(Qu'Allah soit satisfait d'elle)

 

Elle était la fille de Huyay ibn Akhtâb, de la tribu juive de Khaybar.

On a dit de lui qu'il serait un descendant d'Aaron. Par sa mère, elle était apparentée à la tribu des Qurayda.

 

Prénommée à l'origine Zaynab, elle prit le nom de Safiya lors de son mariage. Auparavant elle avait été mariée quelques mois seulement avec le chef des Nadir : Kinâna ibn Haqîq.

La tribu juive de Khaybar habitait une oasis située vers le Nord. Elle était alliée avec les Quraysh, ennemis de l'islam, et représentait un véritable danger pour les musulmans. S'y étaient, en outre, installés ceux des juifs de Médine expulsés lorsqu'ils avaient trahi le Prophètelors de la guerre du Fossé, malgré le pacte qui les obligeait à l'assister pour défendre la ville de Médine.

Le Prophète, ayant réglé ses difficultés avec les gens de la Mecque, considéra qu'il était temps de mettre de l'ordre dans cette autre région afin d'assurer la sécurité des musulmans.

II entreprit donc de faire campagne contre cette tribu, convaincu du danger qu'elle représentait. Il y eut des tués de chaque côté. L'un des chefs de cette tribu, Kinana, devait mourir à cette occasion.

La campagne se termina en faveur des musulmans, et les gens de Khaybar acceptèrent finalement de signer un traité, aux termes duquel il fut entendu qu'ils demeuraient libres de continuer à pratiquer leur religion ; mais ils prirent l'engagement de travailler et ensemencer leurs terres et furent obligés de livrer la moitié de leur récolte de dattes à Médine. Ils prirent, en outre, l'engagement de ne plus trahir les musulmans. Ce traité apporta un peu d'aisance à la communauté des musulmans qui, jusqu'à cette période, avaient vécu dans un état de grande pauvreté.

Ibn 'Umara dit : « Nous n'avions jamais mangé à notre faim avant la prise de Khaybar. » [Rapporté par Bukhârî]

C'est à l'occasion de cette campagne que le Prophèteinterdit le mariage temporaire, en quelque situation et avec qui que ce soit.

Captive, Safiya fut attribuée comme servante à l'un des Compagnons. D'après Anas, il s'agirait de Dihya Al-Kalbi. Cependant, de crainte d'offenser les gens de sa tribu - elle était la fille d'un chef - 'Alila conduisit au Prophètequi la libéra.

Il lui donna le choix : retourner parmi les siens ou embrasser l'islam et devenir l'une de ses Epouses.

Elle choisit de devenir l'une des Mères des Croyants (Qu'Allah soit satisfait d'elles). On peut s'étonner de la rapidité de sa décision, car elle fit son choix instantanément et prononça la shahâda.

Mais, le choix de Safiya fut aisé si l'on sait que, depuis sa petite enfance, elle avait entendu les gens de sa famille parler d'un Prophète annoncé, dont la venue était proche. Elle avait aussi entendu parler de cet arabe de la Mecque qui prétendait être Prophète. Elle les avait encore entendu dire qu'il était arrivé à Quba (près de Médine).

Elle se souvint que son père et son oncle avaient même voulu s'en assurer et s'y étaient rendus ensemble. À leur retour, ils n'avaient pas traité l'Envoyé d'Allahd'imposteur, certainement convaincus que cet homme était bien le Prophète attendu ! Mais, comme cela ne les arrangeait pas, ils n'en soufflèrent mot... Safiya était encore une enfant au moment de ces événements, mais elle en avait été très marquée et les choses étaient restées gravées dans sa mémoire.

Enfin, la décision de Safiya fut d'autant plus facile à prendre que, la veille du jour où le Prophètearriva en vue de Khaybar, alors que personne n'était averti de son approche, elle avait vu dans un rêve une lune brillante au-dessus de Médine, puis cette lune s'était déplacée au-dessus de Khaybar et était tombée dans son sein. Lorsqu'elle avait raconté son rêve à son mari, il avait été fâché et l'avait giflée en lui disant : « Tu veux donc épouser ce roi du Hijâz ? » La trace de ce coup était encore visible et formait une tâche verte sur sa joue.

Le Prophètela consola des pertes subies par les membres de sa tribu et par elle-même. Il lui expliqua les raisons pour lesquelles il avait dû faire campagne contre Khaybar, la responsabilité en incombant aux gens de cette tribu qui, en raison de la haine qu'ils nourrissaient pour les musulmans, représentaient un trop grand danger pour qu'il les laisse leur nuire.

À propos de sa dot, Anasa rapporté que le Prophètea affranchi Safiya et il considéra que sa dot fut l'affranchissement de sa personne. [Rapporté par Muslim]

La dot de Safiya fut donc sa libération. Le Prophètes'arrêta 3 jours sur le chemin du retour, entre Khaybar et Médine, à Sadd Ar-Rauhâ, où fut célébré le mariage.

Le repas de noces fut composé de dattes, de lait caillé et de beurre. Il n'y avait pas de viande.

Anasa rapporté : « J'allais inviter les musulmans au repas de noces et comme il n'y avait ni pain, ni viande, le Prophète ordonna d'étendre des nappes et d'y placer des dattes, du fromage et du beurre. Tel fut le repas de noces donné pour Safiya. » [Rapporté par Bukhârî]

À Médine, l'arrivée de Safiya n'avait pas été prévue et on ne lui avait pas encore préparé d'appartement. Elle fut donc installée à l'extérieur, dans une maison voisine.

Les Mères des Croyants (Qu'Allah soit satisfait d'elles) ne lui réservèrent pas un accueil très chaleureux, en particulier en raison de ses origines, mais aussi à cause de sa grande beauté.

'Âïsha fut particulièrement inquiète. Les autres Épouses (Qu'Allah soit satisfait d'elles) la surnommaient parfois la fille de Huyay du nom de son père, mais il suffisait d'une intonation pour que ces mots deviennent une insulte... ce qui la rendait très vulnérable en raison de ses origines.

Alors qu'elle s'en plaignait un jour au Prophèteil lui conseilla : « Réponds-leur: mon père est Aaron, mon oncle est Moussa ! »

Mais ses relations avec les Mères des Croyants (Qu'Allah soit satisfait d'elles) s'améliorèrent rapidement et finalement, on nous rapporte qu'elle était très aimée d'elles toutes.

Elle avait environ 17 ans lors de son entrée dans la maison du Prophète. En raison de son jeune âge, elle était plus proche de 'Âïsha et peu à peu, elles furent très liées l'une à l'autre, de même avec Hafsa .

 

Safiya était réputée dans la maison du Prophètepour faire la meilleure cuisine. Parfois, elle préparait un plat qu'elle lui envoyait chez 'Âïsha. Elle fut, parmi les Mères des Croyants , l'une de celles qui renoncèrent aux visites conjugales du Prophètelorsqu'il ramena le nombre de celles-ci à 4. Elle était très pieuse, jeûnait le jour et priait la nuit. Safiya , comme toutes les Mères des Croyants, nous a rapporté des ahadîth.

Lorsque l'Envoyé d'Allahtomba malade et qu'il fut transporté dans l'appartement de 'Âïsha , elle lui rendit visite et lui dit : « Ô Envoyé d'Allah ! J'aimerais que le mal qui te mine me ronge à ta place. »

Elle ne semble pas avoir eu un grand rôle après la disparition du Prophète, se refusant à prendre position lorsqu'elle en eut l'occasion.

Cependant, elle intervint auprès de 'Alipour soutenir le calife 'Uthmân, lorsque pendant le mois de Ramadan, un groupe de musulmans s'opposa à lui et le contesta. On nous rapporte notamment que Safiya fit parvenir de la nourriture à 'Uthmânpendant que dura le siège de sa maison.

Elle est morte à l'âge de 60 ans, en l'an 50 de l'Hégire, (la même année que le calife 'Ali).

Elle continua d'aider ses parents, non musulmans, après son mariage avec le Prophète.

 

A sa mort, elle laissa environ 100.000 dirhams et légua le tiers de ses biens à l'un de ses neveux, le fils de sa sœur, resté juif. Certains musulmans voulurent s'opposer à l'exécution de ce testament, mais 'Âïsha intervint efficacement pour que ce legs puisse avoir lieu selon la volonté de Safiya .

Selon la jurisprudence, il est permis de faire un testament en faveur d'un non musulman et de lui réserver le tiers de l'héritage avant que ne s'opère le partage selon les règles islamiques.

 

Qu' Allah soit satisfait de Safiya.

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre