Il te faut mener une vie retirée,car c'est source de tout bien.

 
 

     Il te faut mener une vie retirée, car c'est source de tout bien. Tu dois te consacrer en de telles circonstances aux livres et à l'étude sur la vie des gens accomplis.  Tu ne dois aborder une science sans avoir au préalable maitriser celle qui précède.  Porte un intérêt aux gens accomplis en science et en son application.  N'accorde aucune considération aux êtres vils et méprisables.

     Sache que la science élève les gens de basses conditions vers la noblesse.  Bon nombre de savants ne possèdent ni lignée parentale pouvant être mentionnée, ni bel aspect physique.  Le Calife Sulayman Ibn 'Abd al-Mâlik se présenta, en compagnie de ses deux fils, à 'Ata' Ibn Abî Rabab qui était de couleur noire.  Il paraissait circonspect.  Ils se mirent à le questionner à propos des rites, il leur répondait sans les regarder en face.  Sulayman dit à ses deux fils : « Allons, il ne faut pas renoncer à la science.  On ne peut connaitre l'humiliation en présence de cet être. »

     AI-Hassan, Ibn Sirîn, Makhûl et bien d'autres étaient des esclaves affranchis.  Cependant, ils se sont ennoblis grâce à la science et à la piété.

     Tâche, mon fils, de préserver ton honneur en ne succombant pas aux biens terrestres et ne te laisse pas avilir par la vie mondaine.  Contente-toi de peu et tu garderas ta dignité.  Celui qui se contente de pain et de légumes ne peut être asservi.

     Un jour, un campagnard traversa Basra et demanda: « Qui dirige cette ville ? » On répondit: « C'est AI-Hassan al-Basri. » Le campagnard dit: « Qu'est-ce qui lui a permis de parvenir à la tête de ses habitants ? » On répondit: «C'est parce qu'il dédaigna leur monde matériel et eux ne peuvent se passer de sa science. »

     Sache, mon fils, que ton père avait un parent riche à qui il a été légué une grande fortune.  Ton père a été pris en charge jusqu'à la puberté.  Mais après, il n'eut pour héritage que deux maisons.  Il occupa l'une d'elle et loua l'autre.  Il fit par la suite don de vingt dinars, mais auparavant, il put s'acheter un certain nombre d'ouvrages de sciences [religieuses].  Il finit par vendre ses deux maisons pour pouvoir financer ses études jusqu'au jour où il ne lui restait plus rien.  Il ne s'humilia pas à chercher sa subsistance, comme ce fut le cas pour d'autres.  Il n'a pas non plus parcouru les contrées comme les autres prêcheurs et aucune grande ville n'a remarqué sa stupidité à demander la charité.  Il agit avec droiture.

{ Pour qui craint Dieu, celui-ci lui accordera une issue [vers la réussite] et le comblera de bienfaits sans qu'il puisse se rendre compte. } [ Sourate 65 - Versets 2-3 ]

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre