Les prémices de l'Hégire

 

Après la conclusion du second serment d'allégeance d'Al-'Aqaba, le Prophète autorisa les musulmans à émigrer vers Médine, pour rejoindre leurs frères parmi les Ansars (habitant de Médine) et fuir les persécutions des Qouraïchites.

Cette émigration fut synonyme de sacrifice des biens et mépris des intérêts, mais surtout elle fut une délivrance de la personne pour les musulmans qui y prirent part. Néanmoins, il fallait s'attendre aussi à être pillé et capturé, à périr au départ ou à l'arrivée, à aller vers un avenir incertain dont on ne savait pas ce qui en découlerait en fait d'inquiétude et de tristesse.

Les musulmans commencèrent à émigrer, en toute connaissance de cause. Les Qouraïchites, eux, se mirent à les empêcher de partir du fait qu'ils se sentaient en danger. Les biographes ont relaté plusieurs récits illustrant ce que les associateurs infligeaient à ceux qui voulaient émigrer. Malgré tout, les gens s'en allaient en secret, par petit groupe, si bien que deux mois et quelques jours après la conclusion du second serment d'allégeance, il ne restait à la Mecque que le Messager d'Allah , Abou Bakr, 'Ali Ibn Abi Taleb et ceux retenus (enfermés) par les associateurs.

Abou Bakr demanda à maintes reprises au Prophète l'autorisation d'émigrer. Celui-ci lui répondait : « Patientes ! Peut-être qu'Allah te donnera un compagnon de voyage ». Abou Bakr espérait que ce compagnon soit le Messager d'Allah .

 

La réunion du conseil Qouraïchite

Les Qouraïchites se sentaient dangereusement menacés par l'installation des musulmans à Médine. En effet, ils savaient que Mohammed avait une personnalité très marquante et que ses compagnons étaient déterminés et prêts au sacrifice pour la défense de sa cause. De plus, les deux tribus de Médine (Al-'Aws et Al-Khazraj), qui étaient depuis longtemps en conflit, s'apprêtaient à se réconcilier, offrant leur soutien au Messager d'Allah . Et c'est bien cet homme qui pour les Qouraïchites représentait à lui seul la source de tous les dangers.

Deux mois et demi après la conclusion du second serment d'allégeance d'Al-'Aqaba, les notables de Qoraïch se réunirent donc à Dar An-Nadwa (le siège de leur Conseil) pour se concerter au sujet de l'Envoyé d'Allah. Parmi les personnalités qui assistaient à cette réunion, se trouvaient : Abou Soufyan, Abou Jahl, Oumayya Ibn Khalaf et d'autres... A la porte de Dar An-Nadwa, ils furent interceptés par un vieillard.

Quand ils lui demandèrent qui il était, il répondit : « Un vieillard du Nejd. J'ai appris ce qui vous menace. Je suis venu pour écouter ce que vous allez dire, et j'espère donner mon avis et mon conseil ». Ils lui dirent : « Mais entre donc ! » et il entra. Ce diable à l'apparence d'un vieillard n'était autre qu'Iblis...

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre