On désigne par Al-Isra le voyage de nuit qu'Allah fit entreprendre au Prophète de la mosquée sacrée de La Mecque à celle de Jérusalem; Al-Mi'raj désigne l'ascension du Prophète à travers les différents cieux.

La date de cette faveur divine est controversée. Toujours est il que la majorité des musulmans croit que le Prophète a effectué ce voyage corps et âme, d'où le miracle. Son récit a été rapporté en détail par Al-Boukhari et Moslim. Nous ferons, in sha'a Allah, un bref rappel en ce sens. 

Le Prophète fit le voyage nocturne corps et âme, de la Sainte Mosquée à Jérusalem, monté sur Al-Bouraq. Il descendit à Jérusalem, attacha sa monture à la porte de la mosquée et y fit la prière.

Ensuite, accompagné de Jibril , on le fit monter de Jérusalem au ciel le plus proche. Arrivé au premier ciel, Jibril demanda qu'on lui ouvre la porte. Celle-ci leur fut ouverte et le Prophète vit Adam, le père des hommes. Ce dernier lui souhaita la bienvenue et invoqua Allah en sa faveur.

Puis, selon le même procédé, on le fit monter au deuxième ciel où le Prophète trouva Yahya Ibn Zakariya et 'Issa Ibn Mariam.

Au troisième ciel, se trouvait Yousouf à qui a été attribué la moitié de la beauté humaine. Au quatrième ciel le Prophète rencontra Idris . Ensuite, au cinquième ciel, il trouva Haroun Ibn 'Imran .

On le fit monter ensuite au sixième ciel où le Prophète rencontra et salua Mousa Ibn 'Imran qui lui répondit en lui souhaitant la bienvenue. Quand Mohammed l'eut dépassé, Moussa se mit à pleurer.

Quand il fut interrogé au sujet de ses larmes , il répondit : « Je pleure parce qu'on a envoyé après moi un jeune homme dont le peuple comportera un nombre d'entrants au paradis plus grand que le mien ».

Ensuite, au septième ciel, le Prophète rencontra lbrahim . De là, il vit la Maison Peuplée -Al-Bayt Al-Ma'mour- dans laquelle pénètrent journellement un nouveau groupe de soixante-dix mille Anges.

Laissons le Messager d'Allah nous relater la suite de ce récit, dans un hadith rapporté par Moslim d'après Anas Ibn Malik .

« [...] Allah me révéla, alors, ce qu'Il voulut, et prescrivit l'accomplissement de cinquante prières par jour. Je retournai voir Moussa qui me demanda : « Qu'a prescrit le Seigneur à ta Communauté ? » - Une cinquantaine de prières, lui dis-je. - Retourne vers ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne supportera point cette prescription [..] ».

 Le Prophète poursuivit : « Je retournai vers mon Seigneur et je Lui demandai de réduire le nombre des prières pour la faveur de ma Communauté. Il m'exauça en les amoindrissant de cinq prières. J'allai ensuite trouver Moussa pour l'informer de la réduction des cinq prières. Toutefois, il me répéta : « Retourne vers ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne le supportera point ».
 

Je ne cessai alors de faire la navette entre mon Seigneur et Moussa pour demander plus de réduction encore jusqu'à ce qu'Allah me décréta :

« Ô Muhammad ! Je prescris irrévocablement cinq prières jour et nuit, dont chacune équivaut à dix, cela
fait alors cinquante. Quiconque a dessein de faire une bonne action et ne la fait pas, on lui inscrira une récompense à son actif; s'il l'exécute, une récompense équivalente à dix bonnes actions lui sera inscrite. Tandis que quiconque a l'intention de perpétrer une mauvaise action et qu'il ne l'accomplit pas, rien ne sera inscrit à son passif ; si au contraire il l'accomplit, on lui inscrira la punition d'une seule mauvaise action ».

Je redescendis et arrivai auprès de Moussa pour l'informer de la chose, mais il me dit : « Retourne vers ton Seigneur et demande-Lui une nouvelle réduction.» - « Je suis déjà retourné plusieurs fois vers mon Seigneur , jusqu'à ce que j'ai trouvé inconvenant de Lui adresser encore une fois cette demande, répondis-je à Moussa . »

Certains rapports mentionnent que le Prophète a vu énormément de choses durant ce voyage, dont vous pourrez avoir le détail dans les hadiths relatifs au voyage nocturne et à l'ascension.

 

Les réactions face à l'évènement

Le lendemain matin, le Prophète se dirigea vers les gens de Qouraïch et leur raconta cette nouvelle. La plupart des gens le traitèrent de menteur et l'interrogeaient sur ce qu'il avait vu. Il leur détailla certains faits et ceux-ci ne pouvaient rien réfuter de ce qu'il avançait.

 Le Prophète   les informa sur la position d'une caravane chargée de marchandises, en marche vers la Mecque. Il raconta aux Qouraïchites comment le bruit léger de Al-Bouraq (sa monture) les effaroucha, si bien qu'un de leur chameau prit la fuite.

Le Prophète leur indiqua l'endroit où se trouvait leur animal échappé. Ensuite, il décrivit le chameau qui était à la tête de cette caravane. Une fois celle-ci en vue, on s'aperçut que le chameau qui ouvrait la marche était tel que l'avait décrit le Messager d'Allah. Interrogés par les gens de la Mecque, les caravaniers confirmèrent les faits mentionnés par le Prophète.

Lorsqu'ils rencontrèrent Abou Bakr , qui n'était pas encore au courant, les gens lui dirent :

« Que penses-tu de ton compagnon qui prétend être allé cette nuit à Jérusalem, y avoir prié, et être de retour aujourd'hui à la Mecque ? ». Abou Bakr leur répondit : « Vous dîtes un mensonge à son égard ». Ils dirent : « Non, certes, le voilà là-bas dans la mosquée, il raconte cela aux gens ». Abou Bakr dit : « Je jure par Allah que s'il dit cela, il dit la vérité [...] ».

Il se dirigea alors vers le Prophète et lui demanda : « Ô Messager d'Allah ! Est-ce vrai que tu as dis à ces gens que tu es allé à Jérusalem cette nuit ? ». Le Prophète répondit par l'affirmative et décrivit cette ville à Abou Bakr qui l'avait déjà visitée. A chaque fois que le Prophète décrivait quelque partie de Jérusalem, Abou Bakr répliquait : « Tu as dit vrai, tu es le Messager d'Allah ». Quand il eut finit sa description devant Abou Bakr, le Prophète lui dit : « Et toi Abou Bakr , tu es As-Siddiq -le sincère- ». Depuis ce jour, l'Envoyé d'Allah l'appelait As-Siddiq.

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre