Après la clef de voûte qui soutient l'édifice qui est l'attestation de foi (shahâda), et avant la prière, vient la première obligation que doit accomplir le croyant : la purification (tahâra).  Elle consiste à purifier le corps des impuretés (hadath) et de la souillure (khabath).

La purification est de deux sortes, extérieure et intérieure.  Ainsi, pour faire la prière, il faut purifier le corps, et pour arriver à la Proximité et à la connaissance (ma'rifa), il faut purifier le coeur.  De même, pour la prière, l'eau doit être propre et pour arriver à la Proximité, la foi en l'Unicité doit être pure et la croyance inaltérée.

La purification, comme l'a expliqué l'imam Ghazâlî   est de 4 degrés :  « le premier est la purification extérieure de la saleté et de toute pollution et souillure ; le second degré est la purification des membres de tout péché ; le troisième degré est la purification du coeur de tout caractère banni et sentiment bas ; Le quatrième degré est la purification du tréfonds (sirr) de l'âme de toute chose autre qu'Allah : c'est le degré de purification des Prophètes et des siddiqin (ceux qui possèdent le plus haut degré de sainteté après la prophétie). »

Le Prophète - que la Paix et le salut soient sur lui -  nous dit dans un hadîth :

« La purification est la moitié de la foi. » [ Rapporté par Mouslim.] 

 

Ce hadîth ne prend sa véritable ampleur que dans la mesure où la purification englobe l'intérieur de l'homme car la purification extérieure (les ablutions) à elle seule, ne peut remplir le sens d'une adoration considérée comme la moitié de la foi.

Le but ultime du cheminement intérieur est de voir la Grandeur et la Majesté divine dans toute chose.  Cette connaissance ne peut prendre place dans le tréfonds du coeur que s'il est purifié de tout autre qu'Allah .  Le Prophète disait :

« Allah   - Exalté soit-Il -  est pur et n'accepte que ce qui est pur. »

Deux amours ne peuvent cohabiter dans un même coeur :

{ Allah n'a pas placé deux coeurs dans la poitrine de l'Homme }
[ Sourate 33 - Verset 4 ] 

 

En ce qui concerne l'acte du coeur, le but est de l'emplir d'une croyance pure et de caractères nobles.  Mais sans se purifier de leurs opposés, on ne peut les acquérir.  Donc, la purification est la moitié du travail à accomplir sur son coeur, et reste la condition nécessaire pour acquérir la seconde moitié.  De ce point de vue, la purification (tahâra) est la moitié de la foi.

Aussi, la purification des membres est la première moitié et la condition pour la seconde qui est de les occuper par les actes d'obéissance (tâ'a). Ce sont là les stations de la foi.  Chaque station comporte des degrés, et on ne peut arriver au degré supérieur sans épuiser le précédent.  On ne peut arriver à purifier le tréfonds du coeur (sirr) sans purifier le coeur et l'emplir du caractère noble et d'une pure croyance, et ceci n'est possible sans purifier les membres d'actes blâmables et les remplacer par des actes nobles et louables.  C'est un effort spirituel (muj'âhada) perpétuel qui ne s'arrête qu'à la mort.

{   [...] Allah aime ceux qui se repentent sans cesse, et aime ceux qui se purifient. }
[ Sourate 2 - Verset 222 ]

 

Ce qui lie admirablement la purification extérieure et intérieure, c'est le repentir (tawba).  C'est pourquoi le Prophète disait cette invocation après ses ablutions : « Seigneur Dieu ! Inscris-moi parmi ceux qui ne cessent de se repentir et parmi ceux qui ne cessent de se purifier. »

     La purification extérieure et intérieure sont indissociables : lorsqu'un homme lave ses mains des impuretés, il doit aussi les purifier du toucher de tout ce qu'Allah n'aime pas et purifier son coeur de l'attachement à l'éphémère.  

Quand il lave sa bouche, il doit la purifier de toute mention et supplication d'un autre que Lui.  Et quand il lave son visage, il doit le purifier de son orientation vers autre que Lui pour ne chercher que Sa Face dans tout acte.

 Quand il essuie sa tête, il doit s'abandonner avec confiance à Allah (tawakkul).  Quand il lave ses pieds, il ne doit pas faire un pas, ou avoir l'intention de prendre une décision, excepté sur l'ordre de son Seigneur.  Ainsi, sera-t-il doublement purifié.

Dans toutes les obligations religieuses, l'extérieur se combine avec l'intérieur.  Par exemple, dans la foi, l'attestation de foi par la langue ne peut être validée sans la croyance du coeur.

 La méthode de la purification spirituelle consiste surtout à réfléchir et à méditer sur ce monde et, à percevoir qu'il est futile et éphémère, et à veiller à ce qu'il n'accapare pas notre coeur.  Ce résultat ne peut être acquis sans effort spirituel (mujâhada), sans ascèse (zuhd), sans négation de l'égo (nafs), et ceci en se conformant aux règles et aux obligations extérieures de la discipline religieuse (âdâb adh-dhâhir), assidûment et en toutes circonstances.

 Les mystiques accordaient la plus grande importance à la question de la purification de par les enseignements du Prophète dans ce domaine:

« Les gens de ma communauté seront appelés le jour de la résurrection tandis que leurs membres seront illuminés par l'effet des ablutions.  Que celui d'entre vous qui peut étendre la blancheur de son visage qu'il le fasse. » [ Rapporté par Mouslim.]

Dans un autre hadîth :

« Le croyant aura (le jour de la Résurrection) une parure qui atteindra les limites de ses membres où est arrivée l'eau de ses ablutions. » [ Rapporté par ibid.]

'Uthmân ibn 'Affân - qu'Allah l'agrée - a dit: « J'ai vu le Messager faire ses ablutions comme je suis en train de le faire, puis il a dit:

"Celui qui a fait ainsi ses ablutions se voit absout de tous ses péchés passés tandis que sa prière et sa marche vers la mosquée lui procurent un surplus de récompense.»

Et dans un autre hadîth :

« Voulez-vous que Je vous indique l'oeuvre par laquelle Allah efface les péchés et élève les degrés ? » Ils dirent: « Nous voulons bien, ô Messager d'Allah ! » Il dit: « parfaire ses ablutions malgré les désagréments (le froid et autres), multiplier les pas vers les mosquées et y attendre, après chaque prière accomplie, la suivante.  Voilà ce qu'on appelle se consacrer entièrement à Allah. » [ Rapporté par ibid.]

La purification est une clé qui ouvre les huit portes du Paradis :

« Toutes les fois que l'un de vous fait ses ablutions avec le plus grand soin, puis dit: "J'atteste qu'il n'est de divinité qu'Allah, Seul sans associé, et j'atteste que Muhammad est Son Serviteur et Son Messager ", aussitôt les huit portes du Paradis lui sont ouvertes et il y entre par celle qu'il veut. » [ Rapporté par ibid.]

Thirmidhi complète ce hadîth en ajoutant cette invocation : « Seigneur Dieu ! Inscris-moi parmi ceux qui ne cessent de se repentir et parmi ceux qui ne cessent de se purifier. »

Les sheikhs donnaient une importance capitale à la purification et aux ablutions à tel point que se sentant mourant, Sufyân Thawiî se purifia 60 fois pour une seule prière, en disant: « Au moins je serai propre quand je quitterai ce monde. » Quand Chiblî était mourant, il ne pouvait plus faire ses ablutions lui-même, il fit signe à l'un de ses disciples pour qu'il le purifie.  Ce dernier le fit, mais oublia de lui laver la barbe.  Chiblî était incapable de parler.  Il prit la main du disciple et la dirigea vers sa barbe, sur quoi le rite fut dûment accompli.  Et l'on rapporte qu'il disait: «Chaque fois que j'ai négligé une règle de purification, une vanité est née dans mon coeur. »

Les sheikhs mystiques ont pleinement étudié la véritable signification de la purification, et ils ont ordonné à leurs disciples de ne pas cesser de se purifier, tant extérieurement qu'intérieurement.  Ainsi, celui qui veut servir le Très-Haut doit se purifier extérieurement avec de l'eau, et celui qui veut vivre dans la Proximité d'Allah doit se purifîer extérieurement par l'eau et intérieurement par le repentir (tawba).

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre