(Qu'Allah soit satisfait d'elle)

 

Elle était la fille de Khuzayma ibn Al-Hârith al-Hilâlîya de la tribu des Amir ibn Sa'sa'a, parmi les plus riches de l'Arabie. Elle habitait à la Mecque.

Plusieurs de ses sÅ“urs avaient épousé des compagnonsdu Prophète. Nous savons qu'elle était veuve de Ubayda ibn al-Hârith ibn al-Muttalib, un parent du Prophète. Ils furent au nombre des premiers musulmans. Ubaydatomba martyr lors de la bataille de Badr.

Une année s'était écoulée depuis la mort d'Ubayda et Zaynab n'était toujours pas remariée. Constatant qu'elle demeurait seule, le Prophètedécida de la demander en mariage. Elle accepta avec joie. On prépara donc un appartement à son intention et, dès qu'il fut prêt, Zaynab entra à son tour dans la maison de l'Envoyé d'Allah.

La dot que le Prophète lui remit s'éleva à 400 dirhams.

Zaynabavait autour de 30 ans lorsqu'elle entra dans la maison du Prophète. L'événement se situe au mois de Ramadan de l'an 3 de l'Hégire.

Elle est réputée pour sa grande générosité et, déjà, avant son entrée dans la maison du Prophète, on l'appelait Um al-Masâkîn (la mère des pauvres).  

À l'occasion de ce mariage, le vieux chef de la tribu dont Zaynabétait originaire vint rendre une visite de courtoisie au Prophète. Il laissa entendre qu'il n'était pas hostile à la nouvelle religion, mais sans l'adopter pour lui-même. Il proposa néanmoins au Prophète d'envoyer quelques musulmans dans sa tribu afin d'y instruire les gens.

Bien qu'il éprouvât quelques craintes, le Prophèteenvoya 40 parmi les Compagnons, qu'il choisit soigneusement lui-même pour leur science et leur piété.

Cependant, un conflit avait pris naissance en l'absence du chef, sur l'initiative de son neveu, qui tua l'un des Compagnons dès leur arrivée dans la tribu. Mais, se rendant compte qu'il était contesté au sein de sa tribu, il fit appel à deux tribus voisines dont les hommes tuèrent les Compagnons, à l'exception de deux qui étaient absents du campement au moment de l'attaque.

À leur retour au campement, l'un d'eux se rua sur les attaquants, décidé à venger la mort de ses compagnons et fut tué à son tour. Finalement, un seul des musulmans, Amr, demeura en vie.

On lui demanda de dénombrer ses compagnons afin de vérifier qu'ils étaient bien tous morts ! Mais, il constata qu'il manquait Amir, l'esclave affranchi par Abu Bakr, que ce dernier avait lui-même choisi pour l'accompagner avec l'Envoyé d'Allahlors de l'Hégire.

Amr précisa : « II était le meilleur d'entre nous. »

Alors, Jabbar, son meurtrier, raconta que lorsqu'il avait planté sa lance dans le dos de Amir pour le tuer, il avait prononcé ces mots : « Par Dieu ! J'ai triomphé. » II ajouta qu'au moment où il avait retiré sa lance du corps d'Amir, il l'avait vu s'élever vers les airs, comme soulevé par des mains invisibles. Amr, le seul survivant, expliqua à Jabbar que cela signifiait que Amir était emmené au Paradis. Jabbar devint musulman sur le champ.

À l'issue de ces événements, Amr fut libéré et rentra à Médine. Sur le chemin du retour, il tua deux hommes appartenant à la tribu instigatrice du piège tendu à ses Compagnons. Mais il s'avéra qu'il s'agissait de deux musulmans qui gardaient le secret de leur adhésion à l'islam. En apprenant la nouvelle, le Prophèteinsista pour que le prix du sang soit payé à leurs parents.

De son côté, Jabbar, le meurtrier d'Amir, retourna également dans sa tribu avec ses compagnons et raconta ce qui s'était passé et qu'il avait embrassé l'islam. A la suite de cet événement, de nombreuses conversions eurent lieu dans cette tribu qui devint alliée des musulmans et c'est là, sans aucun doute, que réside la conséquence heureuse du mariage de Zaynabavec le Prophète.

On nous décrit Zaynab comme étant une personnalité très calme et sereine, d'une compagnie agréable et discrète, toujours prête pour aider les autres, dévouée à Dieu et à Son Envoyé.

Elle était aimée par toutes les Mères des Croyants (Qu'Allah soit satisfait d'elles). Cependant, la présence de Zaynabdans la maison du Prophète fut de courte durée.

Elle tomba malade et mourut 8 mois après son mariage avec le Prophète.

Elle fut la première des Épouses à quitter ce monde.

On nous rapporte que l'Envoyé d'Allahl'assista lui-même dans ses derniers instants, qu'il dirigea la prière funèbre et qu'il la fit enterrer dans le cimetière des femmes, non loin de sa fille Ruqaya , épouse de 'Uthmân, morte quelque temps auparavant.

 

Qu'Allah   soit satisfait de Zaynab.

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre