(Qu'Allah soit satisfait d'elle)

 

Elle était la fille d'Al-Hârith, le chef de la tribu des Banul Mustaliq.

Elle avait été mariée avec un de ses cousins dont elle était veuve.

À l'origine, elle se nommait Barah ; c'est le Prophète qui changea son nom en Juwayriya lorsqu'il l'épousa.

 

Comme on l'a dit dans notre chronologie, le Prophèteavait été averti que cette tribu, alliée aux Quraysh, faisait des préparatifs de guerre malgré la trêve conclue entre les Quraysh et le Prophète. Il prit donc l'initiative de l'attaque, et, bénéficiant de l'effet de surprise, il remporta une victoire facile. Ces événements se situent avant la guerre du Fossé qui eut lieu la même année, en l'an 5 de l'Hégire.

Dans le butin, outre des biens matériels, il y avait des captifs. Comme toujours, en pareille circonstance, le partage eut lieu entre les participants de cette campagne. Parmi les captifs se trouvait Juwayriya , la fille du chef de la tribu vaincue.

Lors du partage, elle fut attribuée à deux personnes.

En raison de la qualité de la captive, à moins que ce ne soit pour éviter l'inconvénient d'avoir à se partager une esclave, ils fixèrent une rançon assez élevée (9 onces ou 360 dirhams). Juwayriya rendit visite au Prophète alors qu'il était chez 'Âïsha . Elle déclara qu'elle embrassait l'Islam et lui demanda de l'aider à payer sa rançon.

Ces événements eurent lieu dans le même temps où débuta la calomnie contre 'Âïsha , mais, ni le Prophète, ni 'Aïsha , n'en étaient encore informés.

Le Prophèteoffrit à Juwayriya , non seulement de payer la totalité de la rançon à sa place mais également de l'épouser. Elle accepta sur le champ cette proposition.

Dès que les Compagnonsapprirent que le Prophète allait épouser la fille d'Al-Hârith, le chef de cette tribu dans laquelle ils avaient fait des prisonniers, ils s'empressèrent de les libérer. On parle d'une centaine de personnes.

Il était, en effet, impensable que des membres de la famille d'une des Mères des Croyants (Qu'Allah soit satisfait d'elles) demeurent captifs et esclaves chez les musulmans.

Ce mariage entraîna un grand nombre d'adhésions à l'islam.

Le butin, qui avait été particulièrement important à cette occasion, fut également rendu.

Un autre événement survint alors que le mariage n'avait pas encore eu lieu. Al-Hârith, le père de Juwayriya, avait réuni plusieurs bêtes parmi les plus beaux chameaux qu'il possédait et se rendit chez le Prophètepour payer la rançon de sa fille. Cependant, en cours de route, il eut un peu de regret pour certaines de ses bêtes, et décida de dissimuler, dans une vallée à l'abri des regards, 2 chameaux qu'il trouva décidément trop beaux pour les donner.

Puis, il mena le reste de ses bêtes au Prophète :

« Ô Muhammad ! Tu as pris ma fille comme captive ; voici sa rançon ! » Mais, à sa grande stupeur, le Prophètel'interrogea : « Où sont donc les 2 chameaux que tu as cachés à Al- 'Aqîq ? »

Et il décrivit les deux bêtes comme s'il les avait devant lui et aussi l'endroit où elles se trouvaient !

La stupéfaction d'Al-Hârith fit place à une certitude : Muhammad était bien l'Envoyé d'Allah.

Il prononça la shahâda, ainsi que ses deux fils qui l'accompagnaient.

Puis, il fit chercher les 2 chameaux et les remit également au Prophètequi lui rendit sa fille !

Juwayriya devint elle-même musulmane et le Prophète présenta sa demande en mariage à son père, qui accepta. Le mariage eut donc lieu. On construisit aussitôt un appartement pour installer la nouvelle Mère des Croyants ; il était mitoyen avec l'appartement de Zaynab bint Jahsh.

Les bonnes manières du Prophèteet de ses Compagnonsà l'égard de tous les prisonniers de la tribu juive, les libérant sans contrepartie, ainsi que l'incident des chameaux du père de Juwayriya , et enfin son mariage avec l'Envoyé d'Allah, furent à l'origine de la conversion de la majorité des gens des Banul Mustaliq. La tribu devint, en outre, alliée des musulmans.

'Aïsha a dit : « Je ne connais aucune autre femme qui ait été une telle bénédiction pour son peuple. » Ceci se passait, nous l'avons dit, juste avant la guerre du Fossé.

Elle est réputée pour sa piété et pour ses jeûnes.

On la décrit comme étant d'une grande sagesse. Elle avait d'excellentes relations avec les autres Mères des Croyants (Qu'Allah soit satisfait d'elles).

Juwayriya nous a - comme presque toutes les Mères des Croyants - rapporté quelques ahadîth.

C'est à elle que le Prophètea précisé que, lors des jeûnes surérogatoires, le musulman ne doit pas jeûner le vendredi isolément mais qu'il doit lui adjoindre le jeudi ou le samedi.

Juwayriya est au nombre des Mères des Croyants (Qu'Allah soit satisfait d'elles) qui renoncèrent à la visite conjugale du Prophète au moment où il limita le nombre de ses Épouses, événement dont nous avons déjà parlé.

Il semble qu'elle avait autour de 18 ans au moment de son mariage. On croit savoir qu'elle avait environ 70 ans lorsqu'elle mourut la même année que 'Âïsha, en l'an 57 de l'Hégire.

Selon une autre source, elle serait morte en l'an 50 de l'Hégire.

Elle fut enterrée dans le cimetière des femmes à Médine.

 

Qu'Allah  soit satisfait de Juwayriya.

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre