Les miracles de la conception de la Vie

Mettre au monde un enfant a toujours été quelque chose de merveilleux mais durant les 9 mois qui ont précédé la naissance du bébé, la maman a été le siège de miracles. Nous allons en citer quelques-uns.Tout commence par une cellule unique, la cellule œuf. Celle-ci va se diviser en 2 - 4 - 8 - 16 - 32 …  pour atteindre le nombre fantastique de centaines de milliers de milliards de cellules ! Au début de sa vie, chacun d’entre nous n’était donc qu’une seule et simple cellule, tellement petite qu’il faudrait un microscope pour l’observer. Nous étions si fragiles, nous existions à peine ! Il nous a tirés du néant, de rien puis à partir d’un liquide, Il nous a conçus, Il nous a façonnés, dessinés, structurés. Il nous a donné un corps puis une âme.

Mais aux premiers instants de la vie nous étions un embryon. Celui-ci flotte dans la trompe qui relie l’ovaire à l’utérus puis il va migrer jusque dans l’utérus où une étape fondamentale va commencer : la nidation.

 

1 -  L’adhérence et la triple « coïncidence »

Il y a 14 siècles, l’obscurantisme régnait sur la planète mais la lumière d'Allah est venue illuminer l’humanité. Cette clarté débuta par la révélation de ces versets : « Lis au nom de ton Seigneur qui a créé. Qui a créé l’Homme d’une adhérence. » A la lumière des connaissances actuelles, on saisit mieux la grandeur de ces paroles.

Cet embryon, poussé par une force invisible, va se fixer à la paroi de l’utérus comme une sangsue. Il va s’accrocher puis pénétrer dans la chair de sa maman en provoquant une hémorragie bénéfique pour l’embryon. Pourquoi bénéfique ? Car le sang dans lequel va baigner cet embryon sera sa source de nourriture et d’oxygène. C’est le début de ce qui deviendra le placenta. Cette étape qu’est la nidation est particulière. Pourquoi ? Comme le disent les embryologistes, c’est une étape qui nécessite une triple coïncidence ! Vous rendez-vous compte ? déjà une coïncidence c’est étonnant, mais là ce n'est pas une, ni 2 mais 3 coïncidences ! Je pense qu’on ne devrait pas parler de coïncidence mais plutôt de coordination et d’ajustement divin !

Effectivement, pour que la nidation puisse se faire, il faut, à l’instant où l’embryon arrive dans la cavité utérine, que :

  • La paroi de l’utérus soit prête à accepter l’embryon ! Les biologistes ont découvert que la paroi de l’utérus s’épaissit, s’enrichit en vaisseaux sanguins et en glandes fabriquant de la nourriture pour l’embryon uniquement durant la période d’émission de l’ovule ! Ainsi l’utérus se prépare à accueillir un invité, l’embryon, en mettant à sa disposition tout ce qu’il lui faut pour vivre. Bien joué de la part de l’utérus !
  •  L’embryon arrive dans la cavité utérine au moment où il a atteint le nombre suffisant de cellules qui va lui permettre de s’accrocher à la paroi !
  • Et enfin la vitesse de déplacement de l’embryon doit être telle qu’elle doit lui permettre d’arriver dans la cavité utérine au bon moment ! Si la migration de l’embryon était un peu plus lente ou plus rapide, tout serait faussé et la nidation serait impossible. Mais cette vitesse est calculée et parfaitement ajustée pour assurer la survie de l'embryon ! Mais calculée et ajustée par qui ?
  • Une autre particularité, toute aussi miraculeuse que présente la nidation est que le système immunitaire de la mère ne réagit pas contre l’embryon !

 

Il se trouve qu’il existe dans notre corps des cellules particulières, les leucocytes ou globules blancs, qui sont chargées de nous défendre contre les agressions extérieures. L’embryon étant génétiquement différent de la mère, il devrait normalement être reconnu étranger et donc être détruit. Mais ce n’est pas le cas ! Comment expliquer ce phénomène ? Allah nous a dotés de ce formidable système de protection, qu’est le système immunitaire, mais son action est limitée surtout quand il s’agit de l’embryon. Les globules blancs, par ordre divin, ne doivent pas toucher à ce faible bébé ! Ouf, heureusement pour nous qu’ils obéissent à Allah sans discuter !

  •  La dernière et non moins étonnante caractéristique que présente la nidation est le fait qu’elle se déroule sur un utérus dépourvu d’activité ! Je m’explique : en période de non grossesse, l’utérus féminin est caractérisé par une activité contractile rythmique, c’est à dire que l’utérus se contracte régulièrement pour battre à sa manière, un peu comme le cœur. Vous comprenez donc bien qu’il soit impossible qu’un embryon puisse se fixer sur un utérus qui serait sans cesse en activité. Malheureusement, cela arrive parfois et c’est la fausse couche. Comment donc cette activité de l’utérus est-elle stoppée momentanément ? Vous allez voir, c’est fantastique !

Dans un premier temps, à partir du moment où l’ovule est émis par l’ovaire, l’utérus arrête son activité. Comment cette première cessation d’activité peut-elle se produire ? La réponse est que l’ovaire va fabriquer une hormone, la progestérone, qui stoppe les contractions de l’utérus. Cette sécrétion de progestérone dure une quinzaine de jours, c'est à dire le temps qu’il faut pour que l’éventuel embryon puisse adhérer à la paroi utérine. Mais après ces 15 jours, l'ovaire arrête de fabriquer cette progestérone. Que va-t-il se passer ? L’utérus va-t-il reprendre son activité au risque de perdre le bébé ?

 Mais non, ne vous inquiétez pas, la tragédie ne va pas se produire, Allah est là pour nous sauver ! Comment ? L'embryon va prendre la relève. Il va fabriquer une hormone, l’HCG (Hormone ChorioGonadotrope) qui présente 80 % d’homologie structurale avec la progestérone, c’est à dire qu’elle lui ressemble énormément ! C’est incroyable, l’embryon va sauver sa « peau » ! Alors qu’il n’est constitué que de quelques dizaines de cellules, il sait fabriquer la bonne hormone qui va lui sauver la vie : cet HCG va bloquer l’utérus pendant 9 mois ! Rendez-vous compte que cet embryon n’a ni cerveau, ni tête, ni bras, ni corps à ce moment là, ce n’est qu’une boule de cellules et pourtant il va synthétiser cette hormone vitale qu’il ne synthétisera plus jamais après ! Ne voyez-vous pas là quelque chose d’étonnant ?

Autre remarque : pourquoi cette HCG ne ressemble-t-elle pas à 100% à la progestérone ? Parce qu’en lui ressemblant à 80 %, les biologistes ont découvert que les effets de l’HCG sont meilleurs et plus durables que ceux de la progestérone ! Là, vraiment, je ne sais pas ce qu’il faut de plus pour croire en Allah, je crois que ce seul miracle suffit !

Vous voyez ce travail de coopération ! L’ovaire fabrique la progestérone pendant 15 jours, le temps que l’embryon se forme, puis ce dernier prend alors la suite !

Pendant les 9 mois qui suivent, protégé dans l’utérus, le bébé va subir des transformations prodigieuses ! 9 mois de miracles qui vont se produire à chaque seconde !

Enfin l’accouchement approche. La maman ressent des contractions au niveau de son utérus. Le fœtus ne fabrique plus de HCG, conséquence : l’activité utérine reprend. Tant mieux car ce sont ces contractions qui vont faire sortir le bébé.

Mais un problème se pose et il est de taille : comment un être vivant peut-il sortir d’un passage aussi étroit que l’orifice génital ? Ne vous inquiétez pas madame, Allah a pensé à tout ! Le bassin n’est pas constitué d’un seul os mais de plusieurs os reliés à l’avant et à l'arrière par du cartilage. Et à quoi cela peut-il bien servir, vous allez me dire ?

Et bien, il se trouve qu’au moment de l’accouchement, le bébé poussé par les contractions utérines appuie sur le col de l'utérus qui commence à se dilater. Cette dilatation engendre un message nerveux électrique qui va se propager jusque dans le cerveau, au niveau de l’hypophyse, où là une hormone va être libérée. Cette hormone va agir sur le cartilage du bassin pour le rendre élastique ! Les os du bassin s’écartent alors et le bébé peut sortir facilement ! Si Allah n’avait pas créé ce phénomène, la mère mourrait avec son enfant dans le ventre ! On ne peut donc que l’en remercier !

 

2 - Un gynécologue invisible

Il existe dans nos reins, des glandes qui fabriquent une substance, les catécholamines. Celles-ci sont fabriquées chez le   fœtus au moment de sa naissance. Cette découverte a suscité l’attention des biologistes, pourquoi ? Vous allez découvrir comment le Créateur a fabriqué chez le bébé que nous étions, une substance miracle !

Cette hormone va provoquer un afflux de sang vers les organes vitaux que sont le cœur, le cerveau…

Elle a aussi pour rôle de faciliter la respiration. Il se trouve que durant toute sa vie utérine, le fœtus a ses poumons remplis d’un liquide qui facilite la formation des alvéoles nécessaires pour respirer normalement. Mais à la naissance, ce liquide doit disparaître pour laisser place à l’air. Ce sont les catécholamines qui permettent l’élimination de ce liquide pour faciliter la respiration du bébé !

A la naissance, le nouveau-né n’est plus nourri par son cordon ombilical mais par les réserves qu’il a accumulées pendant sa vie utérine, or il se trouve que ces réserves ne peuvent être utilisées par les cellules que grâce à ces catécholamines !

Enfin, le dernier rôle de ces hormones est que le nourrisson, à la naissance, sera bien éveillé, ce qui va faciliter l’établissement des liens affectifs entre la mère et l'enfant !

Il a donc été prouvé que la présence de ces catécholamines en grande quantité dans le sang du nouveau-né a pour but d’augmenter "ses chances" de survie !

Mais un fait étonnant vient s’ajouter à cette suite de miracles physiologiques, c’est que ce qui déclenche la production de ces hormones, c’est la compression de la tête du fœtus lors du travail de l’utérus, moment pénible et douloureux connu des mamans. Comme quoi, derrière un mal apparent, il peut se cacher un grand bien. Voilà, une sagesse de plus que nous enseigne notre Créateur !

 
 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre