(Qu'Allah soit satisfait d'elle)

 

Elle était la fille de Jahsh, une famille noble de la Mecque. Sa mère, Umaya, était la tante paternelle du Prophète. Prénommée Barâ, elle reçut plus tard le prénom de Zaynab.

C'est sa demi-sœur, Hamna, qui avait pris part à la calomnie contre 'Aïsha , croyant qu'un tel incident serait de nature à discréditer cette dernière aux yeux du Prophète, et profiterait à Zaynab.

Nous savons que Zaynab n'eut rien à voir, pas plus d'ailleurs que les autres Épouses, dans cette affaire et qu'elle fut très peinée pour 'Aïsha qui était son amie.

C'est le Prophètequi organisa le mariage de Zaynab avec Zaydibn Hâritha.

Avant l'Islam, le Prophèteavait acheté ce dernier comme esclave. Il le traitait comme son fils, au point que lorsque son père, Hâritha, originaire du Nord de l'Arabie, vint pour le ramener dans sa tribu, Zayddéclara qu'il préférait demeurer esclave chez un bon maître comme Muhammad!

Très touché, le Prophètele libéra de sa position d'esclave en l'affranchissant, et finit par l'adopter comme son fils. On l'appelait alors Zayd, le fils de Muhammad, et ce, pendant 25 ans !

Plus tard, alors que Zayd était déjà marié avec Zaynab, un verset vint interdire à celui qui n'est pas le géniteur de nommer fils celui qui n'est pas son fils légitime.

Zaydfut désormais désigné sous le nom de Zayd, le protégé de Muhammad. Nous verrons la portée de ce verset.

Les origines modestes de Zayd ne plaisaient guère à Zaynab (Qu'Allah soit satisfait d'elle) qui était de noble naissance. De fait, le ménage ne fut pas très heureux. Nous croyons savoir qu'elle était de petite taille, mais belle.

Un jour qu'il se rendait chez Zaydpour lui parler, le Prophèteaperçut incidemment Zaynab et s'exclama en repartant « Gloire à Celui qui dispose des cœurs ! », trouvant qu'il était bien étrange que Zaydne parvienne pas à vivre en harmonie avec cette femme, belle et de bonne famille.

Mais Zaynab entendit et en tira quelque satisfaction vaniteuse.

Zayddésirait divorcer d'avec Zaynab déjà depuis quelque temps.

Bien que le Prophètel'ait engagé à garder son épouse, il finit par divorcer d'avec elle, la situation du couple étant devenue difficile.

Quelques mois plus tard, le Prophètereçut une révélation à double portée :

D'abord, l'interdiction de l'adoption plénière : il devient interdit de donner son nom à l'enfant pris en charge, ce dernier devant continuer de porter le nom de son géniteur.

C'est depuis ce jour que Zaydfut appelé Zayd, le protégé de Muhammad .

Il est à noter que désormais, les fils héritent de leurs géniteurs et non plus de leur protecteur, ne lésant en rien les droits des enfants légitimes. Enfin, se trouvent également supprimés les risques de mariage entre des frères et sœurs qui, autrement, pourraient ignorer leurs liens. On voit ici encore ce que l'islam a peu à peu apporté pour mettre de l'ordre dans les comportements des individus, afin de respecter les droits de chacun.

« [...] Dieu n'a pas fait vos (véritables) fils de vos enfants adoptifs. Ce ne sont là que des paroles dites de vos bouches [...] Appelez-les par le nom de leurs pères, cela est plus juste auprès de Dieu. Si vous ignorez leurs pères, ce sont alors vos frères dans la foi et vos protégés [...] » [Sourate 33 – Versets 4-5]

Puis, ce fut l'ordre d'épouser Zaynab , qui était donc divorcée du protégé de Muhammad.

Il faut ici préciser qu'avant l'Islam, on n'épousait pas la veuve ou la divorcée d'un enfant adoptif.

{ Il n'appartient pas à un Croyant ou une Croyante, quand Dieu a décidé d'une affaire, ainsi que Son Envoyé, de se donner le choix sur leur façon d'agir. Quiconque désobéit à Dieu et à Son Messager s'égare alors d'un égarement manifeste.

Et quand tu disais à l'un d'eux Qu'Allah avait comblé de Ses bienfaits tout comme toi-même l'avait comblé : "Garde pour toi ton épouse et crains Dieu", tandis que tu cachais en ton âme ce Qu'Allah allait rendre public ! Et tu craignais les gens, alors Qu'Allah est plus digne de ta crainte.

Puis, quand Zayd eut cessé toute relation avec elle, nous t'avons marié à elle afin qu'il n'y ait pour les Croyants aucun empêchement envers les épouses de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci ont cessé toute relation avec elles. Or, le commandement de Dieu devient exécutoire. } [Sourate 33 – Versets 36-37]

Anasa rapporté que c'est Zaydlui-même qui se rendit auprès de Zaynab pour lui annoncer que le Prophètesongeait à l'épouser.

Elle était alors occupée à pétrir le pain et répondit : « Je ne ferai rien sans consulter Dieu. » Elle se retira dans son lieu réservé à la prière et fit la prière de la consultation. C'est après cela qu'elle eut connaissance de ce qui avait été révélé à son sujet.

Le Prophèteépousa donc Zaynab .

Selon Tabari, le mariage eut lieu pendant le mois de Muharram en l'an 5 de l'Hégire. Zaynab avait entre 35 et 40 ans.

On nous rapporte que le Prophètene fit pour aucune autre des Épouses un repas de noces tel que celui qu'il fit pour Zaynab ; il consistait en un mouton. [Rapporté par Bukhârî]

Il faut probablement en déduire que la situation matérielle des musulmans était moins difficile à cette époque. Parmi les invités, certains s'attardèrent dans la maison du Prophète. C'est à cette occasion que fut révélé le verset suivant :

« Ô Croyants ! N'entrez pas dans les demeures du Prophète, à moins qu'invitation ne vous soit faite à un repas, sans rester là à attendre la cuisson. Mais, quand on vous appelle, entrez. Puis, quand vous avez mangé, dispersez-vous sans chercher à vous rendre familier pour causer [...]» [Sourate 33 – Verset 53]

On situe également à cette même époque la révélation du verset relatif au port du voile.

Elle fut de celles qui prirent ombrage de ce que les fidèles rendaient leurs visites et apportaient leurs cadeaux au Prophètele jour où il était chez 'Âïsha . Il semble que même Fâtima  soit intervenue auprès de son père et on nous dit que Zaynab se serait rendue auprès de lui pour lui parler.

Le Prophèteaurait chargé 'Âïsha de lui répondre ; celle-ci avança des arguments auxquels Zaynab ne trouva rien à rétorquer. L'incident fut clos. On ne pouvait certainement pas supprimer totalement les petites tensions entre elles, malgré les efforts que faisait le Prophètepour les traiter avec la même bienveillance et la même égalité.

Par exemple, Zaynab   se vantait parfois auprès des autres Épouses  (Qu'Allah soit satisfait d'elles) en leur disant : «C'est le Prophète lui-même qui s'est marié avec vous, tandis que moi j'ai été mariée avec lui par Dieu. »

À ce propos, 'Âïsha n'était pas en reste. N'avait-elle pas été présentée à l'Envoyé d'Allah, enveloppée dans un tapis, par l'Ange Gabriel? Mais ces petits incidents ne les empêchaient pas d'être très proches.

Ainsi, lorsque éclata la calomnie contre 'Âïsha , le Prophètel'avait interrogée sur cette affaire et elle répondit :

« Ô Envoyé d'Allah ! Je surveille mes oreilles et mes yeux. Par Dieu, je ne sais que du bien de 'Âïsha. »
[Rapporté par Bukhârî]

Zaynab  accompagna le Prophètedans plusieurs expéditions. Elle participa notamment, avec ses compagnes, 'Âïsha et Um Salama (Qu'Allah soit satisfait d'elles), à la guerre du Fossé.

Zaynab  était artisane : elle tannait des peaux avec lesquelles elle fabriquait des objets en cuir qu'elle vendait. Elle faisait des œuvres charitables avec l'argent qu'elle gagnait ainsi. [Rapporté par Bukhârî et Muslim]

Elle était extrêmement généreuse et distribuait aux nécessiteux tout ce qu'elle possédait. On nous rapporte, qu'un jour, elle reçut 12.000 dirhams qu'elle redistribua aussitôt aux pauvres. 'Umars'en émut et tenta de la convaincre de garder un peu pour elle, mais en pure perte.

Elle était très pieuse et jeûnait beaucoup. 'Âïsha   a rapporté :

« Je n'ai jamais vu une femme observant mieux sa pratique religieuse que Zaynab, ni une femme plus pieuse, plus sincère dans ses paroles, meilleure envers ses proches, plus généreuse dans ses aumônes et dans sa dépense d'elle-même pour faire l'aumône et se rapprocher du Tout Puissant. » [Rapporté par Muslim]

Zaynab survécut au Prophèteenviron 10 ans, mais il ne semble pas qu'elle ait joué le moindre rôle au sein de la communauté des musulmans après sa disparition.

Elle mourut pendant le califat de 'Umar, en l'an 20 de l'Hégire, âgée d'environ 57 ans.

C'est le calife lui-même qui fit la prière sur elle. Elle fut enterrée avec les autres Mères des Croyants  (Qu'Allah soit satisfait d'elles) dans le cimetière de Médine.

 

Qu'Allah  soit satisfait de Zaynab.

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre