Le pèlerinage est le voyage loin des attributs attachant à la terre en quête d'attributs élevant au ciel. C'est le voyage vers la station (maqâm) du Prophète Ibrahim - que la Paix et le Salut soient sur lui -

« Celui qui recherche la station corporelle doit renoncer à tous désirs et plaisirs et revêtir les habits du pèlerin (al-ihrâm), c'est-à-dire s'envelopper dans deux tissus qui rappellent le linceul, avoir un strict contrôle à l'égard de ses sens, être présent à 'Arafât et de là, se rendre à Muzdalifa et à Mach'ar-al-harâm, ramasser des pierres, passer à Minâ et y rester 3 jours pour y jeter les pierres de la manière prescrite, et circambuler autour de la Ka'ba puis se couper les cheveux et accomplir le sacrifice, enfin remettre ses vêtements ordinaires.

Mais celui qui recherche la station spirituelle doit renoncer aux attributs attachant à la vie d'ici-bas, se détourner des plaisirs et n'avoir de pensées que pour Allah. Il doit aussi se tenir sur la station d'Arafât de la ma'rifal (connaissance spirituelle et mystique) ; et de là, se rendre à Muzdalifa de la Proximité (al-qurb) ; et de là circambuler autour de la Présence de la Perfection Divine (Hadratul-kamâl ar-rabbânî) ; jeter au loin les pierres des passions et des pensées corrompues dans la Minâ de la foi ; sacrifier son ego (nafs) sur l'autel de la mortification des désirs ; atteindre la station de l'intimité (maqâm al-khulla) après la station de l'amour (maqâm al-hubb). Entrer dans la station corporelle vous protège des ennemis, mais entrer dans la station spirituelle vous épargne la séparation d'avec Allah et ses conséquences ” :

 

{ Là sont des signes évidents parmi lesquels la station d'Abraham et quiconque y entre est en sécurité [... ]  }
[ Sourate 3 - Verset 97 ]

Le pèlerinage est un voyage loin de nous-mêmes, loin de nos désirs et de nos passions. Un homme demanda à un mystique : “ Accepte ma compagnie pour que je puisse arriver au Seigneur. ” Le saint lui répondit : “ Alors, quitte ton ego et suis-moi. ”
Le pèlerinage n'est pas un but en lui-même, c'est un moyen parmi les plus efficaces pour cheminer vers Allah , et dont le but premier est de provoquer chez le pèlerin l'envie de se détacher de l'éphémère, y compris ses propres désirs et passions, et emplir son coeur du souvenir du Majestueux - Exalté soit-Il - dans le désir (shawq) d'arriver à Sa Proximité.

Etre au sein de la Ka'ba en étant loin du Miséricordieux n'est pas mieux que d'être loin de la Ka'ba et d'Allah . Mais ce qui est précieux, véritablement, ce n'est pas la Ka'ba, mais la contemplation et la remémoration de la Présence divine. Un mystique disait: “ Le lieu le plus sombre du monde est la maison du Bien-Aimé sans le Bien-Aimé. ”

Le Seigneur du sanctuaire n'est ressenti que si l'on se détache de l'éphémère et que l'on contemple avec l'âme, outil spirituel seul capable d'explorer au-delà du matériel. Mais il nous faut reconnaitre que chaque cause (sabab) dépend de l'auteur des causes (musabbib), quel que soit l'endroit caché d'où peuvent se manifester la grâce et la providence divine et où le désir du chercheur peut être satisfait.

Le but des mystiques, en traversant les lieux, n'est pas le sanctuaire lui-même, car pour un amoureux d'Allah , il n'est pas admissible de regarder Son sanctuaire et avoir le coeur détourné de Lui. Non, leur but est un effort pour assouvir leur soif d'Allah , insatiable, et une Proximité dans un amour éternel.

Ghazâlî   détaille le sens des étapes du pèlerinage en disant :

“ Sache que le début du pèlerinage est la compréhension de son sens et de sa place dans le culte de l'islam, puis en avoir la nostalgie, écarter tout obstacle qui retient de l'accomplir et ensuite s'approvisionner du nécessaire et enfin partir. En arrivant, il faut mettre l'habit de l'ihrâm à l'endroit demandé (mîqât) et dire la formule en réponse à l'appel d'Allah , arriver à la Mecque et faire les actes demandés. Dans toutes ces étapes, il y a des symboles et des signes à comprendre et des leçons profondes à tirer : en ce qui concerne la compréhension, sache qu'on ne peut arriver à Allah qu'en abandonnant les désirs et les plaisirs, en se contentant du strict nécessaire et en purifiant continuellement l'intention.

Le pèlerinage est le pilier de l'islam où la soumission du croyant est mise à l'épreuve, c'est pour cela qu'Allah y a prescrit des actes dont la raison ne peut pas toujours cerner le sens et comprendre la sagesse. C'est par des actes de ce genre que nous témoignons de notre parfaite et totale soumission. Le sens de la prière, de la zakât et du jeûne sont quasi connus. Mais, dans le pèlerinage, le sens de tous les actes n'est pas forcément connu. C'est pour cela que le Prophète - que la Paix et le Salut soient sur lui -, en commençant le pèlerinage, disait:

"Ô Allah ! Me voilà en pèlerinage, en serviteur et en esclave. "

Pour ce qui est de la nostalgie, elle est le résultat de la compréhension qui consiste à savoir que le sanctuaire est la Maison sacrée (baytu-llah al-harâm), et que celui qui voyage vers Sa Maison, voyage spirituellement vers Lui. Celui qui visite la Maison sacrée, comme il se doit, mérite de visiter et contempler la Face d'Allah dans la demeure éternelle, le Paradis.

Ecarter les obstacles a pour sens spirituel le repentir (tawba) sincère. Il consiste à chercher à se faire pardonner auprès des personnes pour les torts commis à leurs égards, car il est impensable d'aller visiter le Roi des rois (malik al-muluk) pour s'en rapprocher et agir contre Sa Volonté chez soi, alors qu'Il est Omniscient ('alim). N'as-tu pas honte d'arriver à Sa Maison en serviteur désobéissant ? Veux-tu qu'Il te refuse et qu'Il ne t'accepte plus ? Si tu cherches Son agrément, alors repens-toi et arrête de détourner ton coeur de Lui. Dirige ton coeur vers Lui comme tu diriges ton visage vers Sa Maison Sacrée. Et quand tu veux entreprendre le voyage vers Sa Maison, rappelle-toi le voyage sans retour vers l'au-delà. Pour ce qui concerne l'approvisionnement, il doit nous rappeler que le voyage de l'au-delà est plus long que le voyage à la Mecque et que le seul approvisionnement valable pour ce voyage est la piété (taqwâ). Allah - Exalté soit-Il - dit dans le même verset qui parle du pèlerinage :

{  [...] Et approvisionnez-vous, mais vraiment la meilleure provision est la piété }

[ Sourate 2 - Verset 197 ]

Au moment de quitter les tiens, rappelle-toi que tu quitteras, obligatoirement, ta terre et ta famille pour un voyage sans retour, qui ne ressemble à aucun autre, vers le Miséricordieux et le Juste. C'est pour cela qu'il est important de se remémorer et se rappeler, au début du voyage à la Mecque, qu'il se dirige vers le Roi des rois, parmi ceux qui ont répondu à l'appel et ont eu la nostalgie de la rencontre coupant tout lien dans leurs coeurs avec ce bas-monde pour aller visiter la Maison Sacrée (baytu-llah al-harâm), postulant à la rencontre avec l'Eternel, le Seigneur de la Maison. ”

Ghazâlî ajoute :

“Aussi, pendant les difficultés du voyage, faut-il se rappeler les difficultés et les supplices de la tombe, passage obligatoire du voyage vers l'au-delà et à chaque danger, il faut se remémorer le questionnement des deux anges de la mort : Munkîr et Nakir. Au moment de mettre l'ihrâm et dire la talbiya, il faut être entre la crainte (khawf) et l'espoir (rajâ’), la crainte de se voir refuser ses adorations et l'espoir en la miséricorde divine. Le moment de la talbiya rappelle l'Heure (as-sâ'a), quand l'ange soufflera dans le cor (as-sur).

    En arrivant à la Mecque, il faut savoir qu'on arrive à l'endroit le plus sacré de toute la terre, où règne la paix (al-amn) qu'il faut espérer auprès d'Allah à tout moment, d'autant plus que la place de Sa Maison est grande et que ses hôtes sont bien accueillis. Au moment de jeter le premier regard sur la Ka'ba, que le serviteur se remémore la grandeur de ce sanctuaire qu'Allah a qualifié de Sa Maison Sacrée, et de là, qu'il se remémore également la Grandeur du Seigneur du sanctuaire. Espère de Lui de te faire la grâce de voir Sa Face comme Il t'a permis de voir Sa Maison glorifiée. Et remercie-Le de t'avoir permis d'accéder à ce stade et d'être parmi Ses hôtes. Et rappelle-toi le Jour du Jugement dernier, sache que la circambulation (tawâf) autour de la Ka'ba est une prière (salât), que ton coeur y soit présent par la glorification, la crainte, l'espoir, et l'amour (mahabba) d'Allah , exactement comme pendant les 5 prières. Sache qu'en faisant le tawâf, tu prends exemple sur les anges de la Proximité du Trône. L'objectif du tawâf n'est pas que le corps tourne autour de la Ka'ba, mais que le coeur tourne autour de la remémoration du Très-Clèment. Le meilleur des tawâf est celui du coeur autour de la Présence de la Majesté (hadhratul-jalâl).

La Maison sacrée est un symbole apparent de la Présence divine, comme le corps est le symbole visible de l'âme. Le monde invisible peut être perceptible pour ceux à qui Allah le permet, c'est le dévoilement (al mukâchafa).

Embrasser la Pierre noire (al-hajar al-aswad) tient lieu d'allégeance (bay'a) donnée à Allah pour se vouer totalement à Lui, alors fais en sorte que ta volonté d'honorer ton allégeance soit ferme. Lorsque 'Umar ibn al-Khattâb a embrassé la Pierre noire, il a beaucoup pleuré et a dit à 'Ali ibn Abî Tâlib :

"Ô Abû Hassan ! C'est ici que les larmes se versent et les prières s'exaucent."

Marcher entre les monts Safâ et Marwa rappelle le fait de courir entre les deux côtés de la balance le jour où les actes seront pesés et en attendant ce moment, le croyant vit entre l'espérance du pardon et la crainte du châtiment.

Se tenir debout à 'Arafât, avec un nombre considérable de croyants, entendre les voix qui s'élèvent en prières et en demandes de pardon, les pleurs dans toutes les langues de la terre, le fait que chaque groupe suit un guide religieux pas à pas, rappellent la terre de la résurrection (al-mahchar) et le regroupement de chaque communauté derrière son Prophète et leur espoir dans l'intercession des Pro phètes. Dans cet état, que ton coeur se dirige et invoque Celui qui détient le sort et le devenir de tout un chacun et que ton espoir en Son pardon soit ferme et sans faille, car la station d'Arafât est noble. En ce lieu et en ce moment, des hommes saints aux coeurs purs ne manquent pas d'être présents, alors Allah englobe dans Sa Miséricorde tous les pèlerins, quels qu'ils soient.

Le Prophète a dit quand il était à 'Arafât:

"Ô vous les gens ! l'ange Jibril est venu me voir et m'a transmis le salâm de la part de mon Seigneur et m'a dit: "Allah a pardonné à ceux qui sont présents à 'Arafât et al-mach'ar al-harâm".

Et 'Umar ibn al-Khattâb de demander: 'Ô Prophète ! ceci est pour nous les compagnons spécialement ?' et le Prophète de dire : 'Ceci est pour vous et pour ceux qui viendront après vous, jusqu'au jour de la résurrection !; et 'Umar de dire : 'Qu'ils sont nombreux et magnifiques les bienfaits d'Allah ! "'

En jetant les pierres à Minâ, sache que le but est de montrer ta servitude et ta soumission comme l'a fait le Prophète Ibrahim quand Il a jeté les pierres sur Iblîs (Satan), lorsque celui-ci a voulu le détourner de l'ordre divin, au moment de l'épreuve du sacrifice de son fils aîné, le prophète Ismâ'îl.

Quand tu offres le sacrifice, n'oublie pas de sacrifier tout pour la Face du Majestueux. Sache, comme le Prophète l'a dit, qu'Allah te pardonne tout péché passé.

 Arrivant à Médine (la ville du Prophète ), et en visitant la noble tombe du Messager sache que tu dois le saluer car il t'entend et te reconnaît par ton nom personnel, alors, n'oublie pas de prier sur lui, et demande à Allah de lui permettre l'intercession (shafâ'a) en ta faveur.

Ne manque pas de faire des prières entre sa tombe et sa chaire (minbar), car ce lieu, comme il est dit dans un hadîth, est un jardin du Paradis, en ayant en mémoire que tu es entrain de marcher sur les pas du Prophète la meilleure des créatures d'Allah .

Le signe de l'agrément du pèlerinage est le fait de détacher son coeur de ce monde d'illusions et de s'attacher à ce qui reste et perdure.

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre