et 7 ans que j'adore Allah...

 Al Hamdoulilah. (Louange à Dieu)

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre