Ali ibnu abi talib a dit :

« L'orphelin n'est pas celui qui a perdu ses parents.
Non ! L'authentique orphelin est celui qui ne possède ni savoir, ni éthique.
»
 

Surnommé par le messager d'Allah Abou Tourab (père de la terre).

 

 

Sa généalogie

 

Il est, Ali  ben Abi Talib ben Abdel Moutalib ben Hicham ben Abdel Manaf ben Qoçaï ben Kilab ben Moura ben Ka'b ben Louay ben Gha'lib ben Fahr ben Malik ben Nadar ben Kinana ben Khazima ben Madrak ben Ilyès ben Madar ben Nazar ben Ma'd ben 'Adnan.

Ali est né le 15 Rajab 600 après Jésus -Issa- . Sa mère lui a donné le nom de Haydara, le lion, ce même nom attribué à son père Abi Talib, avant lui, et qu'il commua en Ali. Il était le cadet, puisque l' aîné était Dja'far, ensuite vint 'Aqil et Talib...

Il est le cousin germain du Prophète d'Allah .

Son père, Abou Talib, était l'un des chefs les plus redoutés et les plus respectés, c'est le frère d'Abdallah, père de Mohammed, prophète d'Allah . Il a élevé ce dernier après la mort de ses parents et celle de son père (et grand-père du Messager d'Allah), Abdel Moutalib. Il l'emmena avec lui en Syrie pour l'initier au négoce. Il a toujours pris la défense de son neveu contre les Qoreich, jusqu'à sa mort.

Le Prénom de la mère de Ali était Fatima bent Assad ben Hachim , issue de la même famille que son époux.

L'Envoyé d'Allah dit à ses Compagnons, lorsqu'elle décéda : « Levez-vous pour ma mère !» par considération et déférence pour elle.

Fatima bent Assad, épouse d'Abou Talib et mère de Ali adopta l'Envoyé d'Allah et prit bien soin de lui. Elle ne le différencia jamais de ses propres enfants.

Le Messager d'Allah voyait en Fatima bent Assad, une seconde mère indulgente, aimante, prenant soin de lui, elle l'écoutait quand il parlait et répondait à ses instances. Fatima bent Assad fut parmi les premières à se convertir à l'Islam. et à émigrer à Médine pour rejoindre l'Envoyé d'Allah.

Après le mariage du Prophète d'Allah avec la mère des Croyants, Khadija , il prit Ali à sa charge.

Il s'est converti à l'Islam un jour après la révélation, alors qu'il était âgé de neuf ans. Il a grandi dans la maison de la prophétie n'ayant jamais connu la vie païenne de ses ancêtres, ni celle de ses contemporains. Elevé par le Messager d'Allah en personne, il ne l'a jamais quitté, vivant d'une façon permanente à ses côtés. L' Envoyé
d' Allah l'aimait tellement que, au mois de Ramadan, 19 mois exactement après l'Hégire,
il lui maria sa fille bien-aimée, Fatima-Zahra .

En dépit de son jeune âge, Ali a toujours été présent dans toutes les réunions secrètes que le Messager d'Allah tenait avec ses Compagnons de la première heure, dans la maison d'Al Arqam .

 

Sa physionomie

 

Ali était brun de peau, de taille moyenne, ayant de grands yeux noirs, qu'il soulignait avec du Kohl, une belle barbe, qu'il n'a jamais teint. Il était chauve, bien portant avec de larges épaules, des bras et avant-bras musclés et vigoureux.

On rapporte que lors d'un combat, il souleva un cavalier de dessus sa monture et jeta à terre. C'était un sportif accompli avec une démarche rapide. Il était d'un caractère plaisant, toujours aimable. Valeureux guerrier sans peur et sans reproche.

 

Ali et les expéditions

 

Il fut présent dans toutes les expéditions conduites par le messager d'Allah à l'exception de celle de Tabouk au frontière de l'Arabie. Il fut investi d'une mission de confiance, celle de veiller sur la famille du Messager d'Allah et la sienne à Médine.

Le Prophète d'Allah lui dit:

« Est-ce que tu ne veux pas être pour moi, ce que Aaron était pour son frère Moïse ?  
Sache qu'il n' y aura plus de Prophète après moi. »
[ Rapporté par Ahmed et Tirmidhi ]
 

  • Lors de la bataille de Badr


Ali
, lorsque le Messager d'Allah lui ordonna de relever le défi des Qoreich, en tuant du premier coup son adversaire, l'homme qui haïssait le plus l' Envoyé d'Allah , Al Walid ben 'Otba. Ali n'avait peur de rien même pas de la mort.

 

  • Lors de la bataille de Ouhoud

Ali grâce à sa bravoure protégea le Prophète d' Allah de sa personne. Il fut criblé de flèches ennemies. Il gisait avec plus de seize blessures sur son corps.

 

Ali et la Justice

 

En matière de justice, il était la référence personnifiée. Le Calife Omar ben Al Khattab se référait à lui, lors des cas très difficiles et litigieux.

Il arriva à Omar d' adresser à Allah cette supplication :

« Ô Allah ! fais en sorte que je ne sois pas confronté à un cas litigieux si Abou Al Hassan n'est pas présent.»
[ Rapporté par Sa'id ben Al Moussayb ]
 

Lors de son califat, Omar ben AI Khattab disait : « Je jure par Allah que c'est toujours toi, ô Ali qui me dit la vérité sur ce que je dois faire.»

On rapporte qu'un jour, Omar fut confronté à un cas litigieux et difficile, en présence de Ali . Omar notifia un verdict erroné, Ali intervint et le corrigea, s'étant rendu compte de son erreur de jugement, Omar s'écria : « Si ce n'est l'intervention équitable de Ali, Omar aurait été perdu.»

 

Ali et la science

 

L'instruction que le Messager d'Allah avait prodiguée à Ali , lui a permis d'acquérir une immense érudition. Sa promiscuité d'avec l'Envoyé d'Allah lui a procuré une maîtrise et une certaine prépondérance dans son raisonnement. Il était très éloquent.

Il a rapporté plus de cinq cent quatre-vingt dix-sept hadiths du messager d'Allah.

Selon Abou Houreira , le Messager d'Allah a dit :

« Je suis la citadelle de la Science, Ali est sa porte d'accès »
[ Rapporté par Mouslim, Ibn Madja, AI Bazar et Tabarani ]
 

Ali a dit: « Si vous interrogez le Coran, il ne vous répondra pas. Mais, je vais vous renseigner sur lui : il contient la science de l'avenir et les chroniques du passé. Il est la thérapeutique de vos maux et l'institution qui vous unit.»

Ali Ben Abi Talib dit un jour à Koumil :

« Koumil, le savoir est de loin préférable à l'argent. Car, le savoir vieille sur toi, mais par contre, tu veilles sur l'argent. Le savoir est un maître. L'argent est condamné, puisqu'il diminue à la dépense et le savoir augmente lorsqu'il est partagé.»

Il disait également : « Le savant est mieux que le jeûneur, que l'homme qui prie et que le combattant dans la voie d'Allah. Lorsqu'un savant vient à mourir, une brèche se crée en Islam que ne peut colmater qu'un autre savant qui lui succédera.»

Ali était un homme illustre, ses avis dans différents domaines tels que : la jurisprudence, la Chari'a, la morale, le savoir-vivre, la doctrine, les belles lettres ainsi que la politique, font autorité à tel point qu'il était considéré comme le meilleur spécialiste des questions judiciaires et de leur compréhensibilité.

Abdallah ibn Mas'oud a dit :

« Ali est l'homme le plus savant de toute Médine en matière de jurisprudence.»
[ Rapporté par Ben Assakir ]
 

Aïcha, mère des Croyants en parlant d'Ali ben Abi Talib , a dit :

« Il est le plus savant et le plus instruit de la Sunna du Messager d'Allah .»
[ Rapporté par AI Hakim ]
 

 

Ali et le Califat

 

Le jour de l'assassinat du Calife 'Othman ibnou 'Affan , Ali ne se trouvait pas à Médine, comme le rapporte son fils Mohammed ben Al Hanafiya :

« Nous étions mon père et moi loin de Médine, lorsque 'Othman bnou 'Affan fut assassiné. Mon père était horrifié, et considérablement affligé par sa mort. Il se retira chez lui, et ne voulait voir personne. A ce moment là, les Compagnons du Messager d'Allah arrivèrent en délégation, lui proposant le califat, car la communauté avait besoin d'un Imam. Et parmi eux il n'y avait pas quelqu'un d'aussi habile que lui à veiller sur les intérêts des Musulmans. Il leur répondit, qu'il préférait être le conseil du futur Calife plutôt que le dirigeant.

Ils avaient tellement insisté à lui prêter allégeance, qu'il finit par accepter, mais à la condition qu'elle soit faite à la mosquée et en présence de tous les Musulmans de Médine. C'est ainsi qu'il fut nommé Calife.

Lorsqu'il transféra sa capitale à Koufa (en Irak), les habitants lui proposèrent de s'installer dans le palais, il refusa le faste et préféra l'humilité pour se rapprocher d'avantage d'Allah , sans oublier les pauvres et les nécessiteux.

Il était partout, surveillant l'éthique des Musulmans, la qualité des marchandises sur les marchés, veillant également à ce que les transactions se fassent selon les normes de la loi islamique, et les droits des gens respectés.

Un jour qu'il surveillait la qualité des marchandises, un marchand lui demanda: « Ô Emir des Croyants ! Implore Allah afin que mon commerce soit florissant.» Ali lui répondit :

- As-tu appris les formalités du commerce ?

- Est-ce bien nécessaire, Imam ?

- Malheur à toi ! Il faut au préalable avoir compris la Loi d'Allah avant de se consacrer au commerce. Tu n'es pas sans savoir que le marchand ignorant ces lois se trouvera confronté à l'usure !»

Il va sans dire que le savoir de Ali  ben Abi Talib est légendaire comme sa piété, sa bravoure et son éloquence.

Il était tout simplement exceptionnel.

L'imam Ahmed ben Hanbal disait de lui :

« Aucun des Compagnons du Messager d'Allah n'a bénéficié des valeurs octroyées à Ali.»
[ Rapporté par AI Hakim ]
 

Et Omar ben Abdel Aziz d'ajouter :

« Ali ben Abi Talib était l'homme qui avait totalement renoncé au monde d'ici-bas.»
 

Le 19 Ramadan de la 41ème année Hégirienne, il fut assassiné, alors qu'il se rendait sans armes à la mosquée pour la prière du Sobh. Ali ben Abi Talib s'éteignit à la suite de ses blessures, quelques jours après l'attentat perpétré contre lui, le 23e jour du mois de Ramadan, à l'âge de soixante ans.

La durée de son Califat fut de cinq ans et neuf mois.

 

Qu' Allah bénisse Ali ben Abi Talib.  Amine.

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre